Toute la télévision est une « cosmoéidolie » (D. Peyron) : le Westphallverse

Il y a quelques jours, dans un article de son blog, David Peyron a proposé la notion de « cosmoéidolie » pour nommer notre capacité de récepteur (lecteur, spectateur, téléspectateur) à voir des mondes, à imaginer de grands univers reliant différentes fictions. Je trouve le terme très intéressant parce que, contrairement à ceux de « réalités partagées » ou de « réalités alternatives » que je peux utiliser pour référer dans mes travaux à ces phénomènes d’agglutinations fictionnelles, il met l’accent, du fait de sa construction sur le modèle de paréidolie, sur le rôle du récepteur dans la construction des liens entre fictions : s’il y a certes insertion par le producteur du contenu d’un élément qui va faire lien entre deux oeuvres ou deux univers, c’est la capacité du récepteur à le voir et à l’interpréter qui va permettre l’embrayage de cette cosmoéidolie.

David Peyron cite dans son article de nombreux exemples, tirés du cinéma ou de la télévision, et je vais ici revenir sur un des premiers cas, à ma connaissance, de cosmoéidolie télévisuelle, relativement méconnu en France et assez ancien pour pouvoir faire une sorte d’archéologie du phénomène : je veux parler du Westphallverse (connu aussi sous le nom de Tommy Westphall’s Mind Hypothesis), une théorie que j’ai évoquée rapidement dans ma thèse et dans un article sous presse pour le numéro 9 de Télévision (instant autopromo !). C’est à mon sens une des plus fascinantes théories de fans.

 

Acte 1 – 1988 : La fin de St Elsewhere

St Elsewhere est une série médicale produite par la MTM pour NBC entre 1982 et 1988. Pour des chercheurs comme Robert J. Thompson, c’est une des séries qui signent le début de la Quality TV, notamment en utilisant la forme de la série-feuilleton (à l’instar de Hill Street Blues qui l’a précédée d’un an). La série ne fut jamais un grand succès en termes d’audience (son plus haut classement dans le Top Nielsen est la 49e place), mais elle fut acclamée par la critique (13 Emmy Awards, 3 Q Awards, 1 People Choice’s Award et 1 Peabody Award) et avait de bons résultats sur la tranche 18-49 (satisfaisant ainsi les annonceurs).

 

 

Le dénouement de la série (diffusé le 25 mai 1988) a marqué les esprits : le dernier épisode est riche en changements pour les personnages. Parmi les plus importants, le Dr Auschlander meurt et le Dr Westphall revient. L’avant-dernière scène montre le Dr Westphall entrer dans le bureau de son ami et collègue récemment décédé avec son fils autiste Tommy. Tous les deux regardent la neige tomber par la fenêtre du bureau. Il y a alors un cut et commence la dernière scène (celle qui va tout changer) :  nous ne sommes plus dans l’hôpital St. Eligius, qui sert de cadre habituel à la série, mais dans le salon d’un appartement modeste. On y voit arriver l’acteur Ed Flanders (qui incarne dans la série le Dr Donald Westphall), en habits d’ouvrier (et non en blouse de médecin). Dans un fauteuil est assis l’acteur Norman Lloyd, incarnant habituellement dans la série le Dr Daniel Auschlander, et devant eux, jouant avec une boule à neige, nous voyons l’acteur Chad Allen, qui joue dans la série Tommy Westphall, le fils du Dr Westphall :

 

 

Cette fin, due au génial Tom Fontana, a évidemment fait couler beaucoup d’encre. La seule interprétation possible de cette séquence — qui nous montre à l’intérieur de la boule à neige posée sur le téléviseur une vue similaire de l’hôpital à celle du générique avec l’ajout de la neige qui renvoie à la séquence précédente — est que les six saisons que nous venons de voir sont le fruit de l’imagination d’un petit garçon autiste qui a transformé son père et son grand-père en médecins de l’hôpital St Eligius. On peut penser bien sûr au fameux « Tout n’était q’un rêve » de Dallas, mais le fait que cette séquence conclue la série (et ne soit pas un moyen de réintégrer un acteur dans la distribution) explique sans doute qu’elle ait moins souvent été interprétée comme une simple pirouette.

 

Acte 2 – 1998 : des personnages de St Elsewhere dans Homicide

Dr Roxanne Turner dans St Elsewhere

 

 

Le 20 mars 1998, l’épisode « Mercy » de Homicide présente une enquête de Pembleton et Bayliss ayant pour suspect la Dr Roxanne Turner, incarnée par Alfre Woodward. Or,  Roxanne Turner a été un personnage de St Elsewhere entre 1985 et 1988. C’est un cas fréquent de crossover, d’autant plus que Homicide est une création de Tom Fontana.

Un autre lien, plus lâche, existe entre les deux séries : dans un épisode, Tom Bayliss a des problèmes de dos et l’on dit qu’il est soigné par un certain Dr Ehrlich. Or, le Dr Victor Ehrlich a été un personnage central de St Elsewhere durant toute la durée du programme.

 

 

 

 

Acte 3 – 2002 : « Six Degrees of St Elsewhere » par Dwayne McDuffie

Vue réduite de l’esprit de Tommy

Les liens entre St Elsewhere et Homicide seraient sans doute restés des épiphénomènes sans l’article de Dwayne McDuffie, un auteur de comics, « Six Degrees of St Elsewhere« . Dans ce dernier (publié le 29 janvier 2002, soit quasiment quatre ans après la première diffusion de « Mercy » de Homicide et près de quatorze ans après le dénouement de St Elsewhere), il se demande ce qui se passerait si on considérait les séries télévisées avec les mêmes yeux que les fans les plus acharnés de comics qui décortiquent les moindres détails pour évaluer la cohérence de la continuité entre les différentes oeuvres. Et pour lui, voilà ce qui se passerait (je vous propose ici une version courte du raisonnement) : St Elsewhere se passe totalement dans la tête de Tommy. Or, un personnage de St Elsewhere apparaît dans un épisode de Homicide. Ces deux séries appartiennent donc à un même univers : Homicide est aussi une création de Tommy. L’un des personnages de Homicide, John Munch (dont j’ai déjà évoqué la super-sérialité sur ce carnet), est apparu dans de nombreuses séries via des crossovers : The X-FilesLaw & Order, Law & Order SVU (à l’époque de rédaction de l’article), The WireArrested Development (depuis), etc., donc toutes ces séries appartiennent au même univers et sont donc issues de l’imagination de Tommy. Comme les personnages de The X-Files rencontrent Franck Black de MillenniuM et que l’Homme à la cigarette fume des Morley (une marque fictive de cigarettes que l’on retrouve dans de très nombreuses séries comme Buffy, E.R., Californication, etc. Wikipedia fournit une liste assez complète ici), alors toutes ces séries se trouvent elles aussi dans l’univers créé par Tommy. Et, étant donné que l’intertextualité entre les séries ne cessent de s’accroître, la liste des séries faisant finalement partie de l’univers de Tommy grandit de jour en jour (on peut la suivre sur le site dédié depuis 2000-2001 à cette cosmoéidolie gigantesque, The Tommy Westphall Universe) : au 21 août 2016, 441 séries télévisées appartiennent selon cette logique à l’univers de Tommy1.

 

 

 

 

Cet article a donné de la visibilité à des discussions qui avaient lieu sur le groupe de discussion Usenet alt.tv.homicide depuis déjà quelques années, puisque mes recherches dans les archives de discussion font remonter un premier fil, intitulé « Dr Turner » et initié le 27 juillet 1998. On en trouve quelques autres, comme le fil « Six Degrees of separation » (en date du 18 avril 2000 et qui est le premier, à ma connaissance, à utiliser la notion de degré de séparation pour penser les liens entre séries) ou le fil « Crossover Guide Update » (le 13 août 2002, à l’initiative d’un des créateurs du site The Tommy Westphall Universe). Ils étaient peut-être même en cela encouragés, en quelque sorte, par Tom Fontana qui déclarait, en juin 2001 : « It’s my personal plot that all of television exists in the mind of Tommy Westphall, to this day. So ‘Homicide’ is still the musings; it’s just that instead of looking at a hospital snow globe, […] now he’s looking at the police headquarters building snow globe. »

 

Et si la cosmoéidolie était plus que des univers de fans ?

Les débats font rage pour savoir si la notion de Westphallverse est pertinente ou non et pour connaître son ampleur exacte (certains liens entre séries sont très ténus ; faut-il y introduire des programmes non fictionnels comme Cops qui est « joué » dans un épisode de The X-Files ?). Ce qui m’intéresse ici, ce n’est pas de trancher le débat, mais de souligner que la notion de cosmoéidolie est totalement pertinente pour qualifier le Westphallverse et l’analyser. Ainsi, peu importe au fond la validité de cette théorie, ce qui compte, c’est que pour certains fans, il y a une cohérence entre tous ces programmes. Leur lecture fait monde, que cet univers particulier qui contiendrait plus de 400 séries existe ou non réellement.

La franchise Chicago

Et il me semble que cette cosmoéidolie est même aujourd’hui de plus en plus intégrée par les sphères de la production, non pas seulement comme un jeu un peu gratuit entre les auteurs et le public (ce que disait faire Tom Fontana dans l’interview de 2001, par exemple quand il disait qu’il essayait de faire apparaître Munch dans Oz, ce qu’il n’arrivera pas finalement à faire), mais comme une stratégie commerciale. Dans l’article à paraître cette année dans Télévision, intitulé « Le héros super-sériel : une arme marketing à l’heure de la peak TV ? », je fais l’hypothèse que les stratégies de lecture mobilisées par les fans pour faire du lien entre les séries (autrement dit, précisément ce que David Peyron pointe avec la notion de cosmoéidolie) sont de plus en plus reprises dans l’écriture même des séries, notamment dans celle des franchises. Le visionnage d’une franchise est un exercice contraignant et chronophage pour le téléspectateur et il faut qu’il trouve dans le visionnage de l’intégralité des séries (même de celles de la franchise qu’il aime moins) un plaisir total qui dépasse l’addition du plaisir qu’il retire de chaque série isolément. C’est ce que fait, à mon sens, Dick Wolf quand il dissémine de manière très épisodique dans les différentes séries de la franchise Chicago un même ambulancier (toujours incarné par le même acteur).Nous avons ici, via cette mobilisation de la cosmoéidolie, une transaction symbolique (augmenter le plaisir du téléspectateur fidèle) qui vient masquer une transaction économique (faire déléguer au téléspectateur le plus possible de son temps à l’avantage du network et, in fine, des annonceurs).

 

Et en France ?

Si l’on regarde attentivement la grille et la liste des différentes séries censées composer le Westphallverse sur le site qui lui est dédié, on note la présence d’une série télévisée française, Paris enquêtes criminelles (elle y apparaît d’ailleurs sous le titre fautif de Paris Section Criminelle et le texte indique que cette série serait la seule de tout l’univers à ne pas être en langue anglaise). Or, c’est à tort. Les concepteurs du Tommy Westphall Universe ont intégré cette série sur l’information que John Munch aurait fait une apparition dans le premier épisode de la déclinaison française de la franchise Law & Order. Or, si cela a bien été évoqué à un moment (Richard Belzer séjournant régulièrement en France), cela ne s’est finalement pas fait.

Cependant, il pourrait y avoir un moyen d’avoir enfin une série française dans le Westphallverse. Je pense évidemment à Cherif, la plus intertextuelle de nos séries. Lors de ses enquêtes, Kader Cherif fait référence à certaines des séries appartenant au Westphallverse : The X-FilesBoston Legal, Ally McBeal, Castle par exemple. En prenant une perspective extensive du Westphallverse (toute citation2 est un point de contact suffisant pour faire entrer une série dans l’univers), alors Cherif serait la première série française à en faire légitimement partie. Elle ferait entrer avec elle d’autres séries françaises (Caïn et Candice Renoir par exemple, dont des photos sont utilisées pour tester la mémoire de Cherif quand ce dernier souffre d’amnésie dans la troisième saison), mais aussi des séries américianes qui ne sont pas encore dans le Westphallverse : Starsky & Hutch, en premier lieu, avec l’épisode de Cherif qui accueille Huggy les bons tuyaux, mais aussi (si l’on retient le critère de la seule citation comme contact suffisant) Kojak, Hunter, The A-Team, et même une série britannique, The Return of the Saint !

On voit ici se rejoindre deux phénomènes : celui de la cosmoéidolie et celui de la mondialisation culturelle. Que ce soit par une série télévisée française que des séries comme Starsky & Hutch, Hunter ou The A-Team puissent intégrer le Westphallverse est certes ironique, mais dit surtout quelque chose de notre culture télévisuelle américaine, qui n’est pas celle qu’ont les Américains. Ces trois séries n’ont pas été à proprement parler des succès aux États-Unis : Starsky & Hutch, avec quatre saisons, n’a atteint le Top 30 Nielsen qu’une seule année (16en 1975-76).  Sur cinq saisons, The A-Team a été trois fois dans le Top 30 Nielsen (4e en 1983-84, 6e en 1984-85 et 30e en 1985-86). Quant à Hunter, c’est la série qui a les meilleurs résultats et, sur ses sept saisons, elle n’a été dans le Top 30 Nielsen qu’à quatre reprises (29e en 1986-87 et en 1987-88, 19e en 1988-89 et 25e en 1989-90). Par ailleurs, elles ne se distinguent pas non plus par des qualités formelles ou narratives particulières. On peut ainsi faire l’hypothèse que leur place dans la mémoire collective américaine n’ait pas été assez grande pour que des auteurs de séries américaines les jugent de bons supports à clins d’oeil. Or, notre situation est tout à fait différente : Starsky & Hutch est mythique du fait de ses conditions de diffusion en France (son doublage, notamment) ; Hunter a été multidiffusée sur TF1 et les acteurs étaient à ce point populaires qu’après la fin de la série aux États-Unis — et alors que la série était encore diffusée en France — Stepfanie Kramer (Dee Dee McCall) était dans Tous à la une le 10 mai 1991 et Fred Dryer (Rick Hunter) dans Sacrée soirée le 22 mai 19913 ; quant à The A-Team, elle aussi diffusée sur TF1, puis rediffusée plusieurs fois sur M6, elle fait partie des séries télévisées exotiques et marquantes pour le public français. Ainsi, il est tout à fait possible d’envisager que la culture sériephile française soit bien plus marquée par ces trois séries que la culture sériephile américaine. Ce point reste à creuser (et est sans doute un peu difficile à étudier) mais il est évident que la mondialisation de la diffusion des séries n’engendre pas une réception effective unifiée. Ce petit excursus sur le Westphallverse semble bien le confirmer…

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "Toute la télévision est une « cosmoéidolie » (D. Peyron) : le Westphallverse," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 15/02/2018, https://seriestv.hypotheses.org/792, consulté le 11/12/2018.

 

 

  1. Il faut noter que, dans l’esprit de Dwayne McDuffie, il s’agit d’une argumentation par l’absurde car cela signifierait que quasiment le seul segment réel de série télévisée soit la dernière séquence du dernier épisode de St Elsewhere. En tentant de démontrer par cet exemple télévisuel que la recherche à tout prix de continuité aboutissait à une absurdité, il plaidait pour une approche moins rigoriste de la continuité pour les comics. Malheureusement pour lui, c’est son nom qui est le plus souvent crédité lorsque l’on parle du Westphallverse, et pas par exemple ceux de Keith Gow and Ash Crowe qui ont développé le site The Tommy Westphall Universe. []
  2. Pour Castle, on est même au-delà de la citation puisque dans le quatrième épisode de la troisième saison, Adeline lit un roman de Richard Castle. []
  3. Stepfanie Kramer était même l’invitée du JT de 20h de TF1 le 31 juillet 1995 à l’occasion de ses vacances en France. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.