« Cherif, fais-moi peur ! » : intertextualité et réflexivité dans Cherif (France 2)

La série Cherif est un des succès de la case policière du vendredi soir sur France 2 : en alternance avec CaïnCandice Renoir ou encore Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, cette série participe à l’héritage de la case « Une soirée, deux polars » / « Une soirée de polars », lancée en octobre 1999 et plus exploitée depuis 20091. Cependant, l’habitude de programmer des séries télévisées policières le vendredi soir sur France 2 est restée, d’autant plus que la loi interdit la diffusion de films de cinéma ce soir-là à la télévision.

 

Citations marquées vs citations masquées

Cherif dans son bureau au commissariat

Parmi les différentes séries diffusées dans cette case, Cherif se distingue notamment par un emploi très particulier de l’intextextualité : le personnage principal, le capitaine Kader Cherif, est un fan de séries télévisées et fait référence très régulièrement à des séries policières appartenant à la mémoire collective. Quand il s’agit de résoudre une affaire ou d’avancer dans une enquête, il n’est pas rare qu’il s’inspire du déroulement d’un épisode d’une série pour décider de son comportement. Généralement, Cherif explicite alors clairement un épisode précis : il peut ainsi s’écrier « Kojak, saison 1, épisode 1″ , puis expliquer à son interlocuteur en quoi cet épisode se rapproche de l’enquête qu’il est précisément en train de mener. Cette intertextualité est transparente, en ce sens qu’aucun téléspectateur (même un téléspectateur qui ne connaîtrait pas la série citée) ne peut manquer la référence intertextuelle. C’est ce que, dans mes travaux sur l’intertextualité dans les séries télévisées, j’ai appelé les « citations marquées ». Ces citations marquées peuvent aussi être visuelles : le cas le plus évident, dans Cherif, est l’affiche du film Les Nouveaux exploits de Shaft accrochée dans le bureau de Cherif, mais on note aussi parfois un t-shirt Amicalement vôtre par exemple.

Mais ces phénomènes de références peuvent aussi être moins explicites, auquel cas la citation n’est vue que par les téléspectateurs qui connaissent l’intertexte mobilisé : on peut donner comme exemple l’épisode dans lequel Cherif présente sa partenaire Adeline Briard sous le nom Dee Dee McCall. Seul un téléspectateur connaissant la série Rick Hunter reconnaît ici le nom de la partenaire de Hunter. Pour ces cas, récurrents dans les séries télévisées, je parle de « citations masquées » parce que seule la connaissance préalable de l’intertexte permet de voir la citation (contrairement à l’écrit où les guillemets signalent, sauf cas particuliers, qu’il y a citation, même quand le lecteur ne connaît pas l’intertexte cité).

Les citations masquées présentent une grande variété d’expression et constituent en fait un continuum de pratiques citationnelles. Dans le cas de la mention du nom de Dee Dee McCall, il y a ce qu’on pourrait appeler une présomption d’intertextualité : même quand on ne connaît pas Rick Hunter, on se doute que le nom ne vient pas de nulle part et qu’il doit y avoir, d’une manière ou d’une autre, une référence à autre chose. Mais parfois, la citation est tellement bien intégrée dans le dialogue ou la situation que seul un téléspectateur averti peut la repérer : ainsi, quand Pierre Clément (incarné par Frédéric Gorny) dit avoir travaillé dans le cabinet Carvani, il faut y voir une référence à la série Avocats & Associés où Frédéric Gorny jouait Laurent Zelder, le fils d’un des associés du cabinet Zelder-Carvani2. Il en est de même quand Cherif dit, par exemple, « J’adore qu’un plan se déroule sans accroc », qui est la phrase-fétiche d’Hannibal dans The A-Team.

Joël Baudemont

Ces phénomènes de citations masquées irriguent tous les pans de la série. Ainsi, certains titres d’épisodes renvoient explicitement à d’autres séries, comme « & Associés » ou encore « Diagnostic : Meurtre » (titre français de la série Diagnosis: Murder), voire à des films (comme « Cherif contre Cherif » qui décalque Kramer contre Kramer, ou « La Fièvre du vendredi soir » avec La Fièvre du samedi soir). Enfin, le degré le plus abouti de cette intertextualité allusive est sans doute présent dans la séquence d’ouverture de chaque épisode, parce que ce qui fait citation, c’est un dispositif plus qu’un élément textuel. Ici, plus qu’une citation au sens strict, c’est une écriture « à la manière de », quelque chose qui relève du pastiche. Je fais évidemment référence à la « petite phrase », décalée ou incongrue, prononcée par Joël Baudemont en fin de prégénérique, après la découverte du cadavre et l’appel à Cherif. Or, ce dispositif est une réplique de la « petite phrase » prononcée généralement par Briscoe à la fin des séquences prégénériques de Law & Order. Dans ce cas, il faut non seulement connaître suffisamment Law & Order pour savoir que cette petite phrase ironique en fin de prégénérique  est une caractéristique de Briscoe (ce qui n’est possible que pour les téléspectateurs réguliers de la série), mais encore reconnaître l’imitation dans Cherif (qui là encore ne se repère que dans la répétition, et donc via une réception régulière de la série).

 

 

De l’intertextualité à la réflexivité

L’intertextualité n’est pas rare dans les séries télévisées policières américaines (ni dans les autres genres d’ailleurs). En France, en revanche, ce type de fonctionnement textuel est plus rare. On peut se rappeler que, dans Boulevard du palais, le personnage du Dr Hannibal Pluvinage (interprété par Olivier Saladin) faisait parfois référence à des séries télévisées, notamment Six Feet Under. Mais il s’agit ici plutôt d’une exception et jamais aucune série avant Cherif n’avait mis au coeur de la définition d’un personnage sa sériephilie.

Cette intertextualité va amener Cherif à développer une certaine réflexivité. Il n’est ainsi pas si étonnant que, en début de troisième saison, apparaisse un acteur, Tom Duval (interprété par Sören Prévost) qui vient suivre Kader Cherif dans son travail pour nourrir son rôle. À la fin de cette même saison, nous assisterons même au tournage à l’intérieur du commissariat d’une séquence de la fiction dans la fiction mettant en scène Tom Duval (et Kader Cherif dans le rôle du suspect). De même, l’épisode 8 de la cinquième saison, « Au coeur du crime », prend place dans le milieu de la télévision et la séquence prégénérique est, en fait, la séquence d’un magazine d’information fictif.

Cherif et Huggy

Cependant, plus largement dans cette cinquième saison, les choses prennent une autre dimension car la réflexivité est alors totalement assumée et mise en avant. Le pari peut être dangereux : si un genre comme le fantastique est assez enclin à la réflexivité (et que de tels phénomènes ont été présents dans les séries télévisées fantastiques françaises dans les années 1970 par exemple), le policier est généralement moins perméable à ces phénomènes, même s’il y eut quelques réussites aux États-Unis notamment, comme Moonlighting. Or, dans la saison cinq de Cherif, c’est un peu comme si, d’un coup, les personnages étaient devenus totalement conscients qu’ils étaient des personnages de série télévisée. Dans les premiers épisodes de la saison, ils commentent ce que Kader et Adeline vivent à l’aide d’un vocabulaire spécifique à la fiction (avec des expressions comme « Les Aventures de Kader » ou « Les Aventures de Kader et Adeline au Canada »), voire à la série télévisée (avec un personnage disant peu ou prou « ça ne peut pas arriver, nous sommes dans une nouvelle saison »). Il y a même de rares moments où Joël rompt le quatrième mur et s’adresse directement au téléspectateur, parfois en disant en même temps qu’il s’agit d’une série télévisée. Le point maximal3 de cette réflexivité est atteint quand Kader, pendant tout un épisode, souffre d’hallucinations : il voit, en chair et en os, Huggy les bons tuyaux de la série Starsky & Hutch, incarné par Antonio Fargas lui-même, et sa voiture habituelle (une Peugeot clin d’oeil à Columbo) devient la Ford Gran Torino des deux inspecteurs californiens.

 

 

En guise de conclusion de cette analyse rapide de l’intertextualité et de la réflexivité dans Cherif, j’aimerais proposer quelques pistes de réflexion :

  • On peut légitimement s’inquiéter, quand on utilise aussi massivement l’intertextualité et la réflexivité, du risque de perdre le public, notamment celui qui ne serait pas familier des intertextes mobilisés. Or, les audiences de Cherif sont fortes et ont montré, de la première à la quatrième saison, une augmentation régulière ; elles se situent plus haut que celle de Caïn, mais sont cependant moins élevées que celles de Candice Renoir, d’une facture plus classique, ou des Petits Meurtres d’Agatha Christie, plus classiques eux aussi et capitalisant sur le nom de la romancière. Évidemment, il serait intéressant de voir si le public de Cherif est plus jeune ou non que celui des autres séries sur la même case (puisqu’on peut faire l’hypothèse que le ton décalé, voire ironique, de la série plaît davantage à un public plus jeune que la moyenne de la chaîne) et si, de ce fait, les résultats en peu en-deçà des locomotives de la case sont à pondérer.
  • Cette série montre aussi la place qu’ont prises aujourd’hui les séries télévisées, notamment américaines, dans la société française. Le succès de Cherif vient, en quelque sorte, confirmer ce qu’affirment depuis quelques temps déjà les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français.
  • Enfin, un autre indice du changement de statut des séries télévisées dans notre culture peut aussi être vu dans le passage d’une réflexivité médiatique (dans les séries des années 1970 que j’ai étudiées sous la question de la réflexivité, il était fait référence à la télévision en tant que médium ou à des oeuvres antérieures à la télévision) à une réflexivité proprement générique : Cherif est une série télévisée policière qui s’assume en tant que série policière et mobilise nombre d’intertextes télévisuels relevant de la série policière ou judiciaire. Nous avons donc, en quelque sorte, un rétrécissement de l’amplitude des intertextes et des hypotextes (dans les cas de réécriture comme avec Law & Order ou Starsky & Hutch), qui n’est permis que parce que la connaissance du public est devenue plus pointue.

 

  1. Du moins d’après la base du dépôt légal de l’INA. []
  2. L’un des créateurs de Cherif, Lionel Olenga, a d’ailleurs été scénariste sur Avocats  et Associés. []
  3. Au moment de la rédaction de cet article, qui prend place avant la diffusion des deux derniers épisodes de la cinquième saison. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.