François Guédon : un enfant du siècle et de la télé

Aujourd’hui, on ne parlera pas série télévisée au sens strict sur ce carnet de recherche, mais spectacle vivant et télévision. Je suis allée voir le nouveau spectacle de François GuédonL’Affaire Guédon. Étant donné la communication qui est faite autour du spectacle et les commentaires écrits par des spectateurs sur Billets Réduc (l’un parle par exemple de « théâtre littéraire » et souligne que, pour lui, « Le seul bémol est que le choix comique est sur la parodie et pas forcément sur la mise en valeurs de grands textes littéraires et de dérision comme à la Lucchini. »), je pensais voir un seul en scène humoristique et littéraire.

 

 

 

Cependant, le coeur du spectacle est davantage centré sur une navigation incessante entre culture « d’en haut » et culture « d’en bas » (pour reprendre la traduction française du livre de Lawrence W. Levine sur l’émergence des hiérarchies culturelles aux États-Unis), entre culture classique ou légitime et culture populaire ou inavouable. Ainsi, la présentation officielle du spectacle commence par l’expression « œuvrant à l’improbable réconciliation entre Racine et Nabilla », comme l’atteste ce sketch précédent du comédien (présent sous une forme un peu récrite dans L’Affaire Guédon) :

 

 

La culture télévisuelle est présente dès les premières minutes du spectacle puisque ce dernier se présente comme un numéro de Faites entrer l’accusé : François Guédon a commis un acte affreux et irréparable (dont nous ne connaîtrons la nature qu’au trois-quarts de la soirée) et le spectacle/numéro de FELA permet au public de découvrir ce qui a conduit au drame puis ses répercussions. Ce principe organisateur permet à  la fois de narrer les étapes du drame et d’unifier le seul en scène, les sketches se retrouvant ainsi être les simulacres des séquences de reconstitution ou d’interview de FELA. Ces sketches ont souvent comme hypotextes des émissions de télévision, tels Les Anges de la télé-réalité, Nouvelle StarC’est pas sorcier ou encore les retransmissions des matches de l’UEFA (reconnaissables à l’hymne qui les ouvre). Dans ce cadre de pastiche s’inscrivent à la fois des références littéraires et des références à la culture médiatique (autre que télévisuelle). Le rap est ainsi régulièrement mobilisé, qu’il s’agisse de chansons de Booba (qui font l’objet d’une explication de textes) ou de « Désolé » de Sexion d’Assaut qui est reprise avec d’autres paroles, mais Leonard Cohen est aussi convoqué ! Quant aux références littéraires, elles balaient large, reprenant un corpus qui correspond à une culture scolaire moyenne française : Vigny, La Fontaine, Racine, Molière, Baudelaire, Hugo…, auxquels on peut ajouter deux auteurs moins attendus : Romain Gary (dont François Guédon cite une phrase) et peut-être Pirandello (à travers la mise en scène de personnages qui dialoguent avec leur auteur).

 

Au-delà des qualités du spectacle proprement dit, ce qui m’a intéressée, c’est le dialogue ironique que met en place le comédien entre la télévision et la littérature, qui restent les deux champs culturels mobilisés au long cours dans le spectacle. Si le personnage fictionnel François Guédon se moque parfois de l’inculture présupposée de certains, l’écriture du spectacle montre une vraie tendresse pour la littérature et l’auteur François Guédon, en jonglant entre cette culture légitime et celle de la télévision, place son public dans un état d’esprit non pas d’équivalence de ces deux sphères, mais en tout cas de décomplexion à maîtriser les deux. Et de fait, pour profiter à 100% du spectacle, il est sans doute nécessaire de connaître Racine (ou, plutôt, de pouvoir reconnaître un certain type d’écriture de la tragédie classique), mais aussi de connaître Nouvelle Star ou Faites entrer l’accusé. En ce sens, ce spectacle, loin d’être la déploration d’un déclin inexorable de la culture française, est plutôt un plaidoyer enthousiaste pour le mixage culturel et incarne devant nos yeux ce que nous expérimentons quotidiennement : notre propre pratique d’omnivore culturel. Cette notion, créée par Richard A. Peterson, s’appuie notamment sur son analyse du jazz qui, pour lui, est passé par trois phases : « folk phase, pop phase and fine arts phase ». Philippe Coulangeon commente ce point ainsi :

[…] l’« omnivorité » des classes supérieures n’est pas synonyme d’atténuation des frontières symboliques entre les groupes sociaux dès lors que celles-ci sont définies par l’unité des attitudes observées à l’égard d’objets hétérogènes et non par l’homogénéité des objets sur lesquels se portent les pratiques et les préférences.

Pour le dire vite, ce qui définirait l’omnivorité cultuelle, ce serait moins de « consommer » différentes productions culturelles qui seraient mises sur le même plan que d’entretenir une même attitude qui se porterait sur des objets culturels de statut divers.  À ce titre, le spectacle de François Guédon participe pleinement de cette omnivorité : il ne met pas sur le même plan littérature et télévision (ni en termes de valeurs, ni en termes d’intérêt), mais il les utilise de la même manière dans son écriture théâtrale. Cela ne peut fonctionner que si son public partage la même omnivorité, ce qui confirme par ricochet la place de plus en plus importante prise par la télévision dans nos pratiques culturelles.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.