I Spellbind Stott – Quelques réflexions sur les titres d’épisodes

La série Blindspot a, dès son pilote, proposé des titres curieux. La série elle-même est fondée sur un mystère : qui est cette femme amnésique, retrouvée nue au milieu de Times Square, dont le corps entièrement couvert de tatouages présente le nom d’un agent du FBI ? La quête de l’identité de cette femme (appelée Jane Doe faute de mieux) et les questions concernant les motifs de ceux qui ont tatoué son corps sont la colonne vertébrale de la série puisqu’il apparaît rapidement que chaque tatouage est en fait un message codé qui oriente le FBI vers la résolution d’une affaire ou la découverte d’un crime (commis ou à commettre). Parmi les personnages récurrents, il y a l’agent Patterson1, qui dirige l’unité de sciences forensiques et est en charge de déchiffrer le sens des tatouages. Elle est par ailleurs, dans sa vie personnelle, amatrice de jeux (jeux de plateau, casse-tête en tout genre etc., qui sont rangés chez elle par ordre alphabétique d’éditeur), ce qui l’aide dans ce travail particulier de décodage.

 

Courtesy of NBC

 

Chaque demi-saison, les titres des épisodes de la série proposent une énigme à résoudre, plaçant le téléspectateur dans une position similaire à celle de Patterson : au lieu de décoder des tatouages (c’est-à-dire principalement des énigmes visuelles), nous avons à décoder des énigmes verbales, des jeux avec les mots. Lors de la première moitié de la première saison, il s’agissait d’anagrammes qui donnaient des indices sur le mystère de l’identité de la femme tatouée et instillaient des conseils aux téléspectateurs.

 

Titre Anagramme
Woe Has Joined Who is Jane Doe
A Stray Howl Taylor Shaw
Eight Slim Grins The Missing Girl
Bone May Rot Or Maybe Not
Split the Law The Past Will
Cede Your Soul Cloud Our Eyes
Sent on Tour Trust No One
Persecute Envoys Suspect Everyone
Authentic Flirt Lift the Curtain
Evil Handmade Instrument And Unveil the Mastermind

 

La seconde partie de la première saison proposaient aussi des anagrammes qui, cette fois-ci, révélaient une marche à suivre, comme un message codé adressé à un agent infiltré (ce qui est une situation comparable à bien des égards à celle de Jane dans la série) .

 

Titre Anagramme
Cease Forcing Enemy In Case of Emergency
Scientists Hollow Fortune Follow These Instructions
Erase Weary Youth Stay Where You Are
Rules in Defiance Find a Secure Line
 Older Cutthroat Canyon  To Contact Your Handler
 Any Wounded Thief  Find What You Need
 Mans Telepathic Loyal Lookouts  In Almost the Last Place You Look
 One Begets Technique  To Begin the Sequence
 In the Comet of Us  Focus on the Time
Swift Hardhearted Stone Then Wait For The Address
Of Whose Uneasy Route To Your New Safehouse
Of Love a Rebel, Death Will Render The Final Order Will Be Revealed
Why Await Life’s End When It’s Filed Away

 

Cependant, le travail de déchiffrage ne s’arrêtait pas là puisque cette marche à suivre était en fait un message qui invitait les téléspectateurs à revoir la série et à utiliser ces instructions pour récupérer des indices au sein des épisodes (pour vous aider à résoudre le mystère, vous pouvez lire ceci). Tout ce travail permettait de découvrir un numéro de téléphone qui donnait d’autres indices qui permettaient, in fine, d’accéder à des vidéos annonçant la saison 2, afin d’aider les fans à patienter entre la fin de la première saison et le début de la suivante.

 

 

Courtesy of NBC

 

Au début de la seconde saison, la même idée était reprise, avec des titres sous formes d’anagrammes.  Cette fois-ci, le texte révélé commente le contenu de la saison (mais le créateur de la série a assuré qu’il n’y avait pas un sens second comme à la fin de la première saison).

 

Titre Anagramme
 In Night So Ransomed Rogue  Nothing Is More Dangerous
 Heave Fiery Knot  They Invoke Fear
 Hero Fears Imminent Rot  For Their Moment is Near
 If Beth  The FBI
 Condone Untidiest Thefts  Defends the Constitution
 Her Spy’s Harmed  Shepherd’s Army
 Resolve Eleven Myths  Only Serve Themselves
 We Fight Deaths on Thick Lone Waters  When the Soldiers Attack, We Fight On
 Why Let Cooler Pasture Deform  We Shall Protect Your Freedom

 

En revanche, le procédé change au retour de cette saison en janvier. Désormais, les titres ne sont plus des anagrammes (ou alors personne n’a réussi à les résoudre). Ce sont en revanche des palindromes (c’est-à-dire qu’on peut les lire de gauche à droite ou de droite à gauche). Voici ceux diffusés (ou annoncés) au moment où nous écrivons :

  • Nor I, Nigel AKA Leg in Iron
  • Droll Autumn, Unmutual Lord
  • Devil Never Even Lived
  • Name Not One Man
  • Borrow or Rob
  • Draw O Caesar, Erase a Coward

Que veulent dire ces palindromes ? Sont-ils juste l’expression de la confusion qui règne de plus en plus dans la série, du mystère qui s’épaissit et qui nous fait perdre nos repères ? Ou y aura-t-il un  sens second, une invitation à aller plus loin ? Sont-ils là pour manifester la duplicité de certains personnages ? Pour l’instant, nul ne le sait.

 

Cette pratique des créateurs de Blindspot, qui travaillent sur les titres avec le verbicruciste du New York Times David Kwong, n’est pas une exception. Dans ma thèse, j’avais consacré un chapitre à la question des titres, et notamment aux titres d’épisodes qui ont été utilisés par certains créateurs et producteurs pour jouer avec leur public, créer de la connivence et appâter leur curiosité. À côté des titres qu’on pourrait qualifier de transparents (la plupart des titres thématiques qui ne visent qu’à donner un aperçu du contenu de l’épisode ou à renvoyer à une situation narrative prototypique, comme « Coming Home » ou « Strange Bedfellows, communs à de nombreuses séries) et des titres rhématiques utilisés par certaines séries (du type « chapitre 1, 2, 3 », comme dans Murder One ou dans House of Cards, ou simples numéros comme dans Twin Peaks), il y a toute une panoplie de titres plus implicants. Ce peut être un titre fondé sur une référence : cette saison, nous avons pu voir un épisode de Law & Order: Spécial Victims Unit intitulé « Making A Rapist » en référence au documentaire feuilletonesque Making A Murderer produit par Netflix et on ne compte plus les séries ayant, à un moment ou à un autre, un titre comme « No Place Like Home » ou « There’s No Place Like Home — référence au Magicien d’Oz  —ou comme « All in the Family », d’après la série télévisée du même nom2. Ce peut aussi être un titre faisant référence à un  événement lié à la production, comme « Home » (ép. IV, 2) de The X-Files dont le titre renvoie au retour « à la maison » de deux scénaristes qui avaient quitté la série pour créer la leur. Les jeux possibles avec les titres d’épisodes frisent l’infini et la direction prise par Blindspot en est une parmi des milliers d’autres.

 

À l’époque de la rédaction de ma thèse, une des questions soulevées par ces analyses était celle de la réelle exposition du public à ces titres. En effet qui, à part les fervents lecteurs des magazines de programme de télévision et les fans absolus d’une série donnée, connaît réellement le titre de tel ou tel épisode ? La majorité du public regarde telle ou telle série, connaît son horaire de diffusion et ne cherche pas le titre de l’épisode (qui apparaît de moins en moins à l’écran au cours des années 1980 et 1990 pour quasiment en disparaître après et même les bandes-annonces des chaînes ne mentionnent pas le titre des épisodes, même dans le cas d’une bande-annonce consacrée non à la série en elle-même, mais à un épisode particulier). C’était un des angles morts de ma recherche doctorale qui, ne développant pas un point de vue sociologique, ne pouvait faire de grandes études de réception.

Cependant, aujourd’hui, les changements d’habitudes de visionnage des séries télévisées me laissent à penser que le public — du moins une partie de celui-ci — est davantage exposé aux titres d’épisodes proprement dits. Il s’agit d’abord des numériscopes, dont le plus connu aux États-Unis est le TiVo3. Aujourd’hui, Nielsen estime que la moitié des foyers équipés de téléviseurs ont un numériscope. Ainsi, les dernières études montrent que, sur les programmes les plus regardés de la télévision américaine, plus de 50% de l’audience est réalisée en visionnage différé (par numériscope ou par service de vidéo en flux comme les sites et applications des chaînes ou Hulu). Or, l’interface même de ces services met davantage en avant les titres d’épisodes que ne le fait la diffusion traditionnelle. En effet, dans une grille de programmation, le repérage se fait d’un point de vue horodaté et, pour les diffusions originales, un seul épisode est disponible chaque semaine : autrement dit, pour voir l’épisode spécifique d’une semaine donnée, le téléspectateur n’a qu’une option, être devant son téléviseur au bon jour et à la bonne heure. Nul besoin de connaître le titre de l’épisode, ni son numéro dans la saison (ni même, éventuellement, de savoir quelle saison est en cours de diffusion). En revanche, ce même téléspectateur, quand il enregistre son épisode sur son numériscope, a à faire à un dossier dans lequel sont rangés les différents épisodes de ladite série (voir capture ci-dessous).

 

Dossier d’une série sur un TiVo – Courtesy of TiVo

 

Et même quand on n’utilise pas l’enregistrement, mais que l’on cherche quoi regarder en parcourant le guide des programmes proposés, les informations attachées à chaque case donnent, dans le cas d’une série télévisée, le titre de l’épisode (ainsi que son numéro d’identification), comment le montrent les captures ce-dessous du TiVo et de Moxi4.

 

Présentation d’un épisode sur un TiVo – Courtesy of TiVo

 

Guide des programmes sur un Moxi – Courtesy of Moxi

 

De même, les services de diffusion de vidéos en flux sont bien obligés d’utiliser les titres d’épisodes pour les identifier et, de ce fait, de les mettre plus en avant que lors de la diffusion initiale. Qu’il s’agisse de Hulu (qui propose à la fois des catalogues de stock et de la télévision de rattrapage en plus de ses propres productions), de Netflix (qui propose ses productions originales et des catalogues), de leurs concurrents ou des sites et applications des chaînes elles-mêmes qui proposent de rattraper les épisodes ratés, tous ces dispositifs proposent, à un moment ou à un autre, une liste d’épisodes référencés par leurs titres.

 

Page Hulu de Lost à l’époque de sa première diffusion – Courtesy of Hulu

 

Page consacrée à Dexter sur Netflix – Courtesy of Netflix

 

 

Ce ne sont là que quelques exemples de l’affichage de plus en plus grand des titres d’épisodes de séries télévisées dans l’environnement habituel de visionnage du public. Beaucoup de séries ont pu jouer avec ce seuil, comme je l’ai montré dans de précédents travaux, mais ces derniers portaient sur une période de moindre visibilité. Ainsi, à l’époque, seuls les téléspectateurs les plus investis partaient à la recherche d’indices dans les titres de The X-Files parce qu’il fallait tout d’abord aller à la recherche du titre lui-même et peu de séries, finalement, soignaient leurs titres d’épisodes. Aujourd’hui que le titre est davantage une donnée relativement simple d’accès, va-t-on voir une évolution des pratiques ? Ou cela va-t-il rester l’apanage de séries développant une narration autour d’un mystère/d’un complot et mettant son public dans une disposition similaire à celle des personnages ? Les directions prises actuellement par les séries produites par Netflix5 et Hulu (celles dont les titres sont par défaut les plus visibles) ne semblent pas montrer d’infléchissement. Cependant, ce ne sont pas ces plateformes qui sont le plus dans la bataille de captation du public, mais bien les networks. En ce sens, ce sont ces chaînes et les séries qu’elles diffusent qu’il faut surveiller puisque ces jeux ont avant tout pour fonction d’appâter le public et d’attiser sa curiosité.

 

 

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "I Spellbind Stott – Quelques réflexions sur les titres d’épisodes," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 19/02/2017, http://seriestv.hypotheses.org/205, consulté le...

 

 

 

  1. Il faut noter que son prénom n’est jamais donné, ce qui place les téléspectateurs dans une position d’enquêteurs. Beaucoup de fans font des hypothèses, croient voir des indices dans les épisodes et, dans « Borrow or Rob », diffusé le 15 février 2017, une réplique d’un personnage qui allait dévoiler le prénom de Patterson est brusquement interrompue, jouant avec les nerfs du public qui pensait voir cette énigme résolue. []
  2. Le lecteur intéressé par ces références intertextuelles dans les titres d’épisodes de séries télévisées américaines pourra se reporter à notre thèse, notamment aux pages 127-130 et 132-138 du premier volume et aux pages 20-45 du volume d’annexes. []
  3. Ce dernier revendique, au 31 janvier 2016, 6,8 millions d’abonnés sur 118 millions de foyers équipés d’un téléviseur, soit une part d’un peu moins de 6%. []
  4. Moxi a aujourd’hui déposé le bilan, mais cela permet de montrer les similitudes entre les différents concurrents. []
  5. Notons que deux de ses grands succès récents proposent des titres soit purement rhématiques (House of Cards), soit associant un élément rhématique et un élément thématique (Stranger Things). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/04/2017

    […] récemment sur le statut d’un seuil très classique des séries télévisées — le titre d’épisode  —  et me demandais si les nouvelles manières de regarder les séries  — notamment les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *