Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective

La twittosphère et la presse sériephiles françaises sont agitées depuis deux jours par un nouveau débat : la réception de Friends par les vingtenaires. Le point de départ de la polémique  est un article de Slate, “Pour les jeunes qui la découvrent, la série Friends est sexiste, homophobe et grossophobe“. Je vais ici dessiner quelques problèmes ou questions que j’ai à la suite de cet article, qui sont des éléments d’une réflexion encore en cours.

 

Un article mensonger

Le point de départ de l’article est un article assez sommaire du journal britannique The Independant, qui se fait l’écho de réactions de téléspectateurs qui découvrent la série Friends du fait qu’elle a rejoint le catalogue de Netflix au Royaume-Uni depuis un an. L’article britannique est un montage de quelques remarques, sur lequel Slate va “broder” un article plus important, notamment en y ajoutant un artcle de Cosmopolitan, qui date d’il y a un an, un autre du Telegraph écrit en 2014 pour les vingt ans de la série, et enfin un article du Slate américain écrit au moment où la série avait été rendue disponible sur Netflix aux États-Unis (2015). On voit déjà ici un des problèmes de l’article : c’est un montage de textes de statut divers, écrits à des périodes et dans des contextes différents. Mais passons. Le plus gros problème de cet article, c’est son aspect trompeur : un des exemples montés en épingle dit davantage de choses sur l’état d’esprit de la journaliste que sur celui de la série. Je parle de ça :

 

Pour la journaliste de Slate Ruth Graham, c’est au personnage de Chandler que revient la palme de l’homophobie, faisant de son personnage, selon elle, «le plus obsolète». Le «clown du groupe», note-t-elle, est parano à l’idée qu’on puisse le trouver «insuffisamment masculin» –et donc gay…

Il redoute par exemple les fameux «hugs» (câlins fréquemment échangés, y compris entre hommes, aux États-Unis) et n’en revient pas que Joey ait un oreiller rose. «Si tu continues comme ça, tu te retrouveras bientôt avec des doigts dans ton machin!», ose-t-il alors lui lancer.

Continuer la lecture de « Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective »

2017, le retour de la sériephilie téléphile ?

Le billet d’aujourd’hui est davantage fondé sur un ressenti et des impressions que sur une étude de corpus, bien charpentée, avec une grille d’analyse déroulée dans le but de créer un savoir nouveau sur les séries télévisées. Cependant, je crois bien que mon observation des discours circulant sur les séries télévisées, puisque je me trouve à la croisée de plusieurs sphères (de simple téléspectatrice à chercheuse universitaire en passant par le statut de fan, voire de sériephile s’il faut utiliser des gros mots), permet de faire émerger un changement de cap. Ce billet relève donc, d’une certaine manière, non seulement d’une écriture située, mais aussi d’un point de vue si ce n’est polémique, du moins un peu paradoxal. Pour reprendre une expression galvaudée les vues exprimées ici n’engagent que moi : certaines paraîtront exagérées, d’autres peut-être fausses, le point de vue de mes lecteurs fans de séries sera sans doute à l’opposé de celui de mes lecteurs universitaires, lui même différent de celui de mes lecteurs journalistes. Mais en posant côte à côte les faits que je relève et en tentant de les analyser à la fois en tant qu’actrice du phénomène et en tant que chercheuse surplombant la problématique, j’espère faire émerger une envie de dialoguer (les commentaires sont ouverts !) sur ce que sont, aujourd’hui, les séries télévisées, sur ce que veut dire d’en regarder et sur ce que c’est que d’en parler.

Donc, en guise d’ouverture à 2018, quelques réflexions sur l’année 2017 du point de vue des discours sériephiles.

 

Continuer la lecture de « 2017, le retour de la sériephilie téléphile ? »

John Munch : un personnage super-sériel

Je travaille actuellement sur la mobilité des personnages de séries télévisées d’un programme à un autre, creusant le sillon de l’étude de l’intertextualité sérielle qui m’intéresse depuis très longtemps. Je m’inscris, dans cette étude, dans la lignée des travaux de Sabine Chalvon-Demersay sur les personnages et les héros de séries télévisées. Cette dernière a créé la notion de HST, pour Héros de Série Télévisée, qui est pour elle une entité différente du héros de théâtre ou de film de cinéma. Dans cette conception, le héros fait corps avec la série qui l’accueille. Or, que se passe-t-il quand un personnage essaime tellement qu’il devient le personnage de deux ou plusieurs séries télévisées ? Qu’est-ce qui fait que nous définissions un tel personnage par rapport à une série plutôt qu’à une autre ? Nous sommes certes là face à des cas limites, mais ils nous aident sans aucun doute à penser les cas plus classiques et les nouvelles frontières que semble épouser cette notion de personnage (ou de héros) de série télévisée.

 

Dans cette réflexion, le cas de John Munch est intéressant en ce qu’il est un des premiers à avoir autant circulé entre des programmes différents, certains liés entre eux en termes de production, d’autres totalement étrangers les uns aux autres. De même, certaines de ces incursions sont “sérieuses”, tandis que d’autres sont comiques, voire totalement loufoques. Cependant, il semble pouvoir être vu comme une matrice, ou du moins une expérimentation, pour d’autres modes de circulation de personnages entre différentes séries, systématisés aujourd’hui dans certains cadres comme le Marvel Cinematic Universe ou la franchise Chicago1. Pour penser ces nouveaux modes de mobilité du personnel fictionnel, je propose le terme de super-sérialité : de même que, dans le passage du héros au super-héros, on a une maximalisation des qualités du héros et l’incarnation de capacités hors du commun, de même, dans le passage du personnage sériel au personnage super-sériel, on a un étirement des qualités sérielles du personnage (dont le retour se fait non seulement dans sa série, mais aussi dans d’autres) et l’incarnation d’une relation encore plus approfondie avec le public.

Continuer la lecture de « John Munch : un personnage super-sériel »

  1. Ces cas seront traités dans un article à paraître dans le numéro de Télévision consacré aux mutations du héros sériel à paraître en 2018. []

Timeless : à la recherche du temps perdu

Ce texte est une version un peu modifiée et hypertextuellement enrichie de la communication Extratemporanéité de la remémoration, tempos de la narration : l’exemple de Timeless (NBC, 2016+)que j’ai donnée le 22 septembre 2017 lors de journée thématique GUEST2, Mémoires et oublis dans les séries télévisées. Que l’équipe GUEST et l’université de Caen soient encore une fois remerciées ici de leur accueil.

Une captation vidéo de cette communication est disponible sur la chaîne Youtube du réseau GUEST (de même qu’une captation de toutes les communications de la journée) :

 

 

Tous les extraits vidéos sont la propritété de NBC et de Sony Pictures Entertainment et sont utilisés au titre du fair use.

 


 

Timeless est une série télévisée créée par Eric Kripke et Ryan Murphy diffusée sur NBC entre octobre  2016 et février 2017. La série prend place dans la Silicon Valley, ce qui est une des nouvelles tendances de la production télévisuelle actuelle, San Francisco étant (re)devenu un lieu iconique dans les représentations fictionnelles contemporaines  : Connor Mason — personnage inspiré d’Elon Musk le patron de Tesla — a inventé une machine à voyager dans le temps. Garcia Flynn, un ancien agent de la CIA, vole la machine en enlevant l’ingénieur en chef du projet, Anthony Bruhl. La Homeland Security prend en charge l’affaire en la personne de l’agent Denise Christopher, qui réunit une équipe de choc pour poursuivre Flynn à travers le temps : Lucy Preston, une historienne enseignant à Stanford, qui dirigera l’équipe et s’assurera que l’histoire ne sera pas trop modifiée lors des différents sauts dans le temps ; Wyatt Logan, un soldat des forces spéciales américaines (il appartient à la Delta Force), qui doit s’occuper de Flynn et le neutraliser quand ils le trouveront ; et Rufus Carlin, un ingénieur informaticien de Mason Industries en charge de piloter le prototype de la machine à voyager dans le temps. Rapidement, les différents voyages temporels vont révéler l’existence d’une société secrète, Rittenhouse, qui a marqué de manière indélébile l’histoire du pays. Continuer la lecture de « Timeless : à la recherche du temps perdu »

La “purge rurale” de 1971

Les amateurs de séries connaissent au moins de nom la “purge rurale” de 19711, qui est sans doute un des séismes les plus importants qu’ait connu la télévision américaine dans son histoire. En quelques années (de la saison 1969-70 à la saison 1974-75), une trentaine de séries et programmes (dont certains étaient diffusés depuis de nombreuses années) est annulée, principalement par CBS. En cette période de peak television, cela peut paraître peu, mais il faut rappeler le contexte : il y a seulement trois chaînes nationales de télévision, représentant sur la semaine un total de 75 heures de programmes de primetime tous genres confondus (à la rentrée 1969). À l’époque, la télévision américaine passait encore beaucoup de films et d’unitaires  et si on peut estimer à 20 heures au minimum la part de programmes de primetime consacrés à d’autres genres (jeux, sports, films, information…), on voit que le nombre des séries annulées est proportionnellement énorme.

Continuer la lecture de « La “purge rurale” de 1971 »

  1. L’expression a une origine inconnue. Les chercheurs travaillant sur la télévision indiquent que tout le monde, dans l’industrie télévisuelle, la connaît et l’utilise, mais ne sont pas capables de la “sourcer”. Une recherche effectuée dans les archives numériques de la presse américaine montre qu’elle semble tardive puisque la première occurrence que nous avons trouvée date de 2012 dans le New York Times. Cela montre à tout le moins que cette expression est une conceptualisation a posteriori d’un phénomène télévisuel. []

Maguy, une sitcom pionnière

Si Maguy (1985-1994) est une série dont tout le monde (ou quasiment) a déjà vu des images, peu savent qu’elle est l’adaptation d’une sitcom américaine, Maude, diffusée sur CBS entre 1972 et 1978. Elle était la création d’un des plus grands producteurs de la télévision américaine, Norman Lear, qui a totalement renouvelé le genre de la sitcom dans les années 1970, en proposant des cadres beaucoup plus urbains (la période précédente avait multiplié les westerns et les sitcoms rurales) et abordant frontalement des sujets de société, parfois parmi les plus controversés. Le passage d’un côté de l’Atlantique à l’autre a affaibli le propos, mais Maguy reste, d’un point de vue purement industriel, une réussite de la télévision française.

Maude, une sitcom engagée dans un contexte télévisuel tourmenté

Maude est mise à l’antenne à la rentrée 1972 par CBS. La série a été créée par Norman Lear à partir d’une autre série, All in the Family : Maude est la cousine d’Edith Bunker, le premier rôle féminin de la série. Face au succès d’All in the Family (dont la diffusion a commencé en janvier 1971) qui devient dès sa première saison le programme le plus regardé de toute la télévision américaine, CBS demande à Norman Lear de dériver une nouvelle série : ce sera Maude. CBS, à cette période, opère un changement total d’image et veut à tout prix rajeunir son public. Continuer la lecture de « Maguy, une sitcom pionnière »

Quand les Anglais débarquaient sur les ondes américaines (un hommage à Roger Moore)

La carrière télévisuelle de Roger Moore est, pour une grande part, à cheval entre le Royaume-Uni et les États-Unis, à une époque où les producteurs britanniques tentaient de profiter des besoins américains pour exporter leurs programmes et où les productions américaines tentaient de contourner les barrières de la télévision britannique. Cela fait de lui une incarnation parfaite des mutations télévisuelles des années 1960.

« Gloire à Ivanhoé ! »

Son premier grand rôle, celui d’Ivanhoé dans la série éponyme, prend place dans une co-production anglo-américaine, qui cherche à tirer profit de – et à concurrencer – les réussites de Lew Grade, un grand producteur britannique qui est le premier à réussir avec succès à traverser l’Atlantique. Ce dernier est en effet à l’origine de la diffusion, en 1955 sur CBS, des Aventures de Robin des Bois, qui est saluée à l’époque par la presse comme de bien plus grande qualité que les programmes américains destinés à la jeunesse et comme une « réponse aux prières des mères » voulant que leurs enfants ne regardent plus de westerns qui faisaient la part belle aux armes à feu. Lew Grade réitère ce succès l’année suivante avec Les aventures de Lancelot, vendues à NBC. Continuer la lecture de « Quand les Anglais débarquaient sur les ondes américaines (un hommage à Roger Moore) »

« Résistants », un thriller qui vous veut du bien

Le dernier roman de Thierry Crouzet, Résistants, est sorti le 19 avril. L’accroche de la couverture, « Le thriller qui va changer votre regard sur les antibiotiques », contient plusieurs promesses : celle d’un bon divertissement, liée au genre du thriller, et celle d’une découverte ou d’un apprentissage utile, soit les deux éléments fondateurs d’un ensemble de pratiques et de recherches appelé entertainment education, largement développé aux États-Unis, notamment à la télévision. The Conversation

Ainsi, récemment, la presse française s’est fait l’écho de femmes ayant consulté un médecin après avoir reconnu, dans Grey’s Anatomy, des symptômes qu’elles présentaient et ayant ainsi pu commencer très précocement un traitement contre leur cancer, qui n’avait pas été diagnostiqué auparavant. Continuer la lecture de « « Résistants », un thriller qui vous veut du bien »

Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016)

Je tente ici une nouvelle pratique (que j’appelle pratique faute de mieux) : communiquer les documents de travail ayant été produits au moment de l’écriture d’un article. En effet, du moins en SHS, il me semble qu’on a guère l’habitude de publier nos codages (quand on fait de l’analyse de contenu), nos corpus, nos transcriptions, bref ce qu’on pourrait appeler des documents ou résultats bruts , et qu’on ne publie ainsi que des résultats interprétés, mais dont personne ne peut vérifier la pertinence ou la justesse.

En outre, en tant qu’encadrante de mémoire, il m’est déjà arrivé de partager de tels documents avec les étudiants, pour qu’ils ne perdent pas de temps à reproduire des documents de travail qui existent déjà et qu’ils se concentrent sur le travail d’interprétation ou d’analyse. Enfin, peut-être cela intéressera-t-il des collègues, qui pourraient faire tout autre chose de ces documents, en raison d’un ancrage disciplinaire différent ou d’une nouvelle problématique. Cela aidera aussi peut-être dans la constitution de corpus sur des sujets voisins. Bref, je serai ravie, si des collègues passent ici, qu’ils me disent en commentaire si ce type de “publication autour d’un article” leur paraît utile ou non (pour eux ou pour les étudiants), ce qu’ils en pensent, s’ils ont des idées d’amélioration.

 

Ce billet étrenne une nouvelle étiquette, “Sur mes disques durs”, sous laquelle seront publiés des documents de ce type.

 

 

Questions de communication a accueilli, en 2016, un ensemble du travaux issus du Groupe d’Intervisions sur l’Antibiorésistance de l’Université Sorbonne-Paris Cité, qui est un groupe interdisciplinaire (médecine humaine, médecine vétérinaire, pharmacie, sociologie, SIC…) qui s’est formé dans la lignée de la constitution du groupe de travail spécial pour la préservation des antibiotiques, au ministère de la Santé : le but de ce groupe de travail spécial était de rédiger un rapport, remis à Marisol Touraine, proposant des moyens de lutte efficaces et innovants contre la résistance bactérienne aux antibiotiques. Continuer la lecture de « Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search