Le seuil des cent (deux cents, trois cents, quatre cents) épisodes

Le centième épisode de Chicago Fire a été diffusé le 6 décembre 2016 sur NBC et réalise la deuxième meilleure audience de la saison (pour l’instant). C’est également l’épisode qui finit la première moitié de la saison, la série commençant alors son hiatus d’hiver. Le titre laconique « One Hundred » met l’accent sur le seuil atteint par la série (titre rhématique), alors que les titres des épisodes de la série sont habituellement thématiques. Il n’est pas rare que ces épisodes-seuils portent un tel titre (« The One Hundredth » de Friends, « The 200th in the 10th » de Bones, « Three Hundred » de Dallas, « 100 » de Criminal Minds, etc.).  C’est qu’en effet, ce seuil de cent épisodes est très important car il permet, théoriquement, à la série d’accéder au marché de la syndication : les chaînes locales américaines (et certaines chaînes du câble, comme TNT ou USA) achètent en effet des séries par lots d’épisodes (souvent des saisons entières) pour les diffuser à raison de plusieurs heures par jour pour remplir les grilles de journées. Or, pour que cela soit rentable et efficace, il faut avoir plusieurs semaines de diffusion disponibles et donc plusieurs saisons d’avance (à raison de quatre épisodes par jour, on diffuse par exemple une saison entière en à peine plus d’une semaine). De là vient la tradition de célébrer, d’une manière ou d’une autre, le centième épisode d’une série (qui signale, quoi qu’il en soit, un certain succès et une certaine longévité).

 

Souvent, il ne s’agit que d’une fête à la fin du tournage de l’épisode, dont on diffuse éventuellement les photos dans la presse dans une perspective de communication et de promotion. On remarque que l’on rivalise d’imagination pour les gâteaux !

 

 

 

Mais la plupart du temps, l’épisode lui-même a quelque chose de particulier, qui vient mettre en valeur l’effet de seuil et rend l’épisode exceptionnel non seulement pour des raisons externes (‘est le 100e épisode), mais aussi pour des raisons internes (on a une histoire particulière ou un dispositif narratif différent par exemple). Le centième épisode de la série Monk, par exemple, est fondé sur une émission de télévision qui a été tournée au sujet de la centième enquête d’Adrian Monk, proposant une sorte de mise en abîme de la série. Très souvent, on joue sur la forme de l’épisode : « Girls Versus Suits » (de How I Met Your Mother) comprend une scène de « rêve » sous forme de séquence de comédie musicale menée par Neil Patrick Harris (Barney dans la série, mais surtout une personnalité de Broadway puisqu’il a une longue carrière au théâtre et a présenté quatre éditions des Tony Awards, l’équivalent américain des Molière) ; That ’70s Show a elle aussi fait le choix d’un épisode musical pour commémorer ce seuil, avec des scènes de rêve de Fez sous forme de comédie musicale.

Dallas propose (pour son 300e épisode) une configuration tout à fait originale puisque Bobby et J.R. passent une bonne partie de l’épisode à discuter enfermés dans un ascenseur. Desperate Housewives, avec « The Best Thing That Ever Could Have Happened », bouleverse aussi ses habitudes puisque l’épisode est construit autour du handyman de Wiesteria Lane : chaque acte tourne autour d’un jour où cet homme a aidé une des héroïnes, le dernier bouclant sur le début de la série, le suicide de Mary-Alice. La direction prise par Scrubs dans « My Way Home » est celle de l’hommage (en l’occurrence au film Le Magicien d’Oz). Cet épisode, en outre, a été réalisé par Zach Braff, qui joue le rôle principal de la série ; or, on remarque que les épisodes multiples de cent sont souvent aussi des occasions de faire passer derrière la caméra les acteurs. C’est le cas du tout récent épisode 400 de Law & Order: Special Victims Unit, diffusé le 8 février 2017, qui a été réalisé par Mariska Hargitay, mais aussi de « The Parts in the Sum of the Whole » et de « The 200th in the 10th » de Bones réalisés par David Boreanaz, de « Three Hundred » de Dallas réalisé par Patrick Duffy et on pourrait multiplier les exemples !

Une autre possibilité explorée par les épisodes multiples de cent est de proposer une intrigue qui met en péril, d’une manière ou d’une autre, un des personnages principaux. C’est le cas de « My Name Is Mac Taylor » de CSI: NY, dans lequel un tueur s’en prend à plusieurs hommes nommés Mac Taylor, comme le chef de l’équipe de la police scientifique de Manhattan. Une autre manière de construire un centième épisode autour des personnages est de proposer une relecture de la série, comme le flashback qui structure « The Parts in the Sum of the Whole » de Bones. Un mouvement similaire a lieu dans « 100 » de Criminal Mindsqui fait revenir les différents personnages sur la longue histoire qui les lie à George Foyet, l’Éventreur de Boston, afin de protéger la famille d’un des membres de l’équipe.

