La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque

Myriam Tsikounas m’a invitée cette année à parler dans son séminaire L’histoire par l’image et les sons à l’université Panthéon-Sorbonne. J’y ai présenté des éléments de méthodologie pour mener efficacement une recherche dans la documentation écrite de l’INA, qui est souvent délaissée et méconnue, et en tirer parti le plus possible.

Vous trouverez une copie PDF de la présentation que j’ai projetée lors de cette intervention1. Elle comportait trois parties : d’abord une présentation des différents types de sources écrites à l’INA, puis quelques conseils et astuces pour mener une recherche efficace, et enfin quelques illustrations à partir d’études de cas tirés de mes recherches sur Série rose, Suivez Budart et Si Perrault m’était conté.

Je ne vais pas reprendre de manière exhaustive ce que j’y ai dit (ni ce qui est sur la présentation téléchargeable en PDF), mais je pense cependant qu’un certain nombre d’éléments de cette présentation peut être utile à un chercheur n’ayant pas l’habitude de l’INA ou aux étudiants. Continuer la lecture de « La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque »

  1. J’ai dû baisser la résolution des images pour passer sous la barre de 10MB imposée par la plateforme, ce qui réduit un peu la lisibilité. []

Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016)

Je tente ici une nouvelle pratique (que j’appelle pratique faute de mieux) : communiquer les documents de travail ayant été produits au moment de l’écriture d’un article. En effet, du moins en SHS, il me semble qu’on a guère l’habitude de publier nos codages (quand on fait de l’analyse de contenu), nos corpus, nos transcriptions, bref ce qu’on pourrait appeler des documents ou résultats bruts , et qu’on ne publie ainsi que des résultats interprétés, mais dont personne ne peut vérifier la pertinence ou la justesse.

En outre, en tant qu’encadrante de mémoire, il m’est déjà arrivé de partager de tels documents avec les étudiants, pour qu’ils ne perdent pas de temps à reproduire des documents de travail qui existent déjà et qu’ils se concentrent sur le travail d’interprétation ou d’analyse. Enfin, peut-être cela intéressera-t-il des collègues, qui pourraient faire tout autre chose de ces documents, en raison d’un ancrage disciplinaire différent ou d’une nouvelle problématique. Cela aidera aussi peut-être dans la constitution de corpus sur des sujets voisins. Bref, je serai ravie, si des collègues passent ici, qu’ils me disent en commentaire si ce type de “publication autour d’un article” leur paraît utile ou non (pour eux ou pour les étudiants), ce qu’ils en pensent, s’ils ont des idées d’amélioration.

 

Ce billet étrenne une nouvelle étiquette, “Sur mes disques durs”, sous laquelle seront publiés des documents de ce type.

 

 

Questions de communication a accueilli, en 2016, un ensemble du travaux issus du Groupe d’Intervisions sur l’Antibiorésistance de l’Université Sorbonne-Paris Cité, qui est un groupe interdisciplinaire (médecine humaine, médecine vétérinaire, pharmacie, sociologie, SIC…) qui s’est formé dans la lignée de la constitution du groupe de travail spécial pour la préservation des antibiotiques, au ministère de la Santé : le but de ce groupe de travail spécial était de rédiger un rapport, remis à Marisol Touraine, proposant des moyens de lutte efficaces et innovants contre la résistance bactérienne aux antibiotiques. Continuer la lecture de « Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016) »

Télévisions de Bruno Patino

J’aime beaucoup lire les mémoires et autres autobiographies des acteurs du secteur télévisuel, qui donnent généralement un point de vue différent sur les programmes que j’analyse. Souvent exempts des visées promotionnelles des interviews dans la presse, ces ouvrages permettent souvent de mieux comprendre les choses ou d’apprendre des éléments sur les coulisses, même s’il s’agit toujours de livres dont l’écriture est située et qu’il faut donc faire la part, parfois, de justifications postérieures ou de relectures orientées des faits passés : c’est d’ailleurs un problème que rencontrent souvent les étudiants quand ils mobilisent ce genre d’écrits dans leurs recherches ou leurs travaux. Ils ont une très nette tendance à tout prendre “pour argent comptant” et ne réfléchissent pas à la posture de l’auteur. Peut-être nos collègues sociologues auraient des références à nous donner (en commentaire, par exemple) pour les aider à acquérir une lecture critique, parce que je pense que ce problème est au coeur de leur travail (qu’il s’agisse d’entretiens directs ou de sources indirectes comme les articles de presse ou les mémoires).

 

J’ai fini récemment Télévisions de Bruno Patino, qui revient sur son expérience comme directeur des programmes des antennes et du numérique à France Télévisions. C’est un ouvrage très personnel (ce que dénote clairement la typographie du titre, qui différencie par l’emploi du romain et de l’italique, le préfixe télé et la racine visions) qui, dit-il dans les remerciements, “n’est pas un essai sur la télévision, ni un livre de souvenirs” (p.197). En réalité, il me semble plutôt être les deux à la fois. Se succèdent en effet des chapitres fortement analytiques (par exemple sur Netflix ou la Google TV) et des chapitres que je qualifierai d’ambiance, fondés sur des anecdotes tirées de ses carnets (même si les chapitres plus analytiques ont aussi pour point de départ des expériences personnelles de Buno Patino). Le lecteur a ainsi à la fois des portraits (par exemple, Laurent Ruquier, Catherine Barma, Thierry Ardisson, Michel Drucker, Patrick Sébastien, Frédéric Taddéi etc., dans un style qui pourrait rappeler parfois celui des Caractères de La Bruyère), des analyses sur les mutations de la télévision notamment en ce qui concerne l’irruption du numérique et des réflexions sur ce qui fonde le médium télévisuel en tant que tel. Continuer la lecture de « Télévisions de Bruno Patino »