La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque

Myriam Tsikounas m’a invitée cette année à parler dans son séminaire L’histoire par l’image et les sons à l’université Panthéon-Sorbonne. J’y ai présenté des éléments de méthodologie pour mener efficacement une recherche dans la documentation écrite de l’INA, qui est souvent délaissée et méconnue, et en tirer parti le plus possible.

Vous trouverez une copie PDF de la présentation que j’ai projetée lors de cette intervention1. Elle comportait trois parties : d’abord une présentation des différents types de sources écrites à l’INA, puis quelques conseils et astuces pour mener une recherche efficace, et enfin quelques illustrations à partir d’études de cas tirés de mes recherches sur Série rose, Suivez Budart et Si Perrault m’était conté.

Je ne vais pas reprendre de manière exhaustive ce que j’y ai dit (ni ce qui est sur la présentation téléchargeable en PDF), mais je pense cependant qu’un certain nombre d’éléments de cette présentation peut être utile à un chercheur n’ayant pas l’habitude de l’INA ou aux étudiants. Continuer la lecture de « La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque »

  1. J’ai dû baisser la résolution des images pour passer sous la barre de 10MB imposée par la plateforme, ce qui réduit un peu la lisibilité. []

Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse

Il y a quelques jours, dans un article de son blog, David Peyron a proposé la notion de “cosmoéidolie” pour nommer notre capacité de récepteur (lecteur, spectateur, téléspectateur) à voir des mondes, à imaginer de grands univers reliant différentes fictions. Je trouve le terme très intéressant parce que, contrairement à ceux de “réalités partagées” ou de “réalités alternatives” que je peux utiliser pour référer dans mes travaux à ces phénomènes d’agglutinations fictionnelles, il met l’accent, du fait de sa construction sur le modèle de paréidolie, sur le rôle du récepteur dans la construction des liens entre fictions : s’il y a certes insertion par le producteur du contenu d’un élément qui va faire lien entre deux oeuvres ou deux univers, c’est la capacité du récepteur à le voir et à l’interpréter qui va permettre l’embrayage de cette cosmoéidolie.

David Peyron cite dans son article de nombreux exemples, tirés du cinéma ou de la télévision, et je vais ici revenir sur un des premiers cas, à ma connaissance, de cosmoéidolie télévisuelle, relativement méconnu en France et assez ancien pour pouvoir faire une sorte d’archéologie du phénomène : je veux parler du Westphallverse (connu aussi sous le nom de Tommy Westphall’s Mind Hypothesis), une théorie que j’ai évoquée rapidement dans ma thèse et dans un article sous presse pour le numéro 9 de Télévision (instant autopromo !). C’est à mon sens une des plus fascinantes théories de fans.

Continuer la lecture de « Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse »

François Guédon : un enfant du siècle et de la télé

Aujourd’hui, on ne parlera pas série télévisée au sens strict sur ce carnet de recherche, mais spectacle vivant et télévision. Je suis allée voir le nouveau spectacle de François GuédonL’Affaire Guédon. Étant donné la communication qui est faite autour du spectacle et les commentaires écrits par des spectateurs sur Billets Réduc (l’un parle par exemple de “théâtre littéraire” et souligne que, pour lui, “Le seul bémol est que le choix comique est sur la parodie et pas forcément sur la mise en valeurs de grands textes littéraires et de dérision comme à la Lucchini.”), je pensais voir un seul en scène humoristique et littéraire.

Cependant, le coeur du spectacle est davantage centré sur une navigation incessante entre culture “d’en haut” et culture “d’en bas” (pour reprendre la traduction française du livre de Lawrence W. Levine sur l’émergence des hiérarchies culturelles aux États-Unis), entre culture classique ou légitime et culture populaire ou inavouable. Ainsi, la présentation officielle du spectacle commence par l’expression “œuvrant à l’improbable réconciliation entre Racine et Nabilla”, comme l’atteste ce sketch précédent du comédien (présent sous une forme un peu récrite dans L’Affaire Guédon) :

Continuer la lecture de « François Guédon : un enfant du siècle et de la télé »

“Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2)

La série Cherif est un des succès de la case policière du vendredi soir sur France 2 : en alternance avec CaïnCandice Renoir ou encore Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, cette série participe à l’héritage de la case “Une soirée, deux polars” / “Une soirée de polars”, lancée en octobre 1999 et plus exploitée depuis 20091. Cependant, l’habitude de programmer des séries télévisées policières le vendredi soir sur France 2 est restée, d’autant plus que la loi interdit la diffusion de films de cinéma ce soir-là à la télévision.

 

Citations marquées vs citations masquées

Cherif dans son bureau au commissariat

Parmi les différentes séries diffusées dans cette case, Cherif se distingue notamment par un emploi très particulier de l’intextextualité : le personnage principal, le capitaine Kader Cherif, est un fan de séries télévisées et fait référence très régulièrement à des séries policières appartenant à la mémoire collective. Quand il s’agit de résoudre une affaire ou d’avancer dans une enquête, il n’est pas rare qu’il s’inspire du déroulement d’un épisode d’une série pour décider de son comportement. Généralement, Cherif explicite alors clairement un épisode précis : il peut ainsi s’écrier “Kojak, saison 1, épisode 1″ , puis expliquer à son interlocuteur en quoi cet épisode se rapproche de l’enquête qu’il est précisément en train de mener. Cette intertextualité est transparente, en ce sens qu’aucun téléspectateur (même un téléspectateur qui ne connaîtrait pas la série citée) ne peut manquer la référence intertextuelle. C’est ce que, dans mes travaux sur l’intertextualité dans les séries télévisées, j’ai appelé les “citations marquées”. Ces citations marquées peuvent aussi être visuelles : le cas le plus évident, dans Cherif, est l’affiche du film Les Nouveaux exploits de Shaft accrochée dans le bureau de Cherif, mais on note aussi parfois un t-shirt Amicalement vôtre par exemple.

Continuer la lecture de « “Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2) »

  1. Du moins d’après la base du dépôt légal de l’INA. []

Maguy, une sitcom pionnière

Si Maguy (1985-1994) est une série dont tout le monde (ou quasiment) a déjà vu des images, peu savent qu’elle est l’adaptation d’une sitcom américaine, Maude, diffusée sur CBS entre 1972 et 1978. Elle était la création d’un des plus grands producteurs de la télévision américaine, Norman Lear, qui a totalement renouvelé le genre de la sitcom dans les années 1970, en proposant des cadres beaucoup plus urbains (la période précédente avait multiplié les westerns et les sitcoms rurales) et abordant frontalement des sujets de société, parfois parmi les plus controversés. Le passage d’un côté de l’Atlantique à l’autre a affaibli le propos, mais Maguy reste, d’un point de vue purement industriel, une réussite de la télévision française.

Maude, une sitcom engagée dans un contexte télévisuel tourmenté

Maude est mise à l’antenne à la rentrée 1972 par CBS. La série a été créée par Norman Lear à partir d’une autre série, All in the Family : Maude est la cousine d’Edith Bunker, le premier rôle féminin de la série. Face au succès d’All in the Family (dont la diffusion a commencé en janvier 1971) qui devient dès sa première saison le programme le plus regardé de toute la télévision américaine, CBS demande à Norman Lear de dériver une nouvelle série : ce sera Maude. CBS, à cette période, opère un changement total d’image et veut à tout prix rajeunir son public. Continuer la lecture de « Maguy, une sitcom pionnière »

Walerian Borowczyk was a television director too.

MUBI, a curated subscription video-on-demand service dedicated to independent and foreign movies, currently programs a 10-film series on Walerian Borowczyk. In Paris, some of his movies are screened from February 24th to March 19th at Centre Prompidou. This Polish-born director has worked a lot with Anatole Dauman (an important producer of Nouvelle Vague movies such as Hiroshima mon amour or Deux ou trois choses que je sais d’elle). His career is divided in two parts: first some avant-garde films, then some controversial movies: his earlier work had a certain erotic quality while his last films were more akin to cheap pornography.

 

Carton titre de Série rose – DR INA

 

Regrettably, his work for television is less known. In the 1980s, he was asked by Pierre Grimblat to take part in the creation of Série rose, a French television drama dedicated to on-screen adaptation of erotic classics. Walerian Borowczyk directed four episodes, between 1986 and 1991. It is interesting to note that Pierre Grimblat, like Borowczyk in a way, was a member of the Nouvelle Vague movement1. One of his first television productions, Série noire (1984-1989), was clearly influenced by Nouvelle Vague aesthetics, one episode was even written and directed by Jean-Luc Godard2. Continuer la lecture de « Walerian Borowczyk was a television director too. »

  1. For example, his first film Me faire ça à moi was written with François Truffaut. []
  2. Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma” []