En dehors d’Alerte Spoilers ! (septembre 2018-avril 2019).

Mon premier semestre universitaire a été très chargé en termes d’enseignements et relativement occupé aussi en recherche, d’où une absence de publication sur ce carnet de recherche.

Voici donc un petit récapitulatif de mes activités (de recherche, d’enseignement et de vulgarisation) de ces derniers mois, avec quelques liens si telle ou telle chose vous intéresse davantage.

Activités de recherche

L’essentiel de mes activités de recherche ces derniers mois a été la co-direction (avec ma collègue Marie-France Chambat-Houillon) du numéro 10 de le revue Télévision, consacré aux mutations de ce média provoquées par le numérique. Je suis très heureuse du résultat final, avec des articles réellement en prise avec l’actualité des transformations médiatiques. En ce qui concerne plus spécifiquement la thématique de ce carnet de recherche, on relèvera au sommaire l’article de Benjamin Campion, qui se demande si les plateformes de SVOD ne seraient pas les nouveaux networks quand on s’intéresse à leur diffusion de séries télévisées ; celui de Marie-Caroline Neuvillers, qui travaille sur la tension entre web-série et série télévisée ; et enfin celui de Marida Di Crosta qui s’intéresse aux parcours de certaines créatrices de web-séries et de séries télé. Continuer la lecture de « En dehors d’Alerte Spoilers ! (septembre 2018-avril 2019). »

La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque

Myriam Tsikounas m’a invitée cette année à parler dans son séminaire L’histoire par l’image et les sons à l’université Panthéon-Sorbonne. J’y ai présenté des éléments de méthodologie pour mener efficacement une recherche dans la documentation écrite de l’INA, qui est souvent délaissée et méconnue, et en tirer parti le plus possible.

Vous trouverez une copie PDF de la présentation que j’ai projetée lors de cette intervention1. Elle comportait trois parties : d’abord une présentation des différents types de sources écrites à l’INA, puis quelques conseils et astuces pour mener une recherche efficace, et enfin quelques illustrations à partir d’études de cas tirés de mes recherches sur Série rose, Suivez Budart et Si Perrault m’était conté.

Je ne vais pas reprendre de manière exhaustive ce que j’y ai dit (ni ce qui est sur la présentation téléchargeable en PDF), mais je pense cependant qu’un certain nombre d’éléments de cette présentation peut être utile à un chercheur n’ayant pas l’habitude de l’INA ou aux étudiants. Continuer la lecture de « La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque »

  1. J’ai dû baisser la résolution des images pour passer sous la barre de 10MB imposée par la plateforme, ce qui réduit un peu la lisibilité. []

Parution du numéro 10 de Télévision : “Mutations de la télévision”

La revue Télévision consacre le dossier de son dernier numéro aux mutations de la télévision produites par les développements du numérique. Co-dirigé par Marie-France Chambat-Houillon et moi-même, il traite aussi bien des évolutions des dispositifs et des modèles économiques que des mutations des contenus télévisuels à l’ère numérique.

Continuer la lecture de « Parution du numéro 10 de Télévision : “Mutations de la télévision” »

CFP/AAP “Mutations de la télévision” (revue Télévision n°10)

Appel à propositions d’article pour le numéro 10 (2019)

de la revue Télévision (CNRS Éditions) :

Mutations de la télévision

Dossier coordonné par Séverine Barthes et Marie-France Chambat-Houillon

 

 

Depuis une vingtaine d’années, les prophéties sur la fin de la télévision se multiplient, amplifiées par l’arrivée du numérique et la dématérialisation des images. Au moment où des voix s’élèvent pour annoncer sa mort prochaine, les chiffres nous apprennent que son audience globale est en augmentation[1]. Ses contenus s’affranchissent de la traditionnelle lucarne domestique pour coloniser d’autres écrans qu’ils soient fixes ou nomades, partagés ou regardés de façon solitaire.  Force est alors de constater que la télévision n’a pas quitté son statut d’objet social, elle demeure incontournable lors de nos activités quotidiennes, média de référence pour s’informer, se divertir et se cultiver ; média qui ne laisse pas non plus indifférent, elle est aussi regardée que contestée.  Dans ce dossier du numéro 10 de la revue Télévision, nous souhaitons interroger ce que font le numérique et Internet  à la télévision et réciproquement ce que fait la télévision à Internet.

Continuer la lecture de « CFP/AAP “Mutations de la télévision” (revue Télévision n°10) »

En dehors d’Alerte spoilers! (janvier-mai 2018)

J’ai été un peu absente de ce carnet ces derniers temps du fait de pas mal d’activités IRL. Je serai d’ailleurs demain (jeudi 26 avril) présente en direct dans Le Téléphone sonne de France Inter, puis “en différé” sur Canal Plus puisqu’Olivier Joyard m’a interviewée pour son documentaire Les Génériques de séries diffusé à 21h55.

Mais j’ai eu pas mal d’activités de vulgarisation et de recherche ces derniers temps : voici donc un petit récapitulatif de ce qui m’a fort occupée, si vous voulez lire, regarder ou écouter des choses concernant la télévision et les séries !

Continuer la lecture de « En dehors d’Alerte spoilers! (janvier-mai 2018) »

Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse

Il y a quelques jours, dans un article de son blog, David Peyron a proposé la notion de “cosmoéidolie” pour nommer notre capacité de récepteur (lecteur, spectateur, téléspectateur) à voir des mondes, à imaginer de grands univers reliant différentes fictions. Je trouve le terme très intéressant parce que, contrairement à ceux de “réalités partagées” ou de “réalités alternatives” que je peux utiliser pour référer dans mes travaux à ces phénomènes d’agglutinations fictionnelles, il met l’accent, du fait de sa construction sur le modèle de paréidolie, sur le rôle du récepteur dans la construction des liens entre fictions : s’il y a certes insertion par le producteur du contenu d’un élément qui va faire lien entre deux oeuvres ou deux univers, c’est la capacité du récepteur à le voir et à l’interpréter qui va permettre l’embrayage de cette cosmoéidolie.

David Peyron cite dans son article de nombreux exemples, tirés du cinéma ou de la télévision, et je vais ici revenir sur un des premiers cas, à ma connaissance, de cosmoéidolie télévisuelle, relativement méconnu en France et assez ancien pour pouvoir faire une sorte d’archéologie du phénomène : je veux parler du Westphallverse (connu aussi sous le nom de Tommy Westphall’s Mind Hypothesis), une théorie que j’ai évoquée rapidement dans ma thèse et dans un article sous presse pour le numéro 9 de Télévision (instant autopromo !). C’est à mon sens une des plus fascinantes théories de fans.

Continuer la lecture de « Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse »

François Guédon : un enfant du siècle et de la télé

Aujourd’hui, on ne parlera pas série télévisée au sens strict sur ce carnet de recherche, mais spectacle vivant et télévision. Je suis allée voir le nouveau spectacle de François GuédonL’Affaire Guédon. Étant donné la communication qui est faite autour du spectacle et les commentaires écrits par des spectateurs sur Billets Réduc (l’un parle par exemple de “théâtre littéraire” et souligne que, pour lui, “Le seul bémol est que le choix comique est sur la parodie et pas forcément sur la mise en valeurs de grands textes littéraires et de dérision comme à la Lucchini.”), je pensais voir un seul en scène humoristique et littéraire.

Cependant, le coeur du spectacle est davantage centré sur une navigation incessante entre culture “d’en haut” et culture “d’en bas” (pour reprendre la traduction française du livre de Lawrence W. Levine sur l’émergence des hiérarchies culturelles aux États-Unis), entre culture classique ou légitime et culture populaire ou inavouable. Ainsi, la présentation officielle du spectacle commence par l’expression “œuvrant à l’improbable réconciliation entre Racine et Nabilla”, comme l’atteste ce sketch précédent du comédien (présent sous une forme un peu récrite dans L’Affaire Guédon) :

Continuer la lecture de « François Guédon : un enfant du siècle et de la télé »

“Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2)

La série Cherif est un des succès de la case policière du vendredi soir sur France 2 : en alternance avec CaïnCandice Renoir ou encore Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, cette série participe à l’héritage de la case “Une soirée, deux polars” / “Une soirée de polars”, lancée en octobre 1999 et plus exploitée depuis 20091. Cependant, l’habitude de programmer des séries télévisées policières le vendredi soir sur France 2 est restée, d’autant plus que la loi interdit la diffusion de films de cinéma ce soir-là à la télévision.

 

Citations marquées vs citations masquées

Cherif dans son bureau au commissariat

Parmi les différentes séries diffusées dans cette case, Cherif se distingue notamment par un emploi très particulier de l’intextextualité : le personnage principal, le capitaine Kader Cherif, est un fan de séries télévisées et fait référence très régulièrement à des séries policières appartenant à la mémoire collective. Quand il s’agit de résoudre une affaire ou d’avancer dans une enquête, il n’est pas rare qu’il s’inspire du déroulement d’un épisode d’une série pour décider de son comportement. Généralement, Cherif explicite alors clairement un épisode précis : il peut ainsi s’écrier “Kojak, saison 1, épisode 1″ , puis expliquer à son interlocuteur en quoi cet épisode se rapproche de l’enquête qu’il est précisément en train de mener. Cette intertextualité est transparente, en ce sens qu’aucun téléspectateur (même un téléspectateur qui ne connaîtrait pas la série citée) ne peut manquer la référence intertextuelle. C’est ce que, dans mes travaux sur l’intertextualité dans les séries télévisées, j’ai appelé les “citations marquées”. Ces citations marquées peuvent aussi être visuelles : le cas le plus évident, dans Cherif, est l’affiche du film Les Nouveaux exploits de Shaft accrochée dans le bureau de Cherif, mais on note aussi parfois un t-shirt Amicalement vôtre par exemple.

Continuer la lecture de « “Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2) »

  1. Du moins d’après la base du dépôt légal de l’INA. []

Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective

La twittosphère et la presse sériephiles françaises sont agitées depuis deux jours par un nouveau débat : la réception de Friends par les vingtenaires. Le point de départ de la polémique  est un article de Slate, “Pour les jeunes qui la découvrent, la série Friends est sexiste, homophobe et grossophobe“. Je vais ici dessiner quelques problèmes ou questions que j’ai à la suite de cet article, qui sont des éléments d’une réflexion encore en cours.

 

Un article mensonger

Le point de départ de l’article est un article assez sommaire du journal britannique The Independant, qui se fait l’écho de réactions de téléspectateurs qui découvrent la série Friends du fait qu’elle a rejoint le catalogue de Netflix au Royaume-Uni depuis un an. L’article britannique est un montage de quelques remarques, sur lequel Slate va “broder” un article plus important, notamment en y ajoutant un artcle de Cosmopolitan, qui date d’il y a un an, un autre du Telegraph écrit en 2014 pour les vingt ans de la série, et enfin un article du Slate américain écrit au moment où la série avait été rendue disponible sur Netflix aux États-Unis (2015). On voit déjà ici un des problèmes de l’article : c’est un montage de textes de statut divers, écrits à des périodes et dans des contextes différents. Mais passons. Le plus gros problème de cet article, c’est son aspect trompeur : un des exemples montés en épingle dit davantage de choses sur l’état d’esprit de la journaliste que sur celui de la série. Je parle de ça :

 

Pour la journaliste de Slate Ruth Graham, c’est au personnage de Chandler que revient la palme de l’homophobie, faisant de son personnage, selon elle, «le plus obsolète». Le «clown du groupe», note-t-elle, est parano à l’idée qu’on puisse le trouver «insuffisamment masculin» –et donc gay…

Il redoute par exemple les fameux «hugs» (câlins fréquemment échangés, y compris entre hommes, aux États-Unis) et n’en revient pas que Joey ait un oreiller rose. «Si tu continues comme ça, tu te retrouveras bientôt avec des doigts dans ton machin!», ose-t-il alors lui lancer.

Continuer la lecture de « Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective »

2017, le retour de la sériephilie téléphile ?

Le billet d’aujourd’hui est davantage fondé sur un ressenti et des impressions que sur une étude de corpus, bien charpentée, avec une grille d’analyse déroulée dans le but de créer un savoir nouveau sur les séries télévisées. Cependant, je crois bien que mon observation des discours circulant sur les séries télévisées, puisque je me trouve à la croisée de plusieurs sphères (de simple téléspectatrice à chercheuse universitaire en passant par le statut de fan, voire de sériephile s’il faut utiliser des gros mots), permet de faire émerger un changement de cap. Ce billet relève donc, d’une certaine manière, non seulement d’une écriture située, mais aussi d’un point de vue si ce n’est polémique, du moins un peu paradoxal. Pour reprendre une expression galvaudée les vues exprimées ici n’engagent que moi : certaines paraîtront exagérées, d’autres peut-être fausses, le point de vue de mes lecteurs fans de séries sera sans doute à l’opposé de celui de mes lecteurs universitaires, lui même différent de celui de mes lecteurs journalistes. Mais en posant côte à côte les faits que je relève et en tentant de les analyser à la fois en tant qu’actrice du phénomène et en tant que chercheuse surplombant la problématique, j’espère faire émerger une envie de dialoguer (les commentaires sont ouverts !) sur ce que sont, aujourd’hui, les séries télévisées, sur ce que veut dire d’en regarder et sur ce que c’est que d’en parler.

Donc, en guise d’ouverture à 2018, quelques réflexions sur l’année 2017 du point de vue des discours sériephiles.

 

Continuer la lecture de « 2017, le retour de la sériephilie téléphile ? »