« Résistants », un thriller qui vous veut du bien

Le dernier roman de Thierry Crouzet, Résistants, est sorti le 19 avril. L’accroche de la couverture, « Le thriller qui va changer votre regard sur les antibiotiques », contient plusieurs promesses : celle d’un bon divertissement, liée au genre du thriller, et celle d’une découverte ou d’un apprentissage utile, soit les deux éléments fondateurs d’un ensemble de pratiques et de recherches appelé entertainment education, largement développé aux États-Unis, notamment à la télévision. The Conversation

Ainsi, récemment, la presse française s’est fait l’écho de femmes ayant consulté un médecin après avoir reconnu, dans Grey’s Anatomy, des symptômes qu’elles présentaient et ayant ainsi pu commencer très précocement un traitement contre leur cancer, qui n’avait pas été diagnostiqué auparavant. Continuer la lecture de « « Résistants », un thriller qui vous veut du bien »

Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016)

Je tente ici une nouvelle pratique (que j’appelle pratique faute de mieux) : communiquer les documents de travail ayant été produits au moment de l’écriture d’un article. En effet, du moins en SHS, il me semble qu’on a guère l’habitude de publier nos codages (quand on fait de l’analyse de contenu), nos corpus, nos transcriptions, bref ce qu’on pourrait appeler des documents ou résultats bruts , et qu’on ne publie ainsi que des résultats interprétés, mais dont personne ne peut vérifier la pertinence ou la justesse.

En outre, en tant qu’encadrante de mémoire, il m’est déjà arrivé de partager de tels documents avec les étudiants, pour qu’ils ne perdent pas de temps à reproduire des documents de travail qui existent déjà et qu’ils se concentrent sur le travail d’interprétation ou d’analyse. Enfin, peut-être cela intéressera-t-il des collègues, qui pourraient faire tout autre chose de ces documents, en raison d’un ancrage disciplinaire différent ou d’une nouvelle problématique. Cela aidera aussi peut-être dans la constitution de corpus sur des sujets voisins. Bref, je serai ravie, si des collègues passent ici, qu’ils me disent en commentaire si ce type de “publication autour d’un article” leur paraît utile ou non (pour eux ou pour les étudiants), ce qu’ils en pensent, s’ils ont des idées d’amélioration.

 

Ce billet étrenne une nouvelle étiquette, “Sur mes disques durs”, sous laquelle seront publiés des documents de ce type.

 

 

Questions de communication a accueilli, en 2016, un ensemble du travaux issus du Groupe d’Intervisions sur l’Antibiorésistance de l’Université Sorbonne-Paris Cité, qui est un groupe interdisciplinaire (médecine humaine, médecine vétérinaire, pharmacie, sociologie, SIC…) qui s’est formé dans la lignée de la constitution du groupe de travail spécial pour la préservation des antibiotiques, au ministère de la Santé : le but de ce groupe de travail spécial était de rédiger un rapport, remis à Marisol Touraine, proposant des moyens de lutte efficaces et innovants contre la résistance bactérienne aux antibiotiques. Continuer la lecture de « Documents de travail : “Panique à la télé”, Questions de communication 29 (2016) »

Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18

La promotion de l’épisode de Law & Order: Special Victims Unit diffusé le 26 octobre 2016, “Rape Interrupted” (XVIII, 5), mettait en avant la présence d’Anthony Edwards, le fameux Dr Mark Greene d’ER (il faut rappeler que les sweeps ont commencé et qu’il est traditionnel à cette période d’avoir des guests prestigieux pour attirer le public). Cela m’a rappelé un autre rapprochement entre ces deux séries, l’épisode “Lowdown” de Law & Order: SVU lors de la saison 5.

Cet épisode a dans sa distribution Michael Beach, qui jouait dans ER Al Boulet, le mari de Jeanie Boulet qui a, au début de la série, une aventure avec le Dr Benton. À la fin de la deuxième saison, on apprend qu’Al est séropositif. La question du statut sérologique de Jeanie (et celui de Benton du même coup) fera partie du cliffhanger de la saison et on apprendra que Jeanie a été contaminée, mais pas Benton. La cause de la contamination d’Al est son infidélité : une de ses nombreuses maîtresses était séropositive et l’a infecté. Mais il fait savoir que l’intrigue originale n’était pas celle-ci : il était prévu qu’Al Boulet pratique le down-low : ce mot désigne la situation de certains hommes africains-américains qui se définissent comme hétérosexuels (ils sont souvent mariés avec des enfants) mais ont de relations avec d’autres hommes (tout en refusant l’étiquette de gays ou de bisexuels). Dans cette configuration, les risques de contamination entre un homme et son(ses) amant(s) sont élevés, de même que ceux entre l’homme et sa partenaire (ces risques sont beaucoup moins importants entre une femme infectée et un homme séronégatif, tel que cela est présenté en réalité dans ER). Les auteurs de la série ont expliqué qu’ils n’avaient pu aller aussi loin qu’ils le voulaient et que le down-low était trop controversé. Continuer la lecture de « Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18 »

À propos de “Corporeal Form” de Code Black (II, 3)

L’épisode “Corporeal Form” de Code Black proposait, parmi les différents cas médicaux de la semaine, une situation tournant autour d’une explosion dans la chaufferie de l’hôpital : un des ouvriers était bloqué sous les débris et ne pouvait être déplacé facilement puisque son thorax était traversé par un tuyau dont le retrait sans opération chirurgicale aurait créé une hémorragie fatale. Les premiers médecins sur place décident alors, en attendant les pompiers, de ramper jusqu’au blessé et de lui prodiguer sur place les premiers soins. Un des médecins attrape alors un kit de premiers secours fixé sur l’un de murs de la chaufferie, seul équipement disponible pour eux puisqu’ils pensaient pouvoir emmener le blessé directement aux urgences de l’hôpital.

À la fin de l’épisode, entre la dernière séquence et la bande-annonce du prochain épisode, est intercalé un PSA (Public Service Announcement) sous le slogan “CBS cares” : dans ce clip d’une vingtaine de secondes, les acteurs de la série s’adressent aux téléspectateurs pour leur expliquer que le kit de premiers secours de la chaufferie appartenait à la campagne “Stop the bleed”, qui est une initiative de la Maison blanche visant à déployer dans les lieux publics des kits permettant à tout le monde d’arrêter une hémorragie en attendant l’arrivée des secours. Les acteurs appellent le public à consulter deux sites Internet (Bleedingcontrol.org et le site du Homeland Security) pour en apprendre plus sur le déploiement de ces kits et la manière de s’en servir. La campagne est présente également sur le site de CBS, où une version longue de ce clip (une minute environ) donne davantage d’explications et explique précisément ce que contient le kit et comment l’utiliser. Continuer la lecture de « À propos de “Corporeal Form” de Code Black (II, 3) »

À propos de “Brother’s Keeper” de Chicago Med (II, 4)

 

 

Je m’intéresse depuis quelques temps à la question de la représentation de l’antibiorésistance dans les séries télévisées (par exemple dans cet article paru dans Questions de communication). Les problèmes posés par la question de ces représentations et de leur éventuel impact sur la connaissance des téléspectateurs, mais surtout sur leur comportement, sont nombreux et relativement peu étudiés en ce qui concerne l’antibiorésistance elle-même (ils sont bien plus étudiés sur d’autres questions de santé publique, comme le cancer du sein, aussi bien en anglais qu’en français).

L’épisode de Chicago Med diffusé sur NBC le 13 octobre 2016 présente une intrigue liée à une bactérie résistante aux antibiotiques : un premier malade se présente, puis un second, faisant craindre une épidémie. Une enquête épidémiologique commence (même si elle est beaucoup moins détaillée que dans d’autres séries) et le coupable est rapidement trouvé : il s’agit d’endoscopes contaminés. Quant aux malades (notamment le premier d’entre eux, qui est un enfant, ce qui touche particulièrement le Dr Natalie Manning), leur pronostic est moins inquiétant à partir du moment où l’on trouve un antibiotique auquel la bactérie est légèrement sensible. L’enjeu de cette ligne narrative, dans l’économie générale de la série, est d’approfondir l’histoire du Dr Charles puisque c’est sa fille, avec laquelle il n’a que très peu de contacts à son grand désarroi, qui est l’épidémiologiste qui va enquêter sur cette bactérie. Continuer la lecture de « À propos de “Brother’s Keeper” de Chicago Med (II, 4) »

Viol : les séries TV peuvent avoir un impact sur les comportements et les normes sociales

Une récente étude, menée par la Washington University et publiée dans Journal of Public Health, s’interroge sur l’impact de certaines séries télévisées – les franchises Law & Order, CSI et NCIS – sur les représentations et les intentions comportementales d’étudiants de première année d’université concernant les notions de viol, de consentement sexuel et de refus de relations sexuelles sans consentement préalable.

Si les résultats sont très parcellaires concernant NCIS et ses séries dérivées, l’article se concentre essentiellement sur les différentes séries Law & Order (en français New York Police Judiciaire, New York Unité Spéciale et New York Section criminelle) et CSI (Les Experts, Les Experts Miami et Les Experts Manhattan). Cependant, il est à noter que ces séries ne sont pas traitées à égalité (malgré ce qui est annoncé) et que l’étude met clairement à part New York Unité Spéciale, qui est comparée à la franchise des Experts en bloc.

L’influence des Experts et de New York Police Judiciaire

La principale conclusion de cette étude est une influence contrastée des séries Law & Order et des séries CSI sur les étudiants : les unes ont des effets plutôt positifs quand les secondes sont plutôt néfastes sur la question du consentement. Les séries Law & Order ont ainsi contribué à amoindrir, chez les étudiants interrogés, l’acceptation des mythes sur le viol et à augmenter les intentions déclarées à adhérer à l’expression du consentement de leur partenaire et à refuser de participer à une relation sexuelle non consentie par ce(tte) dernier(ère). Si le fait de regarder les séries de la franchise CSI n’a pas eu d’influence sur la question de l’adhésion ou non aux mythes sur le viol, leurs téléspectateurs ont cependant exprimé une moindre intention de chercher le consentement de leur partenaire et d’adhérer à l’expression de son consentement. Continuer la lecture de « Viol : les séries TV peuvent avoir un impact sur les comportements et les normes sociales »