Télévisions de Bruno Patino

J’aime beaucoup lire les mémoires et autres autobiographies des acteurs du secteur télévisuel, qui donnent généralement un point de vue différent sur les programmes que j’analyse. Souvent exempts des visées promotionnelles des interviews dans la presse, ces ouvrages permettent souvent de mieux comprendre les choses ou d’apprendre des éléments sur les coulisses, même s’il s’agit toujours de livres dont l’écriture est située et qu’il faut donc faire la part, parfois, de justifications postérieures ou de relectures orientées des faits passés : c’est d’ailleurs un problème que rencontrent souvent les étudiants quand ils mobilisent ce genre d’écrits dans leurs recherches ou leurs travaux. Ils ont une très nette tendance à tout prendre « pour argent comptant » et ne réfléchissent pas à la posture de l’auteur. Peut-être nos collègues sociologues auraient des références à nous donner (en commentaire, par exemple) pour les aider à acquérir une lecture critique, parce que je pense que ce problème est au coeur de leur travail (qu’il s’agisse d’entretiens directs ou de sources indirectes comme les articles de presse ou les mémoires).

 

 

Couverture de Télévisions de Bruno Patino

 

 

J’ai fini récemment Télévisions de Bruno Patino, qui revient sur son expérience comme directeur des programmes des antennes et du numérique à France Télévisions. C’est un ouvrage très personnel (ce que dénote clairement la typographie du titre, qui différencie par l’emploi du romain et de l’italique, le préfixe télé et la racine visions) qui, dit-il dans les remerciements, « n’est pas un essai sur la télévision, ni un livre de souvenirs » (p.197). En réalité, il me semble plutôt être les deux à la fois. Se succèdent en effet des chapitres fortement analytiques (par exemple sur Netflix ou la Google TV) et des chapitres que je qualifierai d’ambiance, fondés sur des anecdotes tirées de ses carnets (même si les chapitres plus analytiques ont aussi pour point de départ des expériences personnelles de Buno Patino). Le lecteur a ainsi à la fois des portraits (par exemple, Laurent Ruquier, Catherine Barma, Thierry Ardisson, Michel Drucker, Patrick Sébastien, Frédéric Taddéi etc., dans un style qui pourrait rappeler parfois celui des Caractères de La Bruyère), des analyses sur les mutations de la télévision notamment en ce qui concerne l’irruption du numérique et des réflexions sur ce qui fonde le médium télévisuel en tant que tel.

Je ne pense pas être le coeur de cible de cet ouvrage hybride, dont le positionnement est parfois difficile à définir (et je me demande dans quelle mesure le fait qu’il soit publié chez un éditeur grand public a influencé la forme même du livre) : je suis « trop spécialiste » pour y apprendre beaucoup de choses et ne pas déplorer que certains passages d’analyse soient trop rapides, et je ne suis pas sûre que le « grand public » y trouve un intérêt (les portraits, par exemple, ne se situent pas du tout dans une perspective people ou personnelle). Cependant, cette lecture peut être profitable au chercheur, d’abord du fait que cet ouvrage est un témoignage (dont la valeur réelle se définira sans doute plus tard, pour l’historien du futur qui travaillera dans plusieurs décennies sur la télévision des années 2010), ensuite par les formulations très claires sur certains problèmes que connaît aujourd’hui la télévision. Le plus grand intérêt, sans doute, de cet ouvrage aujourd’hui pour le chercheur déjà un peu initié aux problématiques télévisuelles, c’est le grand sens de la synthèse et la clarté d’expression de son auteur. Il dit mieux que moi des choses que je sais confusément et les met en perspective plus clairement que moi dans l’écosystème télévisuel actuel. À ce titre, il me semble une lecture incontournable pour nos étudiants qui souhaitent travailler sur la télévision et il va intégrer mes bibliographies de cours dès l’année prochaine.

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "Télévisions de Bruno Patino," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 27/03/2017, http://seriestv.hypotheses.org/314, consulté le...

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/04/2017

    […] rejoint, d’une certaine manière, une remarque que fait Bruno Patino, dans son excellent Télévisions (p. 144), sur Netflix […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *