Séverine Barthes

Je suis maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication au sein du département de Médiation culturelle de l’université Sorbonne Nouvelle. J’appartiens au CIM-CEISME et au LabEx ICCA.

J’ai commencé la recherche sur les séries télévisées avec une thèse de doctorat portant les séries dramatiques américaines de prime-time diffusées entre 1990 et 2005. Mon objectif était de comprendre comment les contraintes économiques, industrielles, juridiques se traduisaient dans la forme même de ces émissions. J’ai ainsi analysé d’un point de vue sémio-économique d’une part les “seuils” d’une série télévisées (titres, prégénériques, génériques, retour de coupures publicitaires, etc.), d’autre part la mobilisation de procédés transtextuels et transiconiques, afin de montrer que, si le formatage imposé par ces contraintes était réel et pouvait prendre des formes diverses, un espace de jeu subsistait où s’engouffraient certains créateurs et producteurs. Il s’agissait, en d’autres termes, d’étudier les transactions économiques et symboliques qui prennent place entre les chaînes de télévision, les créateurs (au sens large de toute la chaîne de production) et le public autour des séries télévisées. Une version synthétique de ce que peut apporter une approche sémio-économique des séries télévisées a été publié dans le chapitre que j’ai rédigé pour l’ouvrage collectif Décoder les séries télévisées dirigé par Sarah Sépulchre.

Après cette thèse, j’ai poursuivi mes recherches en ce sens, travaillant par exemple sur la question de la programmation télévisée (notamment de séries) sur les antennes françaises et luxembourgeoises. J’ai également proposé des approches plus monographiques, sur les séries de super-héros, Chris Carter, Dick Wolf.

Après mon recrutement à Paris 3 et mon intégration au CEISME, tout en continuant à travailler sur les séries américaines, j’ai commencé à explorer les séries télévisées françaises, notamment celles de l’ORTF. J’ai par exemple traité de la réflexivité dans les séries fantastiques de l’année 1971 ou exhumé des archive le feuilleton Suivez Budart. Mais j’ai aussi jeté un oeil du côté des productions plus récentes, comme Nicolas Le Floch ou Cherif.

De manière générale, j’ai continué à travailler la question de l’intertextualité dans les séries télévisées, de même que celle des seuils, notamment le générique et le titre d’épisode. J’ai également poursuivi l’analyse sémio-économique des productions télévisées, proposant une interprétation de l’esthétique kitsch dans les séries du câble basique américain ou une histoire économique de la purge rurale de 1971.

Enfin, étant issue d’une formation en Lettres, je n’ai pas renié mes origines et, de temps à autre, je repasse la frontière des disciplines dans l’autre sens, qu’il s’agisse de littérature luxembourgeoise, de Saga de Benacquista ou de l’imaginaire du carnet d’écrivain.

Contact : severine.barthes@sorbonne-nouvelle.fr

Twitter : @sbarthes

Profil HAL et Google Scholar