À propos de « Brother’s Keeper » de Chicago Med (II, 4)

 

 

Je m’intéresse depuis quelques temps à la question de la représentation de l’antibiorésistance dans les séries télévisées (par exemple dans cet article paru dans Questions de communication). Les problèmes posés par la question de ces représentations et de leur éventuel impact sur la connaissance des téléspectateurs, mais surtout sur leur comportement, sont nombreux et relativement peu étudiés en ce qui concerne l’antibiorésistance elle-même (ils sont bien plus étudiés sur d’autres questions de santé publique, comme le cancer du sein, aussi bien en anglais qu’en français).

L’épisode de Chicago Med diffusé sur NBC le 13 octobre 2016 présente une intrigue liée à une bactérie résistante aux antibiotiques : un premier malade se présente, puis un second, faisant craindre une épidémie. Une enquête épidémiologique commence (même si elle est beaucoup moins détaillée que dans d’autres séries) et le coupable est rapidement trouvé : il s’agit d’endoscopes contaminés. Quant aux malades (notamment le premier d’entre eux, qui est un enfant, ce qui touche particulièrement le Dr Natalie Manning), leur pronostic est moins inquiétant à partir du moment où l’on trouve un antibiotique auquel la bactérie est légèrement sensible. L’enjeu de cette ligne narrative, dans l’économie générale de la série, est d’approfondir l’histoire du Dr Charles puisque c’est sa fille, avec laquelle il n’a que très peu de contacts à son grand désarroi, qui est l’épidémiologiste qui va enquêter sur cette bactérie.

Cette intrigue pose plusieurs questions sur la manière dont cet épisode sensibilise (ou non) le public sur le problème de l’antibiorésistance :

  • en termes de connaissances transmises sur le sujet, la moisson est pauvre : on n’explique pas réellement ce qu’est le phénomène de la résistance bactérienne aux antibiotiques, on ne détaille pas le processus de l’enquête épidémiologique (deux points bien mieux développés dans d’autres séries) ;
  • la source de la résistance elle-même n’est pas mentionnée ni l’objet d’une recherche. Or, la bactérie en question étant résistante à la colistine (un antibiotique majoritairement utilisé en élevage animal), l’occasion de parler du problème de l’utilisation vétérinaire des antibiotiques dans la médecine animale, et dans l’utilisation en élevage intensif en particulier, est manquée alors qu’il s’agit d’en enjeu majeur aux États-Unis ;
  • on trouve un antibiotique auquel la bactérie est légèrement sensible : cela signifie que le processus de destruction de la bactérie par l’antibiotique n’est pas optimal, qu’il peut ne pas fonctionner notamment si le système immunitaire du patient est compromis, et donc que le pronostic vital du patient reste engagé. Or, miraculeusement, l’infection régresse chez les patients, y compris sur l’enfant qui est immunodéprimé du fait de chimiothérapies. L’issue de l’infection est bien plus positive qu’elle ne le serait dans la réalité ;
  • la source de l’épidémie elle-même est aussi problématique si on réfléchit en termes de prise de conscience par le public de sa propre responsabilité dans le processus de la résistance bactérienne aux antibiotiques : la conclusion de l’épidémiologiste est que la source de l’épidémie est un modèle d’endoscopes utilisé à l’hôpital qui a pour particularité d’avoir un petit espace inatteignable par les processus de stérilisation. La Food and Drug Administration (qui est l’agence fédérale qui donne notamment les autorisations de mises sur le marché des dispositifs médicaux) est au courant mais n’a pas rappelé ces endoscopes pour éviter une rupture massive de stocks dans les hôpitaux. Ainsi, personne n’est vraiment coupable : les médecins ont bien suivi les protocoles de lavage des mains et l’hôpital a bien stérilisé ses endoscopes. La seule responsabilité est celle de l’État, ce qui a un écho particulier dans la manière américaine de concevoir les relations entre État et individus.

Au final, cette intrigue est quelque peu décevante d’un point de vue entertainement-education, alors que Dick Wolf, le créateur de la série, nous a habitués à mieux (par exemple dans Law & Order: Spécial Victims Unit qui n’hésite pas à prendre certaines questions sociales à bras-le-corps).

 

 

Edit du 18 novembre 2016 : le dernier épisode de Chicago Med, « Free Will » (II, 8, diffusé le 10 novembre), donne de nouveaux développements à l’histoire de la tuberculose d’April. On découvre que sa tuberculose est multi-résistante. Heureusement, il y a cependant un antibiotique encore qui fonctionne, mais qui va compliquer son traitement. La possibilité que la bactérie mute et devienne résistante à ce dernier antibiotique n’est jamais évoquée. L’enjeu narratif de cette intrigue, c’est qu’April vient d’apprendre qu’elle est enceinte et que le traitement peut entraîner des malformations foetales, ce qui fait qu’elle le refuse dans un premier temps. L’espoir de voir enfin cette question traitée dans la série s’évanouit encore une fois.

Citer ce billet : Séverine Barthes, "À propos de « Brother’s Keeper » de Chicago Med (II, 4)," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 25/10/2016, http://seriestv.hypotheses.org/13, consulté le...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *