La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque

Myriam Tsikounas m’a invitée cette année à parler dans son séminaire L’histoire par l’image et les sons à l’université Panthéon-Sorbonne. J’y ai présenté des éléments de méthodologie pour mener efficacement une recherche dans la documentation écrite de l’INA, qui est souvent délaissée et méconnue, et en tirer parti le plus possible.

Vous trouverez une copie PDF de la présentation que j’ai projetée lors de cette intervention1. Elle comportait trois parties : d’abord une présentation des différents types de sources écrites à l’INA, puis quelques conseils et astuces pour mener une recherche efficace, et enfin quelques illustrations à partir d’études de cas tirés de mes recherches sur Série rose, Suivez Budart et Si Perrault m’était conté.

Je ne vais pas reprendre de manière exhaustive ce que j’y ai dit (ni ce qui est sur la présentation téléchargeable en PDF), mais je pense cependant qu’un certain nombre d’éléments de cette présentation peut être utile à un chercheur n’ayant pas l’habitude de l’INA ou aux étudiants.

Les différents types de sources écrites disponibles à l’Inathèque

La plupart du temps, les chercheurs savent que l’INA archive les magazines de programmes de télévision (c’est d’ailleurs la seule mention de sources écrites dans l’ouvrage En quête d’archives. Bricolages méthodologiques en terrains médiatiques [dirigé par Sarah Lécossais et Nelly Quemener], avec la collection numérisée de Télérama citée par Geneviève Sellier et Noël Burch). Mais ils ignorent souvent que c’est une toute petite partie de la riche documentation écrite que propose l’Inathèque.

Sous le terme de documents diffuseurs sont regroupés des ensembles de statuts différents, qui permettent de mieux comprendre et contextualiser la diffusion, et parfois la production, des émissions que l’on étudie. Les documents de type bulletins de presse ou dossiers de presse peuvent permettre de se faire une idée de l’image que voulait donner la chaîne au moment de la diffusion, à comparer éventuellement avec la réception critique que l’on peut modéliser après lecture des périodiques, justement. On trouve aussi, pour un grand nombre d’émissions archivées à l’INA, les rapports de chef d’antenne ou les conducteurs d’antenne, qui peuvent aider à se représenter la matérialité de la diffusion et peut renseigner sur des incidents de diffusion ou des éléments liés à la production.

Les périodiques, quant à eux, sont en nombre et sont archivés, pour certains, depuis 1944 pour la télévision. Ils comprennent les magazines de programmes, mais aussi des revues professionnelles ou syndicales, des journaux d’entreprise, des revues universitaires et des publications pédagogiques. Ces périodiques concernent principalement la France, mais il y en a aussi pour la Belgique, la Suisse, la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou encore l’Italie. On peut aussi avoir accès à des périodiques de manière indirecte, par les revues de presse que certaines chaînes ont déposé à l’INA : le champ des périodiques couverts est alors beaucoup plus large, mais une sélection a été faite en amont, au moment de sa réalisation, ce qui peut produire des biais dont il faut avoir conscience. Selon le type de revue de presse, elles ne se consultent pas de la même manière : de 1963 à 1974, les revues de presse RTF et ORTF étaient faites quotidiennement. Les émissions traitées sont donc mélangées et les articles sur un même programme se trouvent rangés à des jours différents en fonction de la périodicité du support. Mais elles sont numérisées (accessibles depuis l’accueil de la documentation écrite) et immédiatement consultables. Ces revues de presse sont parfois complétées par des revues de presse thématiques, qui sont alors consultables dans les fonds d’archives papier (qu’il faut commander via Hyperbase).

Le troisième ensemble de documents écrits consultables à l’Inathèque sont les monographies. Il rassemble aussi bien des livres publiés, au sens strict de monographie, en différentes langues, que des thèses et mémoires déposés par leurs auteurs, des rapports de différentes institutions (littérature grise) et des documents internes à la RTF et l’ORTF, des fascicules techniques, etc. Un nombre important de documents dans cette catégorie ne sont pas archivés dans d’autres institutions, ou alors de manière partielle et éparse. La possibilité de les consulter ensemble au même endroit peut être appréciable en fonction des recherches que l’on mène.

