The Good Fight : la guerre est déclarée

The Good Fight, série dérivée de The Good Wife, est le fer de lance de la stratégie numérique de CBS puisque la série n’est accessible que par CBS All Access, un service de diffusion de vidéo en flux par abonnement, proposant non seulement une possibilité de rattrapage des derniers programmes diffusés sur CBS (qui sont également accessibles gratuitement sur le site de la chaîne), mais aussi un accès aux saisons précédentes et aux épisodes précédents des séries en cours de diffusion, à des catalogues de séries plus anciennes diffusées sur CBS, et à des productions originales. The Good Fight est la première d’entre elles (une nouvelle série Star Trek est également annoncée) et a été lancée par la diffusion, sur CBS, du premier épisode le 19 février 2017, les neuf suivants étant disponibles sur Internet seulement, à raison d’un épisode par semaine mis en ligne le dimanche (qui était le jour de diffusion de The Good Wife sur CBS entre 2009 et 2016).

Il y aurait beaucoup à dire sur The Good Fight, notamment sur les « recettes » reprises de The Good Wife et leur traitement différent permis par la seule diffusion en ligne, puisque la série n’est ainsi pas soumise aux règles habituelles édictées par la FCC pour les programmes diffusées sur les networks. Il faut d’ailleurs noter que les versions de l’épisode pilote diffusées sur CBS et en ligne diffèrent légèrement, notamment en ce qui concerne le vocabulaire utilisé. Mais je vais ici me concentrer sur un épisode particulier, « Stoppable: Requiem for an Airdate » (épisode I, 5 diffusé le 12 mars 2017).

L’affaire juridique au coeur de cet épisode est simple : le scénariste d’une série télévisée judiciaire a mis en ligne l’intégralité d’un épisode qu’il a écrit, qui a été tourné et monté et dont la diffusion, qui a été annoncée à plusieurs reprises, est finalement annulée par le network. Ce scénariste pense qu’il s’agit d’un cas de censure politique : l’accusé de l’épisode en question est librement inspiré de Donald Trump et le scénariste assure que le network craint de se fâcher avec le nouveau président et préfère passer l’épisode à la trappe depuis le 8 novembre 2016. L’épisode s’ouvre de manière inhabituelle : après le générique, le dialogue commence sur un écran noir (on entend deux femmes discuter : l’une demande à l’autre de lui dire où « il » l’a touchée. Elle répond « partout ».), puis sur cet écran apparaissent la mention, typographiée en Friz Quadrata, d’un lieu et d’une date, ce « carton » étant accompagné d’un bruit sourd.

 

Ouverture de l’épisode « Stoppable: Requiem for an Airdate » de The Good Fight (DR CBS)

 

On voit ensuite à l’écran un personnage (qui ne fait pas partie de la distribution habituelle de The Good Fight) déclarer qu’il ne se rendra pas à la convocation qui lui a été adressée par le procureur. La caméra recule, on se rend alors compte que ces images viennent d’une vidéo en ligne, dont le nom est « The Chicago Episode They Won’t Let You See »1.

 

L’épisode mis en ligne par le scénariste faisant appel au service du cabinet d’Adrian Boseman (DR CBS)

 

Barbara Kolstad, Adrian Boseman, Lucca Quinn et Julius Cain sont en train de la regarder et discutent vivement pour savoir s’il faut, ou non, représenter le scénariste qui est venu les solliciter pour sa défense. Diane Lockhart arrive alors et demande ce qui se passe : Lucca lui résume la situation en parlant d’un épisode « ripped from the headlines »2.

 

Tout téléspectateur assidu de ces dernières années reconnaît alors le référent réel qui se cache derrière cette situation3 : Dick Wolf et sa série Law & Order: Special Victims Unit (diffusée depuis 1999 sur NBC). Dès Law & Order (NBC, 1990-2010), on a parlé de scénarios « arrachés aux gros titres des journaux »4 . La police Friz Quadrata est utilisée dans toutes les séries de la franchise Law & Order pour mentionner, en ouverture de séquence, le lieu et la date où les événements prennent place. Ce carton est parfois accompagné d’un bruit sourd, dit le « dun dun », qui ouvre tous les épisodes de la franchise. Or, Law & Order: Special Victims Unit a tourné, cette saison, un épisode inspiré d’une affaire touchant Donald Trump, « Unstoppable », qui devait initialement être diffusé le 26 octobre 2016. NBC avait annulé cette diffusion, la repousssant après l’élection (soit le 16 novembre 2016). Mais les événements du 8 novembre ont changé la position de la chaîne qui a décidé, pour l’instant, de suspendre cette diffusion. Enfin, on remarquera que, quand l’épisode de Law & Order: Special Victims Unit a pour titre « Unstoppable » (soit « Irrépressible »), celui de The Good Fight se découpe en deux parties, dont la première, « Stoppable », est un décalque positif du titre initial.

Le pastiche de Law & Order: Special Victims Unit, dans son travail de référence au réel, est particulièrement efficace : le sénateur en question a une tour à son nom, la « Weller Tower », sur une Cinquième Avenue ; la séquence prend place le 8 novembre, jour de l’élection présidentielle ; son slogan de campagne est « Bring back American values » (décalque du fameux « Make America great again »).

 

« Stoppable: Requiem for an Airdate » de The Good Fight (DR CBS)

 

Un autre aspect renvoie à Dick Wolf : en plus de Law & Order: Special Victims Unit, seule survivante de la franchise Law & Order, ce dernier produit actuellement quatre séries sur NBC, qui forment la franchise Chicago (Chicago Fire, Chicago P.D., Chicago Med et Chicago Justice)5. Or, The Good Fight, comme The Good Wife, se passe justement à Chicago, où est produite la série fictive dont il est question. L’épisode incriminé est désigné, dans la légende de la vidéo mise en ligne, par l’expression « Chicago episode », comme si le titre de la série en question pouvait être Chicago, clin d’oeil moins appuyé que les précédents aux productions de Dick Wolf. Enfin, bien qu’il s’agisse d’une sorte de hasard heureux, qui fait pourtant tout à fait sens, cet épisode fait intervenir le mari de Diane, Kurt McVeigh, incarné par Gary Cole (qui jouait déjà ce rôle dans The Good Wife dès 2010). Or, dans « Unstoppable », le personnage qui est inspiré de Trump est justement joué par Gary Cole, sans doute choisi parce qu’il incarne un employé de la Maison-Blanche dans la série satirique Veep dont on a beaucoup parlé pendant la campagne de Donald Trump.

 

Pour comprendre toutes les implications de cet épisode, il faut revenir aux prémices de The Good Fight, qui s’ouvrait par un plan frontal sur Diane, défaite, regardant la télévision au moment de l’annonce de la victoire de Donald Trump6 . Elle va, dans les premiers épisodes, intégrer un nouveau cabinet, champion de la défense des droits civiques et à la pointe du combat contre les violences policières, où elle est la première avocate non-noire. Une des intrigues révèlera que, contrairement à ce qui pouvait être attendu, au moins un des avocats de ce cabinet a voté pour Donald Trump et il demandera d’ailleurs à ce que cette information reste secrète car il craint d’être ostracisé par ses collègues. Ainsi, The Good Fight est clairement une série de l’ère Trump, un commentaire indirect sur la vie politique du pays et les effets quotidiens de cette élection, ce qui est sûrement facilité par sa diffusion numérique qui à la fois la rend moins visible du grand public (il y a fort à parier que le public qui ne la regarderait que pour médire n’a pas envie de débourser le prix d’un abonnement) et la met sous les projecteurs de la critique car elle peut se permettre d’être plus incisive et transgressive. Cet épisode est ainsi moins une moquerie dirigée vers Dick Wolf (ce qu’on aurait pu craindre au début de l’épisode) qu’une dénonciation des travers du 45e président des États-Unis (par exemple, il ne peut s’empêcher de twitter pendant le procès qui oppose le scénariste et le network, ce qui donne de nouvelles munitions à Lucca Quinn et Adrian Boseman pour la défense qu’ils construisent) et une satire des networks et des ayant-droits (ce qui est bien plus facile à faire quand on est diffusé uniquement sur Internet et plus acceptable par CBS dans ces conditions) : par exemple, l’avocate représentant la chaîne commence son argumentation en dressant un parallèle entre le « vol » de l’épisode par le scénariste quand il l’a mis en ligne et un vol de sac à main. Or, c’est justement une des images mobilisées dans un des clips Piracy it’s a crime visant à sensibiliser le public au problème du piratage.

 

 

Le juge la recadre alors, et il sera encore plus énervé quand Diane utilisera la métaphore (aussi présente dans ce clip) du vol de voiture.

Si The Good Wife était une série politique par son sujet même (de même que la série écrite et produite par Robert et Michelle King entre ces deux programmes, BrainDead), The Good Fight semble être (pour l’instant) une série purement juridique d’un point de vue générique, mais dont la dimension politique dépasse totalement la notion de « politique des partis » et irrigue les différents développements narratifs, ce qui lui permet sans aucun doute d’être beaucoup plus mordante et réaliste que ses prédécesseurs.

Cependant, pour être tout à fait honnête, il y a un peu de mauvaise foi dans ce positionnement : critiquer la prudence des networks quand on en est un peut sembler courageux, mais le faire dans une série qui est moins exposée médiatiquement que Law & Order: Special Victims Unit et non soumise aux réglementations de la FCC l’est un peu moins. The Good Fight nomme certes explicitement le président Trump, mais si l’on regarde Madam Secretary, la série politique de CBS qui passe le dimanche soir (et qui était diffusée en tandem avec The Good Wife quand elle était encore à l’antenne) et qui est donc comparable, en termes d’obligations et de visibilité, à la série de Dick Wolf, on voit bien que les références à l’actualité politique sont beaucoup plus allusives et peuvent échapper à un téléspectateur distrait ou peu politisé. The Good Fight est donc tout à fait typique de la production qui est en train d’émerger chez les nouveaux producteurs de contenus audiovisuels et qui s’inscrivent dans la tradition des productions du câble. Le fait intéressant, ici, est que cette nouvelle plateforme dépend elle-même d’un acteur historique et bien ancré, dont le public vieillit et qui doit à toutes forces trouver les moyens de le rajeunir. Garder les productions les plus lisses sur les ondes hertziennes tout en créant une soupape pour des programmes plus acides sur Internet, tel est l’équilibre que CBS semble construire aujourd’hui. Reste à voir si cette stratégie convaincra.

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, " The Good Fight : la guerre est déclarée," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 03/04/2017, https://seriestv.hypotheses.org/377, consulté le...
  1. « L’épisode de Chicago qu’ils ne vous laisseront pas voir », ma traduction. []
  2. « Arraché aux gros titres », ma traduction. []
  3. The Good Wife s’était fait une spécialité de réagir à l’actualité et d’intégrer, de manière déguisée, des éléments réels dans ses intrigues. The Good Fight poursuit cette tradition. []
  4. L’expression est d’ailleurs utilisée en ce moment dans les bandes promotionnelles de la dernière série judiciaire de Dick Wolf, Chicago Justice. []
  5. Un des arguments d’Adrian Boseman pour accepter l’affaire est que cela permettrait une diversification des activités du cabinet car, dit-il, « de plus en plus de séries sont tournées à Chicago ». []
  6. Dans The Good Wife, le personnage de Diane était très clairement démocrate, et l’on pouvait voir une photo d’elle avec Hillary Clinton dans son bureau. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/04/2017

    […] que constitueraient les séries Crackle m’a conduit à les écarter de cette étude. Quant à CBS All Access, la plateforme est encore trop jeune pour être étudiée ici, le corpus de séries produites […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *