John Munch : un personnage super-sériel

Je travaille actuellement sur la mobilité des personnages de séries télévisées d’un programme à un autre, creusant le sillon de l’étude de l’intertextualité sérielle qui m’intéresse depuis très longtemps. Je m’inscris, dans cette étude, dans la lignée des travaux de Sabine Chalvon-Demersay sur les personnages et les héros de séries télévisées. Cette dernière a créé la notion de HST, pour Héros de Série Télévisée, qui est pour elle une entité différente du héros de théâtre ou de film de cinéma. Dans cette conception, le héros fait corps avec la série qui l’accueille. Or, que se passe-t-il quand un personnage essaime tellement qu’il devient le personnage de deux ou plusieurs séries télévisées ? Qu’est-ce qui fait que nous définissions un tel personnage par rapport à une série plutôt qu’à une autre ? Nous sommes certes là face à des cas limites, mais ils nous aident sans aucun doute à penser les cas plus classiques et les nouvelles frontières que semble épouser cette notion de personnage (ou de héros) de série télévisée.

 

Dans cette réflexion, le cas de John Munch est intéressant en ce qu’il est un des premiers à avoir autant circulé entre des programmes différents, certains liés entre eux en termes de production, d’autres totalement étrangers les uns aux autres. De même, certaines de ces incursions sont « sérieuses », tandis que d’autres sont comiques, voire totalement loufoques. Cependant, il semble pouvoir être vu comme une matrice, ou du moins une expérimentation, pour d’autres modes de circulation de personnages entre différentes séries, systématisés aujourd’hui dans certains cadres comme le Marvel Cinematic Universe ou la franchise Chicago1. Pour penser ces nouveaux modes de mobilité du personnel fictionnel, je propose le terme de super-sérialité : de même que, dans le passage du héros au super-héros, on a une maximalisation des qualités du héros et l’incarnation de capacités hors du commun, de même, dans le passage du personnage sériel au personnage super-sériel, on a un étirement des qualités sérielles du personnage (dont le retour se fait non seulement dans sa série, mais aussi dans d’autres) et l’incarnation d’une relation encore plus approfondie avec le public.

 

John Munch et Homicide

Le personnage de John Munch naît dans la série Homicide : Life on the streets en 1993 et fait partie de la distribution principale du début de la série à sa fin (1999). Cette série suit le quotidien de la brigade criminelle de Baltimore et a été créée pour NBC par Tom Fontana et Barry Levinson en adaptant sous forme fictionnelle un livre d’enquêtes du journaliste David Simon.

 

Homicide: Life on the streets (NBC, 1993)

 

 

Publicité pour l’épisode « Unusual Suspects » de The X-Files sur FOX

Les premières incursions du personnage en dehors de sa série se font dans le cadre habituel d’un crossover : à trois reprises, une enquête commencée par la criminelle de New York rebondit à Baltimore et Law & Order — série créée par Dick Wolf pour NBC — et Homicide se croisent alors sur une même intrigue. John Munch, comme les autres personnages d’Homicide, apparaît ainsi en tant que guest-star dans Law & Order2.

En 1997, il apparaît également dans « Unusual Suspects » de The X-Files (V 3 ; 16 novembre 1997), un épisode prenant place à Baltimore en 1989 : John Munch y interroge l’un des trois Lone Gunmen, les acolytes informateurs de Mulder dans la série. Avec cet épisode, John Munch est le premier personnage de la télévision américaine à apparaître dans trois séries différentes la même semaine (Law & Order le 12 novembre 1997, Homicide le 14 novembre et The X-Files le 16 novembre)3.

 

De Homicide à Law & Order: Special Victims Unit (et les autres)

Quand Homicide, après sept saisons, est annulée en mai 1999, le personnage de John Munch ne disparaît pas : à la rentrée de septembre 1999, il intègre une toute nouvelle série, Law & Order: Special Victims Unit, qui est une série dérivée de Law & Order4. Law & Order: Special Victims Unit comprend ainsi deux personnages issus de la série-mère, le capitaine Donald Cragen et l’assistante du procureur Abbie Carmichael5, et un personnage issu d’Homicide. C’est en tant que nouveau membre du NYPD que John Munch intervient dans un nouvel épisode de Law & Order, « Entitled » (X 14 ; 18 février 2000), lors d’un crossover entre la série-mère et la série dérivée. Et dans le téléfilm-réunion de la série Homicide, diffusé le 13 février 2000, dont les événements prennent place après la fin de la série6, les scénaristes ont intégré le déménagement de John Munch de Baltimore à New York. On arrive ainsi à une situation quelque peu paradoxale où le téléfilm-réunion d’une série présente un personnage de ladite série en tant qu’il est devenu personnage principal d’une autre série. Toujours en 2000, il apparaît dans la nouvelle série de Tom Fontana et Barry Levinson, The Beat, qui prend place à New York et dont le deuxième épisode (« They Say It’s Your Birthday », diffusé le 28 mars 2000) voit intervenir le détective du NYPD John Munch sur une scène de crime. Sur la saison 1999-2000, qui est celle de son déménagement de Baltimore à New York, John Munch apparaît ainsi dans quatre séries télévisées (trois à New York, une à Baltimore) liées soit à Dick Wolf (pour la franchise Law & Order), soit à Tom Fontana et Barry Levinson (avec la reprise d’Homicide et The Beat), ce qui relève d’une mobilité certes forte, mais toujours motivée par des réseaux de production ou d’affinités.

John Munch appartient à la distribution principale de Law & Order: Special Victims Unit pendant quinze saisons (soit plus du double de temps que dans Homicide) : il prend sa retraite dans l’épisode « Wonderland Story » (XV 5 ; 16 octobre 2013), qui compte trois anciens personnages d’Homicide (Meldrick Lewis, Gwen Munch et Billie Lou Hatfield) présents au pot de départ de John Munch et présente dans la dernière séquence de l’épisode  quelques images tirées d’un épisode d’Homicide, montrant un John Munch beaucoup plus jeune dans les locaux du Baltimore PD7.

 

 

Cependant, entre 1999 et 2013, John Munch n’est pas resté cantonné à sa nouvelle série. Après ses incursions dans diverses séries en 2000, il apparaît dans un crossover avec une autre série dérivée de la franchise de Dick Wolf, Law & Order: Trial by Jury en 2006 (« Skeleton », I 8 ; 10 février 2006). La même année, il apparaît dans un épisode de la série Arrested Development : dans « Exit Strategy » (III 12 ; 10 février 2006), il joue un rôle dans une opération secrète de la CIA8 et a pour nom « Prof. John Munch ».

Deux ans plus tard, il fait une apparition dans The Wire, série prenant place à Baltimore et créée par David Simon : dans « Took » (V 7 ; 17 février 2008), Richard Belzer est un figurant dans une scène de bar. Le personnage qu’il incarne parle avec le barman et lui explique comment se comporter aves ses habitués, arguant que, dans le temps, il avait son propre bar. Or, dans la troisième saison d’Homicide, Bayliss, Lewis et Munch ont ouvert un bar ensemble, ce qui pousse le téléspectateur à interpréter ce cameo comme une nouvelle apparition télévisuelle de John Munch. Cet exemple est typique de la manière dont fonctionne l’intertextualité dans les séries télévisées ces dernières années : le téléspectateur qui n’a pas de connaissance préalable du personnage n’y voit qu’un effet d’écriture, où l’on prend le temps de voir un personnage entrer dans un bar et on l’on peint l’ambiance du lieu (par opposition à l’écriture plus ramassée d’une série de network) ; celui plus assidu ou plus sériephile reconnaît John Munch et ajoute une couche de sens second à la séquence, d’autant plus que le personnage qui entre dans le bar, Augustus Haynes, est incarné par Clark Johnson, l’acteur qui jouait Meldrick Lewis dans Homicide.

 

 

Les deux dernières apparitions de John Munch ont eu lieu dans des séries comiques : dans l’épisode « ¡Qué sopresa ! » de 30 Rock (V 13 ; 3 février 2011), il participe —avec un comparse de Law & Order: Special Victims Unit, Fin Tutuola (incarné par Ice-T) — à une séquence parodiant leur série dans le cadre d’une démonstration liée à un téléviseur activé par la voix. Enfin, dans la série de Netflix Unbreakable Kimmy Schmidt (« Kimmy Goes to the Doctor », I, 4 mis en ligne le 6 mars 2015), les deux personnages principaux regardent à un moment la télévision et tombent sur une énième série dérivée de l’univers Law & Order, dont la seule chose que nous voyons à l’écran est la présence de John Munch dans la distribution.

 

Ces dernières apparitions sont plus détachées des réseaux de production ou d’affinités dont je parlais plus haut. Le personnage de John Munch prend peu à peu son indépendance par rapport à son univers d’origine, ce qui est une dimension importante du phénomène de super-sérialité.

 

 

Domaine (et limites) de la super-sérialité

Nous voyons bien ici comment un personnage super-sériel se construit à la fois dans sa série et en dehors d’elle-même. Le cas de John Munch est exemplaire, mais il n’est pas rare de voir dans une série donnée l’apparition d’un acteur dont l’incursion est liée à un rôle précédent9. Ce qui est ici atypique, c’est d’abord la durée : John Munch est un personnage principal de deux séries télévisées durant vingt-trois saisons (ces durées ne sont généralement atteintes que par des acteurs de soap operas de journée et non de séries de soirée), il apparaît dans un total de dix séries télévisées différentes et son statut d’icône de la télévision américaine est bien souligné, bien qu’implicitement, par la séquence d’Unbreakable Kimmy Schmidt : cette série raconte l’histoire d’une femme libérée d’un abri nucléaire après quinze ans de captivité sous le joug d’un gourou. Toute la série est fondée sur le décalage entre le monde tel que l’a connu Kimmy avant son enfermement et le monde actuel ;  sur sa découverte et son émerveillement devant ce qui nous paraît usuel et quotidien. Or, quand elle retrouve la télévision, elle identifie immédiatement l’univers sériel présenté quand elle voit John Munch à l’écran10, ce qui montre bien la longévité et l’impact du personnage. Ce qui est intéressant dans le cas de John Munch, c’est aussi la variété des types d’insertion dans le texte sériel d’accueil : cela va de l’insertion la plus sérieuse et la plus motivée narrativement (c’est le cas des crossovers) à des clins d’œil comiques (The X-Files, Unbreakable Kimmy Schmidt, Arrested Development) en passant par des incursions totalement gratuites et pouvant passer inaperçues (The Beat et surtout, The Wire), qui ne sont que des gratifications pour les téléspectateurs les plus attentifs et les plus sériphiles.

 

 

La super-séralité ne doit pas cependant être confondue avec l’intégralité des phénomènes d’intertextualité ou d’hypertextualité. Si le personnage de John Munch est apparu dans une séquence de Sesame Street, ce cas ne relève pas de la super-sérialité puisque le passage par la marionnette rompt l’adéquation acteur/personnage (la « nature composite » du HST, « procédant, en l’occurrence, de l’appariement durable entre un personnage et un corps » selon les mots de Sabine Chalvon-Demersay). Sesame Street, au moins depuis 1987 avec « Miami Mice« , propose des parodies de séries télévisées et de films (même si le phénomène semble s’être accéléré ces dernières années) qui relèvent pleinement de l’intertextualité ou de la transtextualité. Cependant, le fait de pouvoir reconnaître les personnages recréés (comme dans l’extrait « Law & Order: Special Letters Unit » ci-dessous où l’on reconnaît très facilement Munch, Cragen et Stabler, un peu moins Benson) ne suffit pas pour classer ce type de séquence dans les phénomènes de super-sérialité. La super-séralité est ainsi, peut-être, une nouvelle catégorie de transtextualité en culture médiatique dont il reste encore à définir plus précisément les critères d’identification.

 

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "John Munch : un personnage super-sériel," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 19/12/2017, https://seriestv.hypotheses.org/659, consulté le 23/09/2018.

 

Image à la Une : John Munch dans Homicide (Courtesy of NBC)

  1. Ces cas seront traités dans un article à paraître dans le numéro de Télévision consacré aux mutations du héros sériel à paraître en 2018. []
  2. Les trois épisodes en question sont « Charm City » (VI 13 ; 7 février 1996), « Baby, It’s You » (VIII 6 ; 12 novembre 1997) et « Sideshow » (IX 14 ; 17 février 1999). []
  3. Avec l’apparition des triple crossovers à partir des séries CSI, le cas se reproduira, mais dans le cadre d’une même franchise. Ce qui reste exceptionnel ici, c’est qu’on parle de trois séries n’ayant pas de lien de production entre elles. []
  4. Cette mobilité a été rendue possible du fait de l’abandon par Tom Fontana de ses droits sur le personnage. En effet, aux États-Unis, la réglementation du copyright prévoit normalement que le créateur d’un personnage touche des royalties pour toute réutilisation dudit personnage. []
  5. Si Abbie Carmicheal faisait partie de la distribution de Law & Order au moment du lancement de la série dérivée, Donald Cragen avait quitté cette série en 1993. Il s’agit donc du retour d’un personnage qui n’était plus sur les écrans depuis six ans. []
  6. Le lieutenant Giardello se lance en politique et est blessé par balle lors d’une conférence de presse []
  7. Il ne quittera pas tout à fait la série puisqu’il sera ensuite guest-star dans quelques épisodes ultérieurs de Law & Order: Special Victims Unit []
  8. L’acteur Richard Belzer fait une apparition dans la fête de l’épisode « S.O.B.s » (III 9 ; 2 janvier 2006) de cette série, mais il s’agit d’une soirée de levée de fonds où il apparaît en tant qu’acteur célèbre et non en tant que John Munch. []
  9. On peut penser à Georges Clooney et Noah Wyle qui jouent deux docteurs dans un épisode de Friends, mais sans y assumer leurs identités fictionnelles d’ER []
  10. Rappelons que Law & Order, la série-mère, a duré vingt ans et que Law & Order: Special Victims Unit, la série dérivée qui a accueilli John Munch, est toujours en production au moment de l’écriture de ce billet et en est à sa dix-huitième saison. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.