Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18

La promotion de l’épisode de Law & Order: Special Victims Unit diffusé le 26 octobre 2016, « Rape Interrupted » (XVIII, 5), mettait en avant la présence d’Anthony Edwards, le fameux Dr Mark Greene d’ER (il faut rappeler que les sweeps ont commencé et qu’il est traditionnel à cette période d’avoir des guests prestigieux pour attirer le public). Cela m’a rappelé un autre rapprochement entre ces deux séries, l’épisode « Lowdown » de Law & Order: SVU lors de la saison 5.

Cet épisode a dans sa distribution Michael Beach, qui jouait dans ER Al Boulet, le mari de Jeanie Boulet qui a, au début de la série, une aventure avec le Dr Benton. À la fin de la deuxième saison, on apprend qu’Al est séropositif. La question du statut sérologique de Jeanie (et celui de Benton du même coup) fera partie du cliffhanger de la saison et on apprendra que Jeanie a été contaminée, mais pas Benton. La cause de la contamination d’Al est son infidélité : une de ses nombreuses maîtresses était séropositive et l’a infecté. Mais il fait savoir que l’intrigue originale n’était pas celle-ci : il était prévu qu’Al Boulet pratique le down-low : ce mot désigne la situation de certains hommes africains-américains qui se définissent comme hétérosexuels (ils sont souvent mariés avec des enfants) mais ont de relations avec d’autres hommes (tout en refusant l’étiquette de gays ou de bisexuels). Dans cette configuration, les risques de contamination entre un homme et son(ses) amant(s) sont élevés, de même que ceux entre l’homme et sa partenaire (ces risques sont beaucoup moins importants entre une femme infectée et un homme séronégatif, tel que cela est présenté en réalité dans ER). Les auteurs de la série ont expliqué qu’ils n’avaient pu aller aussi loin qu’ils le voulaient et que le down-low était trop controversé.

Un des scénaristes d’ER, le Dr Neal Baer, est devenu ensuite le showrunner de Law & Order: SVU, de la deuxième à la douzième saison. Médecin de formation, il a commencé très tôt à écrire pour la télévision, et souvent sur des sujets controversés (il est par exemple l’auteur du premier after-school program à parler de maladies sexuellement transmissibles, en 1989). Il avait un sentiment d’inachevé sur cette ligne narrative concernant Al Boulet et a décidé de faire un épisode de Law & Order: SVU dédié au sujet du down-low et de demander à Michael Beach de jouer le personnage principal de cet épisode, comme pour continuer et boucler cette histoire. L’épisode est assez pédagogique et le personnage de Fin, un peu après la moitié de l’épisode, explique ce qu’est le down-low à ses collègues qui n’en avaient jamais entendu parler.

 

Fin Tutuola – Maybe they all have something to hide.

Olivia Benson – Like what ?

Fin Tutuola – I think they are on the down-low.

Don Cragen – Down what ?

Fin Tutuola – The down-low. Black men having sex with other men.

Elliot Stabler – Every one of these guys is married, some have kids.

Fin Tutuola – That’s sex on the down-low. The say it doesn’t mean they’re gay.

John Munch – What does it mean ?

Fin Tutuola – It’s just sex. They hang out, have a few drinks, pretend that what goes on downstairs isn’t who they are. You grow up being black, you’re supposed to be a man, become a father. Church, your family, your friends… they all see being gay as the white man’s perversion.

Olivia Benson – But white men have trouble dealing with it too. There’s an epidemic of gay white men on crystal meth. They have to get high to have sex.

Fin Tutuola – It’s different for black men. They go out, have sex with other men, then come home, have sex with their woman and pretend they’re straight. (pause) Don’t look at me. I just know stuff.

 

L’épisode en question nous montre un groupe d’hommes afro-américains qui ont réussi (l’un est procureur, un autre joueur de football par exemple) et qui pratiquent le down-low lors de leurs prétendues soirées poker.

Le hasard de la programmation (puisque l’épisode que la série a consacré à Trump est encore une fois repoussé) fait que, alors que j’étais en train d’écrire cette notule, le sixième épisode de la saison en cours, « Broken Rhymes » (diffusé le 9 novembre 2016), reprend le thème du down-low, avec un angle différent : ici, il s’agit d’un jeune rappeur afro-américain ne voulant pas assumer qu’il a une relation avec Eva, une femme transgenre en cours de transition, et craignant qu’on le prenne pour un gay. Ce qui est intéressant dans le traitement de cet épisode (outre la brûlante actualité de la question des violences envers les personnes transsexuelles), c’est que le dialogue est beaucoup plus allusif que treize ans auparavant, sans dialogue explicatif à destination autant des personnages que du téléspectateur. La situation est évoquée à deux reprises. La première occurrence est lors d’un interrogatoire de Hype (le rappeur) par Olivia et Fin, où l’on utilise le mot sous sa forme abrégée, sans l’expliquer :

Hype : Eva wanted to have lunch. In public. She was tired of our relationship being on the DL. It was a big deal for her.

La seconde est plus loin dans l’épisode, après un autre interrogatoire parce que Hype a tué son producteur. Olivia Benson persuade Rafael Barba, le procureur, d’offrir un accord à Hype. Mais ce genre d’accord a généralement, dans la système américain du plaider coupable, comme corollaire l’obligation pour l’accusé de raconter précisément les circonstances du crime.

 

Rafael Barba – I will, however, need you to allocute so that the judge and the public knows why I’m offering you such a good deal.

Hype – What ‘s that mean ?

Olivia Benson – That means you need to tell the judge what really happened. That you killed Cash in a heightened, emotional fit of rage, because you loved Eva.

Hype – This ain’t got nothing to do with nobody named Eva.

Olivia Benson – Okay, Hype. Don’t be stupid.

Hyde – I shot Cash over a business dispute! In self-defense! Like I said, I ain’t no faggot.

(Rafael Barba et Olivia Benson sortent de la salle d’interrogatoire)

Olivia Benson – That kid thinks, because he’s in love with a transgender woman, that he’s gay. He’s confused.

 

Ici, on ne rappelle pas le concept, considéré sans doute comme acquis, mais on en développe les conséquences dans la situation particulière de l’épisode, la question des personnes transgenres, et on dénonce les clichés qui y sont liés.

 

Law & Order: Special Victims Unit se place toujours dans une actualité assez vive et il est intéressant de voir comment une même « thématique »  est traitée dans le temps. La série montre encore une fois ses qualités pédagogiques et son engagement dans les problèmes sociaux qui lui sont contemporains, ce qui explique sans doute sa longévité (rappelons que c’est la plus ancienne des séries actuellement en production) et sa qualité.

 

_________________

Pour écouter Neal Baer (qui n’est plus aujourd’hui showrunner sur la série) parler plus longuement de la façon dont il considère l’articulation entre écriture télévisuelle et engagement social, voici une vidéo de l’émission Media Mayhem de The LipTV où il est longuement interviewé :

 

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "Le downlow dans Law & Order: Special Victims Unit, de la saison 5 à la saison 18," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 17/11/2016, http://seriestv.hypotheses.org/55, consulté le...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *