À propos de « 300 000 Likes » et « A Shot Heard Round the World » de Chicago P.D. (IV, 7 et 8)

La première partie de la saison actuellement en diffusion de Chicago P.D. (avant le hiatus de fin d’année) s’achève avec un double épisode, « 300,000 Likes » et « A Shot Heard Round the World », diffusé le 16 novembre 2016. La qualification par la chaîne de ces deux épisodes comme un double épisode est un peu problématique puisque nous n’avons pas une intrigue développée sur deux heures, mais deux intrigues différentes : le meurtre d’un témoin protégé qui devait prochainement participer au procès d’un criminel pour la première partie et un sniper qui prend pour cibles les policiers du CPD dans la seconde. Le « liant » entre les deux épisodes est l’intrigue tournant autour d’Antonio Dawson, actuellement second de l’Intelligence Unit (service que l’on suit dans la série), à qui l’on propose de prendre la direction de l’équipe d’enquêteurs auprès du procureur : la place lui est proposée dans la première partie, il l’accepte à la fin de cette même partie, ses collègues l’apprennent par la bande dans la seconde partie, ce qui les met un peu en colère, et cette partie se clôt sur la soirée de départ d’Antonio.

Cette intrigue est le deuxième étage de la fusée qui vise à lancer une nouvelle série dans la franchise chicagoise créée par Dick Wolf : Chicago Justice, dont la diffusion doit commencer le 15 janvier 2017. En effet, lors de la saison précédente, un épisode de Chicago P.D., « Justice » (III, 21, diffusé le 11 mai 2016), introduisait auprès du public les services du procureur lors d’une enquête visant Burgess, un des personnages principaux de Chicago P.D.  Cet épisode, en dehors de l’enjeu narratif fort pour un des piliers de la série, avait pour particularité de multiplier les apparences de personnages issus d’autres séries de la franchise (ces apparitions sont fréquentes, mais pas aussi denses généralement que dans cet épisode) : on y retrouvait effectivement Sylvie Brett, Kelly Severide, Jimmy Borelli, Joe Cruz, Tony et Capp de Chicago Fire et Connor Rhodes, Ethan Choi et Maggie Lockwood de Chicago Med. Ces liens constants entre les différentes séries de la franchise sont d’ailleurs résumés par la formule « One Chicago », notamment utilisée dans la communication de la chaîne et par les fans sur Twitter (sous la forme du hashtag #OneChicago).

Cette densité d’apparitions croisées dans les épisodes importants d’une saison et, a fortioridans des épisodes annonçant une nouvelle extension de la franchise est également présente dans ce double épisode : évidemment, il y a d’abord le retour des personnages de la série à venir et que nous avons déjà vus en mai (le procureur Peter Stone et son assistante Anna Valdez). Antonio ne sachant pas s’il doit accepter l’offre de Peter Stone se rend à la caserne et en discute avec sa soeur, Gaby, une des secouristes de Chicago Fire. À la fin de cette première partie, quand Antonio accepte le poste, il l’annonce à Peter Stone en le retrouvant dans un bar que l’on connaît puisque c’est Molly’s, dont les propriétaires sont Hermann, Otis et Dawson, trois pompiers de Chicago Fire (même si on ne voit aucun personnage de cette série dans cette scène proprement dite). Dans la seconde partie, les policiers blessés sont emmenés au Chicago Med et c’est Will Halstead, un des médecins de l’hôpital (et accessoirement frère d’un des policiers de l’Intelligence Unit), qui s’occupe d’eux. Le Dr Charles, psychiatre dans Chicago Med, vient aider les policiers à dresser le profil du sniper. Vers la fin de l’épisode a lieu une cérémonie d’hommage aux policiers tués, à laquelle assistent tous les personnages de Chicago P.D., mais aussi le chef de la caserne de Chicago Fire, Wallace Boden, et la directrice de l’hôpital dans Chicago Med, Sharon Goodwin. Cette cérémonie est suivie par la soirée de départ d’Antonio, chez Molly’s, où cette fois-ci on voit Hermann de Chicago Fire.

Ces quelques exemples montrent d’abord la cohérence de la franchise et la force de l’univers créé par Dick Wolf, qui permet de développer des trajectoires de personnage plus complexes qu’une simple série : Antonio Dawson était un personnage secondaire dans Chicago Fire (la première série de la franchise), en tant que frère de Gaby et inspecteur à la brigade des mœurs (Vice squad). Quand est créé Chicago P.D., il est promu à l’Intelligence Unit, où il est un personnage principal pendant trois saisons et demie. Puis, quand est lancé Chicago Justice, il devient chef de l’équipe d’enquêteurs du procureur. On avait déjà ce type de trajectoires dans les séries Law & Order, elles aussi créées par Dick Wolf, mais l’ampleur donnée ici est différentes parce que les séries ne relèvent pas du même genre.

On notera aussi la gestion de ces apparitions croisées : entre l’épisode introduisant pour la première fois Chicago Justice et ce double épisode qui finalise le départ d’Antonio Dawson, ce ne sont pas les mêmes personnages de Chicago Fire et de Chicago Med qui sont conviés. En termes de gestion sémiotique et narrative, la façon dont travaille Dick Wolf ici est intéressante : dans la très grande majorité des cas (je n’ose dire tous dans le cas où un contre-exemple m’échapperait, mais je ne me souviens pas d’avoir jamais vu dans la franchise un tel cas), on ne fait pas appel à une information donnée dans la série d’origine pour comprendre la situation dans la série d’accueil, voire on ne souligne absolument pas que le personnage en question vient d’une autre série de la franchise (quand les policiers du CPD amènent une victime au Chicago Med, il n’y a pas de différences par rapport à ce même type de scène dans d’autres séries policières où les policiers vont dans un hôpital lambda : la seule différence est pour le public de Chicago Med qui va reconnaître un décor et quelques personnages) . Par exemple, lors de la cérémonie d’hommage aux policiers tués, il faut être téléspectateur de Chicago Fire et de Chicago Med pour remarquer la présence de Wallace Boden et de Sharon Goodwin. Pour les autres téléspectateurs, ce sont juste des anonymes venus se recueillir, comme tous les autres personnages campés par des figurants que nous ne reverrons pas. Ainsi, il y a une prime aux fidèles de la franchise et aucune perte de sens pour les téléspectateurs d’une seule série (ce n’est pas le cas dans les épisodes crossovers classiques), ce qui est très intelligent et efficace d’un point de vue économique : vous ne vous aliénez aucune part du public tout en maximalisant l’engagement des téléspectateurs les plus actifs. Ce n’était pas toujours le cas dans la franchise Law & Order, où le retour d’un personnage impliquait souvent, pour accéder au sens plein, de connaître un minimum le parcours de ce personnage dans les séries. En ce sens, la franchise Chicago, qui innove à plusieurs titres, est un objet d’étude (et de visionnage) très stimulant.

 

Citer ce billet : Séverine Barthes, "À propos de « 300 000 Likes » et « A Shot Heard Round the World » de Chicago P.D. (IV, 7 et 8)," dans Alerte spoilers ! [carnet de recherche], publié le 19/11/2016, http://seriestv.hypotheses.org/117, consulté le...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *