Le seuil des cent (deux cents, trois cents, quatre cents) épisodes

Le centième épisode de Chicago Fire a été diffusé le 6 décembre 2016 sur NBC et réalise la deuxième meilleure audience de la saison (pour l’instant). C’est également l’épisode qui finit la première moitié de la saison, la série commençant alors son hiatus d’hiver. Le titre laconique “One Hundred” met l’accent sur le seuil atteint par la série (titre rhématique), alors que les titres des épisodes de la série sont habituellement thématiques. Il n’est pas rare que ces épisodes-seuils portent un tel titre (“The One Hundredth” de Friends, “The 200th in the 10th” de Bones, “Three Hundred” de Dallas, “100” de Criminal Minds, etc.).  C’est qu’en effet, ce seuil de cent épisodes est très important car il permet, théoriquement, à la série d’accéder au marché de la syndication : les chaînes locales américaines (et certaines chaînes du câble, comme TNT ou USA) achètent en effet des séries par lots d’épisodes (souvent des saisons entières) pour les diffuser à raison de plusieurs heures par jour pour remplir les grilles de journées. Or, pour que cela soit rentable et efficace, il faut avoir plusieurs semaines de diffusion disponibles et donc plusieurs saisons d’avance (à raison de quatre épisodes par jour, on diffuse par exemple une saison entière en à peine plus d’une semaine). De là vient la tradition de célébrer, d’une manière ou d’une autre, le centième épisode d’une série (qui signale, quoi qu’il en soit, un certain succès et une certaine longévité).

 

Souvent, il ne s’agit que d’une fête à la fin du tournage de l’épisode, dont on diffuse éventuellement les photos dans la presse dans une perspective de communication et de promotion. On remarque que l’on rivalise d’imagination pour les gâteaux ! Continuer la lecture de « Le seuil des cent (deux cents, trois cents, quatre cents) épisodes »

À propos de “300 000 Likes” et “A Shot Heard Round the World” de Chicago P.D. (IV, 7 et 8)

La première partie de la saison actuellement en diffusion de Chicago P.D. (avant le hiatus de fin d’année) s’achève avec un double épisode, “300,000 Likes” et “A Shot Heard Round the World”, diffusé le 16 novembre 2016. La qualification par la chaîne de ces deux épisodes comme un double épisode est un peu problématique puisque nous n’avons pas une intrigue développée sur deux heures, mais deux intrigues différentes : le meurtre d’un témoin protégé qui devait prochainement participer au procès d’un criminel pour la première partie et un sniper qui prend pour cibles les policiers du CPD dans la seconde. Le “liant” entre les deux épisodes est l’intrigue tournant autour d’Antonio Dawson, actuellement second de l’Intelligence Unit (service que l’on suit dans la série), à qui l’on propose de prendre la direction de l’équipe d’enquêteurs auprès du procureur : la place lui est proposée dans la première partie, il l’accepte à la fin de cette même partie, ses collègues l’apprennent par la bande dans la seconde partie, ce qui les met un peu en colère, et cette partie se clôt sur la soirée de départ d’Antonio.

Cette intrigue est le deuxième étage de la fusée qui vise à lancer une nouvelle série dans la franchise chicagoise créée par Dick Wolf : Chicago Justice, dont la diffusion doit commencer le 15 janvier 2017. En effet, lors de la saison précédente, un épisode de Chicago P.D., “Justice” (III, 21, diffusé le 11 mai 2016), introduisait auprès du public les services du procureur lors d’une enquête visant Burgess, un des personnages principaux de Chicago P.D.  Cet épisode, en dehors de l’enjeu narratif fort pour un des piliers de la série, avait pour particularité de multiplier les apparences de personnages issus d’autres séries de la franchise (ces apparitions sont fréquentes, mais pas aussi denses généralement que dans cet épisode) : on y retrouvait effectivement Sylvie Brett, Kelly Severide, Jimmy Borelli, Joe Cruz, Tony et Capp de Chicago Fire et Connor Rhodes, Ethan Choi et Maggie Lockwood de Chicago Med. Ces liens constants entre les différentes séries de la franchise sont d’ailleurs résumés par la formule “One Chicago”, notamment utilisée dans la communication de la chaîne et par les fans sur Twitter (sous la forme du hashtag #OneChicago). Continuer la lecture de « À propos de “300 000 Likes” et “A Shot Heard Round the World” de Chicago P.D. (IV, 7 et 8) »

Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18

La promotion de l’épisode de Law & Order: Special Victims Unit diffusé le 26 octobre 2016, “Rape Interrupted” (XVIII, 5), mettait en avant la présence d’Anthony Edwards, le fameux Dr Mark Greene d’ER (il faut rappeler que les sweeps ont commencé et qu’il est traditionnel à cette période d’avoir des guests prestigieux pour attirer le public). Cela m’a rappelé un autre rapprochement entre ces deux séries, l’épisode “Lowdown” de Law & Order: SVU lors de la saison 5.

