Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse

Il y a quelques jours, dans un article de son blog, David Peyron a proposé la notion de “cosmoéidolie” pour nommer notre capacité de récepteur (lecteur, spectateur, téléspectateur) à voir des mondes, à imaginer de grands univers reliant différentes fictions. Je trouve le terme très intéressant parce que, contrairement à ceux de “réalités partagées” ou de “réalités alternatives” que je peux utiliser pour référer dans mes travaux à ces phénomènes d’agglutinations fictionnelles, il met l’accent, du fait de sa construction sur le modèle de paréidolie, sur le rôle du récepteur dans la construction des liens entre fictions : s’il y a certes insertion par le producteur du contenu d’un élément qui va faire lien entre deux oeuvres ou deux univers, c’est la capacité du récepteur à le voir et à l’interpréter qui va permettre l’embrayage de cette cosmoéidolie.

David Peyron cite dans son article de nombreux exemples, tirés du cinéma ou de la télévision, et je vais ici revenir sur un des premiers cas, à ma connaissance, de cosmoéidolie télévisuelle, relativement méconnu en France et assez ancien pour pouvoir faire une sorte d’archéologie du phénomène : je veux parler du Westphallverse (connu aussi sous le nom de Tommy Westphall’s Mind Hypothesis), une théorie que j’ai évoquée rapidement dans ma thèse et dans un article sous presse pour le numéro 9 de Télévision (instant autopromo !). C’est à mon sens une des plus fascinantes théories de fans.

Continuer la lecture de « Toute la télévision est une “cosmoéidolie” (D. Peyron) : le Westphallverse »

“Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2)

La série Cherif est un des succès de la case policière du vendredi soir sur France 2 : en alternance avec CaïnCandice Renoir ou encore Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, cette série participe à l’héritage de la case “Une soirée, deux polars” / “Une soirée de polars”, lancée en octobre 1999 et plus exploitée depuis 20091. Cependant, l’habitude de programmer des séries télévisées policières le vendredi soir sur France 2 est restée, d’autant plus que la loi interdit la diffusion de films de cinéma ce soir-là à la télévision.

 

Citations marquées vs citations masquées

Cherif dans son bureau au commissariat

Parmi les différentes séries diffusées dans cette case, Cherif se distingue notamment par un emploi très particulier de l’intextextualité : le personnage principal, le capitaine Kader Cherif, est un fan de séries télévisées et fait référence très régulièrement à des séries policières appartenant à la mémoire collective. Quand il s’agit de résoudre une affaire ou d’avancer dans une enquête, il n’est pas rare qu’il s’inspire du déroulement d’un épisode d’une série pour décider de son comportement. Généralement, Cherif explicite alors clairement un épisode précis : il peut ainsi s’écrier “Kojak, saison 1, épisode 1″ , puis expliquer à son interlocuteur en quoi cet épisode se rapproche de l’enquête qu’il est précisément en train de mener. Cette intertextualité est transparente, en ce sens qu’aucun téléspectateur (même un téléspectateur qui ne connaîtrait pas la série citée) ne peut manquer la référence intertextuelle. C’est ce que, dans mes travaux sur l’intertextualité dans les séries télévisées, j’ai appelé les “citations marquées”. Ces citations marquées peuvent aussi être visuelles : le cas le plus évident, dans Cherif, est l’affiche du film Les Nouveaux exploits de Shaft accrochée dans le bureau de Cherif, mais on note aussi parfois un t-shirt Amicalement vôtre par exemple.

Continuer la lecture de « “Cherif, fais-moi peur !” : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2) »

  1. Du moins d’après la base du dépôt légal de l’INA. []

2017, le retour de la sériephilie téléphile ?

Le billet d’aujourd’hui est davantage fondé sur un ressenti et des impressions que sur une étude de corpus, bien charpentée, avec une grille d’analyse déroulée dans le but de créer un savoir nouveau sur les séries télévisées. Cependant, je crois bien que mon observation des discours circulant sur les séries télévisées, puisque je me trouve à la croisée de plusieurs sphères (de simple téléspectatrice à chercheuse universitaire en passant par le statut de fan, voire de sériephile s’il faut utiliser des gros mots), permet de faire émerger un changement de cap. Ce billet relève donc, d’une certaine manière, non seulement d’une écriture située, mais aussi d’un point de vue si ce n’est polémique, du moins un peu paradoxal. Pour reprendre une expression galvaudée les vues exprimées ici n’engagent que moi : certaines paraîtront exagérées, d’autres peut-être fausses, le point de vue de mes lecteurs fans de séries sera sans doute à l’opposé de celui de mes lecteurs universitaires, lui même différent de celui de mes lecteurs journalistes. Mais en posant côte à côte les faits que je relève et en tentant de les analyser à la fois en tant qu’actrice du phénomène et en tant que chercheuse surplombant la problématique, j’espère faire émerger une envie de dialoguer (les commentaires sont ouverts !) sur ce que sont, aujourd’hui, les séries télévisées, sur ce que veut dire d’en regarder et sur ce que c’est que d’en parler.

Donc, en guise d’ouverture à 2018, quelques réflexions sur l’année 2017 du point de vue des discours sériephiles.

 

Continuer la lecture de « 2017, le retour de la sériephilie téléphile ? »