En dehors d’Alerte Spoilers ! (septembre 2018-avril 2019).

Mon premier semestre universitaire a été très chargé en termes d’enseignements et relativement occupé aussi en recherche, d’où une absence de publication sur ce carnet de recherche.

Voici donc un petit récapitulatif de mes activités (de recherche, d’enseignement et de vulgarisation) de ces derniers mois, avec quelques liens si telle ou telle chose vous intéresse davantage.

Activités de recherche

L’essentiel de mes activités de recherche ces derniers mois a été la co-direction (avec ma collègue Marie-France Chambat-Houillon) du numéro 10 de le revue Télévision, consacré aux mutations de ce média provoquées par le numérique. Je suis très heureuse du résultat final, avec des articles réellement en prise avec l’actualité des transformations médiatiques. En ce qui concerne plus spécifiquement la thématique de ce carnet de recherche, on relèvera au sommaire l’article de Benjamin Campion, qui se demande si les plateformes de SVOD ne seraient pas les nouveaux networks quand on s’intéresse à leur diffusion de séries télévisées ; celui de Marie-Caroline Neuvillers, qui travaille sur la tension entre web-série et série télévisée ; et enfin celui de Marida Di Crosta qui s’intéresse aux parcours de certaines créatrices de web-séries et de séries télé.

En termes de publications, deux colloques auxquels j’ai participé ont vu la publication de leurs actes : Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF (1949 -1974), dans lequel je parlais de Suivez Budart, un feuilleton quotidien expérimental créé par André Voisin, et Objets insignes, objets infâmes de la littérature, dans lequel je me suis intéressée à l’histoire de la marque de papeterie Moleskine dans sa réutilisation de l’imaginaire du carnet d’artiste1.

S’ajoutent à tout cela des interventions dans des colloques : j’ai été invitée en décembre dernier par la Direction de l’Administration Pénitentiaire à parler de la représentation de la prison dans les fictions télévisées françaises. Et dans le prolongement de mes réflexions sur la spécificité des séries originales Netflix, j’ai proposé dans le cadre du colloque Intervalles sériels une relecture des notions d’homochronie et d’hétérochronie proposées initialement par Philippe Marion afin d’essayer de continuer à dessiner ce qui serait (ou non) une signature Netflix.

 Activités d’enseignement

Cette année, j’ai dispensé assez peu d’enseignements liés à la télévision ou aux séries télévisées. (Teaser : ce ne sera normalement pas le cas l’année prochaine et j’espère que je pourrai documenter ces deux nouveaux cours sur ce carnet de recherche.) Seul mon cours sur la culture visuelle américaine m’a permis de parler un peu de The Handmaid’s Tale, en termes de séries, et de Super Bowl, en termes de télévision.

J’ai en revanche été invitée à parler dans deux séminaires. Le premier était le séminaire de Master L’histoire par l’image et les sons, de Myriam Tsikounas à l’université Panthéon-Sorbonne. J’y ai parlé de l’utilisation des sources écrites disponibles à l’INA et j’ai tiré de cette présentation le dernier billet que j’ai publié. Le second était le séminaire du nouveau programme Médecine-Humanités de l’ENS, séminaire organisé par Déborah Levy-Bertherat. Le programme du second semestre était intitulé Les langages du corps et du soin. Entre approche médicale et regards des humanités et j’y ai proposé une séance intitulée “De House, M.D. à The Good Doctor : du care sans coeur ?”. Je m’y intéressais à la tension, dans ces deux séries, entre d’une part la supériorité de ces deux médecins à créer du sens à partir de symptômes désordonnées pour tous les autres médecins (soit une maîtrise inégalée du langage du corps) et d’autre part leur incapacité chronique (pour des raisons différentes) à adopter un langage du soin performant et adapté. Je vous propose ci-dessous une version PDF de la présentation que j’ai projetée à l’occasion de cette intervention (il faudrait que je reprenne mes notes manuscrites pour en faire un texte, peut-être un futur billet).

Interventions dans les médias

J’ai eu l’honneur d’intervenir à deux titres dans les programmes d’été de Radio France. Frédéric Sigrist m’a tout d’abord reçue dans Blockbusters pour une émission consacrée à La Petite Maison dans la prairie, aux côtés de Benoît Lagane et de Camille Dupuy. Ensuite, la série de La Compagnie des auteurs sur David Simon à laquelle j’avais participé a été rediffusée en août.

Dès la rentrée, Sonia Devillers m’a fait le plaisir de me recevoir à nouveau, avec Romain Nigita, pour une émission consacrée à The X Files, à l’occasion des 25 ans de la série.

L’exposition de plus en plus grande des séries télévisées dans l’espace public français m’a aussi conduite à être interviewée pour plusieurs titres de presse, sur des sujets très divers : le phénomène des reboots et remakes pour Grazia, la noirceur des séries adolescents actuelles pour BFM, la place des femmes dans les séries télévisées pour 20 Minutes et l’héritage de Game of Thrones, encore une fois pour 20 Minutes.

Et dans les prochains mois ?

Je travaille actuellement sur un texte pour une journée d’études consacrée à la représentation des médecins, patients et aidants. J’y parlerai d’une série qui me tient à coeur et sur laquelle j’ai envie d’écrire depuis longtemps : Speechless, injustement méconnue en France ! Sorte de Malcom militant, car traitant de la question de l’intégration des personnes en situation de handicap, cette série traite avec humour et intelligence d’une problématique généralement délaissée ou caricaturée et interroge les présupposés validistes qui traversent la société et les représentations qui y circulent.

J’ai aussi, sous presse (ou quasiment) un article sur une approche en termes de “séries culturelles” du générique de série télévisée américaine, qui doit paraître dans un prochain numéro des Cahiers Interdisciplinaires de la Recherche en Communication AudioVisuelle consacré aux génériques de séries télévisées. J’y opère un travail de type généalogique sur les différentes séries culturelles qui ont nourri la forme qu’a pris le générique de série télévisée aux États-Unis des années 1950 à nos jours.

Crédits : photo by Marc-Olivier Paquin on Unsplash

  1. Il est à noter que le livre est publié en Open Access et donc intégralement consultable en ligne sur le site de l’éditeur. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.