Enfin, le fonds d’archives écrites est le plus hétérogène : on y trouve aussi bien des fonds versés par les chaînes que des fonds privés (producteurs, techniciens, universitaires, etc.). Le contenu de chaque carton est décrit de manière précise dans la notice documentaire (interrogeable dans Hyperbase par la catégorie “Général”), ce qui permet de se repérer dans les très nombreux fonds répertoriés.

Quelques conseils et astuces pour une recherche efficace

Le premier conseil que je donnerai est de préparer sa venue à l’Inathèque en commençant à repérer dans le catalogue en ligne de l’Inathèque ce qui est susceptible d’être intéressant dans sa recherche. Il faudra recommencer sur place (les possibilités d’interrogation de la base sont bien plus grandes dans Hyperbase directement), mais cela permet de se faire une première idée du volume de documentation que l’on aura à consulter.

Ensuite, il faut être conscient qu’Hyperbase a été conçu pour gérer le dépôt légal audiovisuel et qu’il n’est pas en réalité tout à fait adapté au fonds de documentation écrite, qui a été constitué de manière différente à l’origine. Mais Hyperbase est notre seul moyen d’interrogation du catalogue, il faut donc faire avec. Il est cependant possible de faire des recherches extensives avec ce logiciel, pour peu que l’on sache jouer avec. Dans un premier temps, je conseille de ne pas limiter la recherche à un domaine précis (Archives ; Monographie : Périodique ; Document diffuseur) car, à certaines époques, les catégorisations n’étaient pas aussi rigides qu’aujourd’hui. Si, sans limitation par domaine, le nombre de résultats est trop important, alors on peut dans un second temps trier par domaine pour les examiner un par un (plutôt que de filtrer par domaine, qui sort du lot de résultats tous ceux liés à un autre domaine que celui choisi). Dans tous les cas, étant donné que les notices n’ont pas toujours été remplies de la même manière à toutes les époques de catalogage, préférez les recherches à partir des catégories les plus générales (sans oublier les permutations du type Prénom NOM et NOM prénom ou les fautes de frappe les plus évidentes) et affiner dans un second temps, si le lot de résultats est trop important pour une revue manuelle par le chercheur.

Pour ce qui est des documents diffuseurs, il peut être contreproductif de chercher dans la base “Documentation écrite”. En effet, tous ceux qui sont numérisés sont accessibles par le bouton “Documents diffuseurs” qui se trouve en bas des notices des émissions dans la base “Télévision”. Via ce bouton, on trouve, quand ils sont numérisés, des documents liés à la diffusion (conducteur, fiche technique) et des documents d’accompagnement (dossier de presse ou bulletin de presse par exemple).

 

Enfin, pour ce qui est des fonds d’archives, il arrive parfois qu’un seul carton d’un fonds tout entier apparaisse dans le lot des résultats sans savoir exactement ce que recouvre le fonds d’archives dans son intégralité ou sans comprendre le titre du fonds (notamment quand des sigles sont utilisés). On peut alors utiliser, en bas de la notice, le bouton “Collection” pour voir la fiche collection du fonds, qui présente son contenu et son histoire.

 

 

Ce billet est évidemment bien trop court pour explorer toutes les possibilités offertes par les sources écrites de l’INA. N’hésitez pas à partager en commentaire vos propres astuces de recherche ou à poser vos questions sur les fonds de documentation écrite de l’Inathèque ! J’essaierai d’y répondre de mon mieux.

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "La recherche dans les fonds écrits de l’Inathèque," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 14/04/2019, https://seriestv.hypotheses.org/943, consulté le 27/06/2019.

 

Crédits photo : Image by Pexels from Pixabay

  1. J’ai dû baisser la résolution des images pour passer sous la barre de 10MB imposée par la plateforme, ce qui réduit un peu la lisibilité. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.