 

 

Fête du 100e épisode de Chicago Fire

 

 

Après tous ces exemples, l’épisode « One Hundred » de Chicago Fire semble un peu raté parce qu’il part dans trop de directions. La plupart du temps, l’épisode est exceptionnel du fait d’un élément (une scène musicale) ou d’un concept qui structure tout l’épisode (des scènes de rêves, un dispositif narratif spécifique). Ici, plusieurs éléments sont mis en place : la ligne la plus structurante est la ligne narrative de Matt et Gabby, qui se posent des questions quant à l’adoption de Louie et finissent par se marier alors que le père biologique de l’enfant refait surface. Une autre ligne narrative importante est celle des cent ans du café Molly’s (qui appartient à trois des personnages de la série) et des mésaventures liées à la commémoration de cet anniversaire. Cette célébration est l’occasion d’un long discours d’Hermann, un des propriétaires, qui est à double entente puisqu’il se clôt sur un toast aux cent prochaines années (et au cent prochains épisodes sur un autre niveau d’énonciation) : « So here it is to the next 100. » Une autre ligne concerne Kelly Severide, dans plusieurs scènes le confrontant à Clarke, un ancien personnage de Chicago Fire passé dans Chicago Med (c’est un ancien pompier qui a repris des études et est devenu interne en médecine). Cette ligne renforce les liens entre les différentes séries de la franchise, de même que la présence d’Antonio (de Chicago P.D. mais surtout personnage important de la future Chicago Justice qui commencera en mars 2017). La deuxième partie de l’épisode comporte aussi une énorme scène de carambolage, avec tout ce que cela comporte de travail de pyrotechnie, de maquillage et de prothèses, filmée à l’aide d’une grue. Comme nous le voyons, il est impossible de résumer simplement ce centième épisode (comme il était possible de le faire pour les autres) et c’est sans doute un indice de sa faiblesse en termes iconiques.

 

LAW & ORDER: SPECIAL VICTIMS UNIT — 400th Episode Celebration — Pictured: (l-r) Pearlena Igbokwe, President, Universal Television, Kelli Giddish, Executive Producer Rick Eid, Executive Producer Julie Martin, Ice-T, Mariska Hargitay, Executive Producer Jonathan Starch, Raúl Esparza, Peter Scanavino — (Photo by: Michael Parmelee/NBC)

 

Par comparaison, le 400e épisode (chiffre que peu de séries atteignent et qui montre l’importance de ce programme) de Law & Order: Special Victims Unit du même Dick Wolf, diffusé cette semaine, est moins spectaculaire (notamment du fait de la structure formulaïque qui laisse moins de libertés) mais remplit davantage les critères de ce qu’est un épisode multiple de cent (et malgré la polémique pour savoir si c’est bien le 400e épisode, mais c’est en tant que tel que la chaîne en a fait la promotion) : il est réalisé par l’actrice principale et compte dans sa distribution des « stars » (Sarah Wynter, connue notamment pour son rôle de Kate Warner dans 24 et Daniel Cosgrove qui a tenu des rôles de premier plan dans trois des plus importants soap-operas de ces dernières décennies, All My ChildrenGuiding Light et As the World Turns). L’intrigue est particulièrement forte, avec un personnage de mère manipulatrice qui permet à Sarah Wynter de donner la mesure de son talent et distille une forte tension tout au long de l’épisode.

 

LAW & ORDER: SPECIAL VICTIMS UNIT — « Motherly Love » Episode 1810 — Pictured: (l-r) Mariska Hargitay, Delaney Williams — (Photo by: Michael Parmelee/NBC)

 

Ces épisodes multiples de cent sont ainsi des seuils symboliques, mais davantage en termes de communication qu’en termes purement économiques (puisque là, c’est bien davantage le nombre de saisons qui importe). En outre, ces seuils peuvent apparaître n’importe quand dans une saison. Parfois, il est possible de conjuguer ce seuil avec un temps fort de la saison : c’est ce que fait Chicago Fire en faisant coïncider le mid-season finale et le centième épisode. Mais la plupart du temps, ils ne servent que de repère du temps qui passe et de la série qui avance (comme l’exprime si bien le terme milestone utilisé en anglais pour parler de ces épisodes).

Citer ce billet : Séverine Barthes, "Le seuil des cent (deux cents, trois cents, quatre cents) épisodes," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 11/02/2017, http://seriestv.hypotheses.org/177, consulté le...

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *