“Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2)

La série Cherif est un des succès de la case policière du vendredi soir sur France 2 : en alternance avec CaïnCandice Renoir ou encore Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, cette série participe à l’héritage de la case “Une soirée, deux polars” / “Une soirée de polars”, lancée en octobre 1999 et plus exploitée depuis 20091. Cependant, l’habitude de programmer des séries télévisées policières le vendredi soir sur France 2 est restée, d’autant plus que la loi interdit la diffusion de films de cinéma ce soir-là à la télévision.

 

Citations marquées vs citations masquées

Cherif dans son bureau au commissariat

Parmi les différentes séries diffusées dans cette case, Cherif se distingue notamment par un emploi très particulier de l’intextextualité : le personnage principal, le capitaine Kader Cherif, est un fan de séries télévisées et fait référence très régulièrement à des séries policières appartenant à la mémoire collective. Quand il s’agit de résoudre une affaire ou d’avancer dans une enquête, il n’est pas rare qu’il s’inspire du déroulement d’un épisode d’une série pour décider de son comportement. Généralement, Cherif explicite alors clairement un épisode précis : il peut ainsi s’écrier “Kojak, saison 1, épisode 1″ , puis expliquer à son interlocuteur en quoi cet épisode se rapproche de l’enquête qu’il est précisément en train de mener. Cette intertextualité est transparente, en ce sens qu’aucun téléspectateur (même un téléspectateur qui ne connaîtrait pas la série citée) ne peut manquer la référence intertextuelle. C’est ce que, dans mes travaux sur l’intertextualité dans les séries télévisées, j’ai appelé les “citations marquées”. Ces citations marquées peuvent aussi être visuelles : le cas le plus évident, dans Cherif, est l’affiche du film Les Nouveaux exploits de Shaft accrochée dans le bureau de Cherif, mais on note aussi parfois un t-shirt Amicalement vôtre par exemple.

Continuer la lecture de « “Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2) »

  1. Du moins d’après la base du dépôt légal de l’INA. []

Maguy, une sitcom pionnière

Si Maguy (1985-1994) est une série dont tout le monde (ou quasiment) a déjà vu des images, peu savent qu’elle est l’adaptation d’une sitcom américaine, Maude, diffusée sur CBS entre 1972 et 1978. Elle était la création d’un des plus grands producteurs de la télévision américaine, Norman Lear, qui a totalement renouvelé le genre de la sitcom dans les années 1970, en proposant des cadres beaucoup plus urbains (la période précédente avait multiplié les westerns et les sitcoms rurales) et abordant frontalement des sujets de société, parfois parmi les plus controversés. Le passage d’un côté de l’Atlantique à l’autre a affaibli le propos, mais Maguy reste, d’un point de vue purement industriel, une réussite de la télévision française.

Maude, une sitcom engagée dans un contexte télévisuel tourmenté

Maude est mise à l’antenne à la rentrée 1972 par CBS. La série a été créée par Norman Lear à partir d’une autre série, All in the Family : Maude est la cousine d’Edith Bunker, le premier rôle féminin de la série. Face au succès d’All in the Family (dont la diffusion a commencé en janvier 1971) qui devient dès sa première saison le programme le plus regardé de toute la télévision américaine, CBS demande à Norman Lear de dériver une nouvelle série : ce sera Maude. CBS, à cette période, opère un changement total d’image et veut à tout prix rajeunir son public. Continuer la lecture de « Maguy, une sitcom pionnière »