Cet épisode a dans sa distribution Michael Beach, qui jouait dans ER Al Boulet, le mari de Jeanie Boulet qui a, au début de la série, une aventure avec le Dr Benton. À la fin de la deuxième saison, on apprend qu’Al est séropositif. La question du statut sérologique de Jeanie (et celui de Benton du même coup) fera partie du cliffhanger de la saison et on apprendra que Jeanie a été contaminée, mais pas Benton. La cause de la contamination d’Al est son infidélité : une de ses nombreuses maîtresses était séropositive et l’a infecté. Mais il fait savoir que l’intrigue originale n’était pas celle-ci : il était prévu qu’Al Boulet pratique le down-low : ce mot désigne la situation de certains hommes africains-américains qui se définissent comme hétérosexuels (ils sont souvent mariés avec des enfants) mais ont de relations avec d’autres hommes (tout en refusant l’étiquette de gays ou de bisexuels). Dans cette configuration, les risques de contamination entre un homme et son(ses) amant(s) sont élevés, de même que ceux entre l’homme et sa partenaire (ces risques sont beaucoup moins importants entre une femme infectée et un homme séronégatif, tel que cela est présenté en réalité dans ER). Les auteurs de la série ont expliqué qu’ils n’avaient pu aller aussi loin qu’ils le voulaient et que le down-low était trop controversé. Continuer la lecture de « Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18 »

À propos de “Brother’s Keeper” de Chicago Med (II, 4)

 

 

Je m’intéresse depuis quelques temps à la question de la représentation de l’antibiorésistance dans les séries télévisées (par exemple dans cet article paru dans Questions de communication). Les problèmes posés par la question de ces représentations et de leur éventuel impact sur la connaissance des téléspectateurs, mais surtout sur leur comportement, sont nombreux et relativement peu étudiés en ce qui concerne l’antibiorésistance elle-même (ils sont bien plus étudiés sur d’autres questions de santé publique, comme le cancer du sein, aussi bien en anglais qu’en français).

L’épisode de Chicago Med diffusé sur NBC le 13 octobre 2016 présente une intrigue liée à une bactérie résistante aux antibiotiques : un premier malade se présente, puis un second, faisant craindre une épidémie. Une enquête épidémiologique commence (même si elle est beaucoup moins détaillée que dans d’autres séries) et le coupable est rapidement trouvé : il s’agit d’endoscopes contaminés. Quant aux malades (notamment le premier d’entre eux, qui est un enfant, ce qui touche particulièrement le Dr Natalie Manning), leur pronostic est moins inquiétant à partir du moment où l’on trouve un antibiotique auquel la bactérie est légèrement sensible. L’enjeu de cette ligne narrative, dans l’économie générale de la série, est d’approfondir l’histoire du Dr Charles puisque c’est sa fille, avec laquelle il n’a que très peu de contacts à son grand désarroi, qui est l’épidémiologiste qui va enquêter sur cette bactérie. Continuer la lecture de « À propos de “Brother’s Keeper” de Chicago Med (II, 4) »

Viol : les séries TV peuvent avoir un impact sur les comportements et les normes sociales

Une récente étude, menée par la Washington University et publiée dans Journal of Public Health, s’interroge sur l’impact de certaines séries télévisées – les franchises Law & Order, CSI et NCIS – sur les représentations et les intentions comportementales d’étudiants de première année d’université concernant les notions de viol, de consentement sexuel et de refus de relations sexuelles sans consentement préalable.

Si les résultats sont très parcellaires concernant NCIS et ses séries dérivées, l’article se concentre essentiellement sur les différentes séries Law & Order (en français New York Police Judiciaire, New York Unité Spéciale et New York Section criminelle) et CSI (Les Experts, Les Experts Miami et Les Experts Manhattan). Cependant, il est à noter que ces séries ne sont pas traitées à égalité (malgré ce qui est annoncé) et que l’étude met clairement à part New York Unité Spéciale, qui est comparée à la franchise des Experts en bloc.

L’influence des Experts et de New York Police Judiciaire

La principale conclusion de cette étude est une influence contrastée des séries Law & Order et des séries CSI sur les étudiants : les unes ont des effets plutôt positifs quand les secondes sont plutôt néfastes sur la question du consentement. Les séries Law & Order ont ainsi contribué à amoindrir, chez les étudiants interrogés, l’acceptation des mythes sur le viol et à augmenter les intentions déclarées à adhérer à l’expression du consentement de leur partenaire et à refuser de participer à une relation sexuelle non consentie par ce(tte) dernier(ère). Si le fait de regarder les séries de la franchise CSI n’a pas eu d’influence sur la question de l’adhésion ou non aux mythes sur le viol, leurs téléspectateurs ont cependant exprimé une moindre intention de chercher le consentement de leur partenaire et d’adhérer à l’expression de son consentement. Continuer la lecture de « Viol : les séries TV peuvent avoir un impact sur les comportements et les normes sociales »