2017, le retour de la sériephilie téléphile ?

Le billet d’aujourd’hui est davantage fondé sur un ressenti et des impressions que sur une étude de corpus, bien charpentée, avec une grille d’analyse déroulée dans le but de créer un savoir nouveau sur les séries télévisées. Cependant, je crois bien que mon observation des discours circulant sur les séries télévisées, puisque je me trouve à la croisée de plusieurs sphères (de simple téléspectatrice à chercheuse universitaire en passant par le statut de fan, voire de sériephile s’il faut utiliser des gros mots), permet de faire émerger un changement de cap. Ce billet relève donc, d’une certaine manière, non seulement d’une écriture située, mais aussi d’un point de vue si ce n’est polémique, du moins un peu paradoxal. Pour reprendre une expression galvaudée les vues exprimées ici n’engagent que moi : certaines paraîtront exagérées, d’autres peut-être fausses, le point de vue de mes lecteurs fans de séries sera sans doute à l’opposé de celui de mes lecteurs universitaires, lui même différent de celui de mes lecteurs journalistes. Mais en posant côte à côte les faits que je relève et en tentant de les analyser à la fois en tant qu’actrice du phénomène et en tant que chercheuse surplombant la problématique, j’espère faire émerger une envie de dialoguer (les commentaires sont ouverts !) sur ce que sont, aujourd’hui, les séries télévisées, sur ce que veut dire d’en regarder et sur ce que c’est que d’en parler.

Donc, en guise d’ouverture à 2018, quelques réflexions sur l’année 2017 du point de vue des discours sériephiles.

 

 

 

Une sériephilie téléphile ?

J’ai enfin pu consulter la thèse d’Anne-Sophie Béliard, La sériephilie en France. Processus de reconnaissance culturelle des séries et médiatisation des discours spécialisés depuis la fin des années 80, menée à l’université Sorbonne-Nouvelle sous la diretion d’Éric Maigret et soutenue en décembre 2014. Très informée, fondée sur des très nombreux entretiens et nourrie d’un grand nombre d’analyses de documents et de publications sériephiles, c’est à mon sens un travail important sur la notion de sériephilie au sens strict. En effet, aujourd’hui, il me semble q’il y a une confusion, dans les discours, entre la sériephilie (dans un sens similaire à la cinéphilie, et c’est ce qu’étudie Anne-Sophie Béliard, c’est-à-dire un positionnement critique spécifique par rapport à la série télévisée), et la sériphagie (certains opposent sériephiles et sérievores dans un sens similaire), c’est-à-dire l’augmentation sans précédent de la consommation de séries télévisées, qu’a montrée par exemple Olivier Donnat dans ses Pratiques culturelles des Français. Pour moi, cette confusion se retrouve, par exemple, dans l’ouvrage d’Hervé Glévarec, La Sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel : de mon point de vue, plus que de sériephiles, ce livre traite de sérievores (mais dans un contexte particulier de légitimation culturelle des séries télévisées) et sa démarche et ses conclusions, très intéressantes quand on s’intéresse à l’évolution de la réception des séries télévisées en France, me semblent éclipsées par ce titre qui ne rend pas justice au contenu. Je préfère la prudence, si je puis dire, de Clément Combes qui, dans sa thèse, parle d’ « activité spectatorielle » et, même s’il emploie le terme de sériephile, il me semble moins dupe du continuum des pratiques spectatorielles des gens qui regardent des séries télévisées (que ce soit sur un écran de télévision, un écran d’ordinateur ou un téléphone mobile).

Pour en revenir au travail d’Anne-Sophie Béliard, sa thèse dessine trois périodes de la sériephilie française :

  • une période 1950-1990, qui est celle de la « genèse des discours sériephiles »1, avec une accélération à la fin des années 1980, qu’elle qualifie d’ « années pionnières du mouvement sériephile, des Rencontres Internationales de la Télévision à Huitième Art » ;
  • une période 1990-2004, avec des « sériephiles entre professionnalisation et militantisme amateur », où l’autrice traite de Génération Séries et d’Éπsode, du FLT et d’À-Suivre.org notamment2, et où elle dessine une sériephilie qui se fonde sur une téléphilie ;
  • les années 2000-2010, qui sont celles de la « fragmentation du milieu sériephile et de la reconnaissance des séries », avec un travail d’ « adaptation des politiques cinéphiles à l’évaluation des séries télévisées » (p. 659), ce que je qualifierai, par raccourci, de sériephilie cinéphile.

 

Family watching television (1958), Evert F. Baumgardner (domaine public)

Dans cette catégorisation, j’appartiens, de fait, à la génération de la sériephilie téléphile, ce qui me semble très vrai, mais que je n’avais jamais vraiment verbalisé ainsi3. Mais en prenant un peu de recul et en regardant, par exemple, les séries sur lesquelles j’écris (ce carnet de recherche en est un précipité, mais je pourrais aussi regarder ce qu’il en est dans mes articles de revues et mes communications en colloque), on remarque un très net biais en faveur des séries de networks, c’est-à-dire précisément celles qui sont les plus « télévisuelles », et ce ne peut être totalement un hasard. Certes, la méthodologie que je déploie généralement dans mes recherche « marche » mieux sur de telles séries (elle a après tout été élaborée lors de ma thèse, qui portait sur les séries dramatiques de 1990 à 2005, soit à une période encore relativement calme en termes de câble) et cela a sans aucun doute une influence sur les choix de corpus et d’angles que je fais lorsque je propose un article ou une communication. Mais la façon dont j’ai « formé » mon goût sériephile a, je pense, au final au moins autant d’importance et je devrais davantage le prendre en considération dans la construction de mon objet scientifique.

 

Maintenant que ces considérations générales et historiques sont posées et que nous avons normalisé un peu le vocabulaire utilisé, je fais l’hypothèse que, depuis quelques temps, après des années de sériephilie cinéphile conquérante (qui avait pris la suite d’une sériphilie plutôt téléphile), on observe un retour de la téléphilie chez les acteurs impliqués dans le champ (je parle bien ici des sériephiles, et non des sériesvores ou des gens qui « se sont mis » aux séries télévisées depuis le mouvement de légitimation culturelle qu’elles ont connu). Il est encore trop tôt pour savoir si les faits que je relève ici sont des micro-phénomènes ou s’ils préfigurent une vague plus profonde, et surtout il se peut que j’en manque (mais dans ce cas, n’hésitez pas à m’indiquer des choses plus bas dans les commentaires), mais je crois que les rapprocher fait émerger le retour d’un certain point de vue sur les séries télévisées.

 

Un retour éditorial du « huitième art » ?

Depuis plusieurs années, la publication de livres sur les séries télévisées en France s’est grandement accélérée, avec de nombreuses collections (PUF, Vendémiaire, Atlande, Ellipses, etc.) et un certain nombre de « beaux livres » dédiés à des séries « consacrées » par une certaine critique (Mad Men, par exemple, qui fait l’objet de plusieurs livres, ou The Walking Dead). Si l’on regarde les « beaux livres » transversaux, les séries mises en avant dans le parataxte (première et quatrième de couverture, titre…) balancent entre les séries encensées dans la presse cutlurelle (non spécifiquement télévisuelle), généralement diffusées sur le câble ou chez les nouveaux producteurs de contenus en ligne — Breaking Bad, Les Sopranos, True Detective, Game of Throne, Twin Peaks, Six Feet Under… — et le « haut du panier » des séries de networks — House, The X-Files, Lost par exemple, avec un prisme qui semble favoriser FOX, la moins conventionnelle des chaînes hertziennes.

Dans les ouvrages brochés, en dehors des collections que nous avons évoquées, on remarque que les publications sont dispersées et qu’elles tendent à une plus grande « mixité » des séries. Mais l’éclatement chez différents éditeurs, dans des collections qui ne sont pas spécifiquement dédiées à la télévision (et parfois même pas dédiées au cinéma, qui est le champ généralement considéré le plus proche d’un point de vue éditorial), engendre une forme d’invisibilité de ces publications : qu’on pense à Génériques! d’Éric Vérat (Les Moutons électriques), à Mythologie des séries télévisées de Jean-Pierre Esquenazi (Le Cavalier bleu), au Petit Éloge des séries télé de Martin Winckler (Folio), parmi tous les titres qu’on aurait pu citer.

Les Nouveaux Feuilletonistes, Alain Carrazé (éd. Fantask)

Cependant, un nouvel acteur éditorial, depuis quelques années, adopte un point de vue différent, qui semble manifester un glissement téléphile : il s’agit d’Huginn & Muninn, qui publie à la fois des beaux livres et des essais (sous la bannière Fantask). Les beaux livres concernent évidemment, comme chez beaucoup d’éditeurs concurrents, des séries encensées dans le cadre de ce que j’ai appelé la sériephilie cinéphile (Game of Throne, Twin Peaks, The Walking Dead, Homeland…), mais la part du lion est consacrée à des séries relevant bien davantage des logiques de network ou de la sériephilie téléphile, voire geek (Buffy, The X-Files, Fringe, Dr Who, The Ninja Turtles, Star Trek, My Little Pony…). Quant à la collection Fantask, elle accueille notamment les ouvrages d’Alain Carrazé et de Romain Nigita (issus respectivement de la première et de la seconde périodes définies par Anne-Sophie Béliard), par exemple Les Nouveaux Feuilletonistes (qui fait la part belle aux créateurs prolifiques de networks, essentiellement parce qu’Alain Carrazé, du fait de son intérêt très ancien pour les séries, a mené des entretiens avec les grands noms de la télévision depuis des décennies) et Series’ Anatomy, que je tendrais à définir comme un manifeste téléphile du fait de son organisation (chaque chapitre déconstruisant une idée reçue sur les séries télévisées et réaffirmant positivement à de nombreuses reprises l’aspect télévisuel et/ou industriel de l’écriture des séries télévisées).

 

 

La réédition de Décoder les séries télévisées

En juin 2011 paraissait chez De Boeck le manuel Décoder les séries télévisées, sous la direction de Sarah Sepulchre4.  À la demande de l’éditeur, une seconde édition mise à jour et augmentée est sortie en septembre 2017. Le positionnement de Sarah Sepulchre dans le champ de l’étude des séries télévisées est intéressant car, comme certains autres, les débuts de son parcours académique ont été nourris par une sériephilie personnelle, lors de la deuxième période sériephile dessinée par Anne-Sophie-Béliard : elle est la co-créatrice et co-animatrice de l’émission de radio Aux Frontières des séries et du site internet afds.tv. Elle est aujourd’hui Professeure à l’Université catholique de Louvain, après une thèse de doctorat (2007) portant sur les personnages de séries télévisées.

La spécificité de Décoder les séries télévisées est d’une part de se présenter comme un manuel (même si le livre excède cette simple catégorisation) et d’autre part de s’ancrer dans une approche assez largement centrée sur le medium : au sujet de la première édition, Jan Baetens écrivait ainsi que l’ouvrage s’intéressait à la série comme « récit télévisuel inscrit au coeur de structures médiatiques en évolution permanente ».  Cet ancrage très info-comm relève, à mon sens, d’une prise de position dans l’univers des discours académiques sur les séries télévisées, en mettant en avant ce qui fait le caractère proprement télévisuel de ces séries (puisqu’il existe toute une palette de discours universitaires possibles sur ces objets, allant d’une approche proprement poétique ou littéraire à leur convocation comme supports d’étude plus que comme objets d’analyse. On peut se faire une idée du dynamisme et de la diversité des recherches sur les séries télévisées en France avec l’article de Barbara Laborde paru en 2017 Series-International Journal of TV Serial Narratives ). En outre, une grande partie des auteurs du livre, à ma connaissance, assume non seulement leur sériephilie, mais aussi une certaine téléphilie (beaucoup d’entre eux s’intéressant aux séries télévisés depuis la période de sériephilie téléphile définie par Anne-Sophie Béliard).

 

Un conteur cathodique, pas un conteur plasma

Benoît Lagane pour le festival Mythos / DR Mythos

Mais le retour d’une certaine téléphilie dans les discours sériephiles ou universitaires ne se limite pas au médium écrit. Le spectacle vivant est aussi, désormais, une façon d’assumer sa sériphilie téléphile.

Benoît Lagane est journaliste à Radio France : pilier du Rendez-Vous de Laurent Goumarre (France Culture), puis du Nouveau Rendez-Vous de Laurent Goumarre (France Inter), il est l’auteur, avec Éric Vérat, de l’importante série documentaire radiophonique diffusée dans la grille d’été de France Culture, déclinée en deux saisons en 2008 et 2009, Séries télé : l’Amérique en 24 épisodes et Séries télé : le monde en 25 épisodes. Il a créé en 2016 un spectacle de conte, dans le cadre du festival MythosLe Conteur cathodique. Dans ce spectacle, décliné et présenté à de nombreuses reprises ces derniers mois dans des lieux allant de la représentation intimiste en appartement au festival Séries Mania en passant par des médiathèques, des salles de cinéma et une péniche (façon Homme du Picardie !), Benoît Lagane évoque certes son parcours de sériephile, mais (sans trop dévoiler le contenu) on y parle bien davantage de La Petite Maison dans la prairie, de L’Homme qui tombe à pic, de La Quatrième Dimension, de Buffy et, surtout, d’Urgences que de Mad Men, de Game of throne ou de The Wire. Bref, il s’agit bien, à mon sens, d’une sériephilie téléphile bien plus que d’une sériephilie cinéphile, ancrée dans ce que nous proposait la télévision française des années 1980 et 1990 (à une époque il ne faisait pas forcément bon de dire qu’on regardait la télévision et qu’on aimait ça !).

 

Quelques mots de conclusion

Il n’est pas possible de tirer de conclusions stables et sérieuses de quelques observations rapidement analysées. Il est notamment très difficile de suivre tout ce qui se fait sur les séries télévisées dans le monde académique et dans les médias. Cependant, la conjonction de ces différents phénomènes me semble montrer que nous sommes face à une vague téléphile dans le tsunami de discours sériephiles produits en France aujourd’hui. À tout le moins, l’aspect proprement télévisuel, voire industriel, de ces objets revient sur le devant de la scène, maintenant que la légitimité à parler et à étudier des séries télévisées est plutôt bien assise.  Une initiative comme le séminaire Network TV était sans doute impensable il y a quelques années. On peut désormais assumer de dire : It’s not ART, it’s TV.

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "2017, le retour de la sériephilie téléphile ?," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 09/01/2018, https://seriestv.hypotheses.org/561, consulté le 23/09/2018.

 

 

 

 

  1. Sauf indication contraire, les citations sont tirées des titres de chapitre de la thèse d’Anne-Sophie Béliard. []
  2. C’est le moment d’un petit disclaimer. J’apparais à trois titres différents dans la thèse d’Anne-Sophie Béliard : en tant que chercheuse universitaire (elle cite certains de mes travaux) ; en tant que figure publique de certains événements sériephiles qui ont pris place à cette période ; en tant qu’enquêtée, et mon nom est alors anonymisé comme celui de tous les enquêtés, puisque j’ai donné à l’autrice , de même que deux autres membres du FLT/À-Suivre.org, un entretien dans le cadre de ses recherches. Je dois avouer que c’est un exercice de lecture perturbant, et ce même au-delà de la tentation irrépressible de faire de cette thèse la même lecture que celle que je ferais d’un roman à clés. Et cette proximité avec le sujet — qui dépasse de très loin celle que je peux avoir quand je lis des travaux de sociologie sur des sujets qui peuvent me toucher, ou qui dépasse même celle que j’ai pu ressentir à la lecture de la thèse de Clément Combes, qui parle pourtant d’Annuséries et de pErDUSA, deux sites de la galaxie FLT — me pousse à être d’autant plus prudente dans ma posture de chercheur, même si j’assume ici, dans ce texte précis, une grande part de subjectivité. []
  3. C’est maintenant le moment d’un réel coming-out : oui, j’aime la télévision, celle qu’on regarde, depuis son canapé, sur un écran cathodique ou plasma, avec les coupures publicitaires et les bandes-annonces, voire les éventuelles coupures de signal. Je confesse que je sursaute sur mon canapé devant les prouesses des participants d’American Ninja Warrior (qui n’a rien à voir avec la pâle copie de TF1), que je suis émue face à certains candidats de World of Dance, qu’après une après-midi de lectures intellectuelles intenses (il faut bien se trouver des justifications), je retrouve non sans un plaisir un peu sadique les saillies de Judge Judy (et même, parfois, au lieu de ces trop saines lectures, je prèfère passer une partie de mon après-midi avec la bien plus aimable juge Marilyn Milian de The People’s Court) et que, last but not least, j’ai un faible pour Alex Trebek et Jeopardy!, mais on ne peut pas exclure une influence de The X-Files sur la question ! Et puisqu’on en est aux confessions : je mets un point d’honneur à préserver une partie de mon « temps télévisuel » à regarder la télévision en flux, telle qu’elle a été pensée et écrite, même aux États-Unis où cela suppose des coupures de pub longues et fréquentes. []
  4. Autre disclaimer : je suis un des auteurs sollicités par Sarah Sepulchre et ai rédigé le deuxième chapitre de cet ouvrage. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.