Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective

La twittosphère et la presse sériephiles françaises sont agitées depuis deux jours par un nouveau débat : la réception de Friends par les vingtenaires. Le point de départ de la polémique  est un article de Slate, « Pour les jeunes qui la découvrent, la série Friends est sexiste, homophobe et grossophobe« . Je vais ici dessiner quelques problèmes ou questions que j’ai à la suite de cet article, qui sont des éléments d’une réflexion encore en cours.

 

Un article mensonger

Le point de départ de l’article est un article assez sommaire du journal britannique The Independant, qui se fait l’écho de réactions de téléspectateurs qui découvrent la série Friends du fait qu’elle a rejoint le catalogue de Netflix au Royaume-Uni depuis un an. L’article britannique est un montage de quelques remarques, sur lequel Slate va « broder » un article plus important, notamment en y ajoutant un artcle de Cosmopolitan, qui date d’il y a un an, un autre du Telegraph écrit en 2014 pour les vingt ans de la série, et enfin un article du Slate américain écrit au moment où la série avait été rendue disponible sur Netflix aux États-Unis (2015). On voit déjà ici un des problèmes de l’article : c’est un montage de textes de statut divers, écrits à des périodes et dans des contextes différents. Mais passons. Le plus gros problème de cet article, c’est son aspect trompeur : un des exemples montés en épingle dit davantage de choses sur l’état d’esprit de la journaliste que sur celui de la série. Je parle de ça :

 

Pour la journaliste de Slate Ruth Graham, c’est au personnage de Chandler que revient la palme de l’homophobie, faisant de son personnage, selon elle, «le plus obsolète». Le «clown du groupe», note-t-elle, est parano à l’idée qu’on puisse le trouver «insuffisamment masculin» –et donc gay…

Il redoute par exemple les fameux «hugs» (câlins fréquemment échangés, y compris entre hommes, aux États-Unis) et n’en revient pas que Joey ait un oreiller rose. «Si tu continues comme ça, tu te retrouveras bientôt avec des doigts dans ton machin!», ose-t-il alors lui lancer.

 

Cette citation fait référence à ce passage dans l’article du Slate américain :

 

Chandler, identified in Season 1 as having a “quality” of gayness about him, is endlessly paranoid about being perceived as insufficiently masculine. He’s freaked out by hugs, and by Joey having a pink pillow on his couch. (“If you let this go, you’re going to be sitting around with your fingers soaking in stuff!”)

 

On voit bien le saut interprétatif que fait le texte français par rapport au texte américain : Léa Marie affirme fermement l’équivalence entre « être insuffisamment masculin » et « être gay » (ce que ne fait pas tout à fait le texte en anglais). Mais le vrai problème est celui de la traduction faite de la réplique de Chandler (qui se trouve dans le prégénérique de l’épisode « The One with Ross’s Teeth », VI 8, diffusé le 18 novembre 1999) :

 

 

La citation est d’abord totalement décontextualisée (mais c’est le lot de ce type d’articles où il s’agit de monter en épingle un sujet) : la suite du prégénérique montre bien la distance de la série avec ce type de réplique puisque Chandler est ensuite montré « soumis » à Monica et se croit obligé de dire à Joey « Totally different situation ». D’autre part, la journaliste recontextualise mal la citation puisqu’elle parle d’ « oreiller rose » (ce qui en français suppose que nous sommes dans la chambre à coucher) alors que le texte en anglais (et la séquence prégénérique) montrent bien un coussin rose sur le canapé du salon (ce qui n’a pas du tout les mêmes connotations).

Mais c’est surtout la traduction de la réplique qui pose problème. Chandler ne dit pas à Joey qu’il va se retrouver bientôt avec des doigts dans son intimité (ce que désigne l’expression « dans ton machin » dans l’article du Slate français et serait évidemment homophobique), mais que, s’il continue, il va se retrouver à faire « tremper ses doigts » (ce qui est un des gestes préparatoires à la manucure telle qu’on la pratique aux États-Unis, comme le montrent ces conseils de beauté ou ce débat sur la nécessité ou non d’une telle étape dans une manucure réussie.) Une des versions alternatives du scénario (par exemple ici) confirme cette interprétation, avec une seconde phrase qui fait référence à un casque de salon de coiffure : « If you let this go, you’re gonna be sitting around with your fingers soaking in stuff. And your head’s gonna be under a big, brown drying, big drying. » L’aspect outrageant de la réplique de Chandler (qui est sexiste hors contexte, beaucoup moins dans le contexte, et en aucun cas à caractère sexuel) n’existe donc que dans l’esprit d’une journaliste française…

 

Le problème de la réception « différée »

La vraie question que posent tous les articles mentionnés est celui de la réception différée d’une oeuvre : une oeuvre de l’esprit (qu’il s’agisse d’un roman, d’un film, d’un essai, d’un tableau, d’une série télévisée…) est toujours créée dans un contexte social, politique, historique précis qui interagit avec le contenu de l’oeuvre et ses valeurs. Depuis quelques temps, ce type de débat agite les enseignants de lettres, parce que de très nombreux textes littéraires au programme dans les collègues et lycées, témoins de leur temps, peuvent devenir problématiques aujourd’hui en général (parce que les valeurs qui y sont exprimées ne sont plus en phase avec celles d’aujourd’hui) et dans les situations d’enseignement en particulier (faut-il taire les éléments problématiques du texte parce que ce n’était pas un problème au moment de leur production ou faut-il les expliciter en menant deux lectures parallèles du texte, une « purement littéraire » et une plus sociale ?).

Ce carnet de recherche n’a pas vocation à déployer tous les aspects de ce débat en littérature, mais je vous renvoie vers ces réflexions sur les sonnets de Ronsard (qui présentent un sujet lyrique violeur) ou sur La Prisonnière de Proust (où l’on débat actuellement, mais c’est nouveau, de savoir si Albertine, endormie, peut vraiment consentir) :

 

 

On débat aussi de l’oeuvre de la comtesse de Ségur et des « tensions entre contextualisation culturelle et regard anachronique ». Bref, ce mouvement réflexif sur la réception différée des oeuvres, enfin commencé pour la littérature, n’a pas encore réellement eu lieu pour les autres types d’oeuvres (peut-être parce qu’on ne les enseigne pas, ou moins, ce qui est encore un autre problème, et peut-être aussi parce que le décalage temporel, moins grand, rend ces oeuvres plus familières au premier abord). Cependant, se nourrir de ces réflexions pour penser les séries télévisées me semble salvateur et nécessaire pour produire un discours sensé (même si ça engendre moins de clics) et équilibré.

 

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 13/01/2018, https://seriestv.hypotheses.org/729, consulté le 23/06/2018.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/01/2018

    […] été bizarre que personne ne le partage…), et a été tempéré par la suite, notamment par Séverine Barthes, maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à …, qui pointe le fait que la plupart des morceaux choisis par la journaliste pour démontrer son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *